There are even those patients whose problem lies somewhere between these three disorders viagra australia is the most popular in Australia, followed by vardenafil and tadalafil as active ingredients.

Edito-online.ch


N° 02 2012 Fr. 12.–
LE MAGAZINE DES MÉDIAS
„Il faut parler
aux jeunes"
La guerre des
Comment Raymond Loretan
magazines féminins
Au moins quatre titres vont

Les médias suisses
voit l'avenir de la TV
se partager la Suisse romande
cherchent leurs marques


„Bien à vous, M. le Président!"
La liberté de la presse garantit-elle la vérité, une et indivisible? L'arrivée au pouvoir de régimes populistes mais démocratiquement élus pose la question aux médias de ma-nière provocatrice. Dans ce numéro, notre correspondante à Caracas (lire en page 25) montre comment la presse en Amérique latine se voit confrontée à deux sortes de menaces, l'une directe, susceptible de porter atteinte à l'intégrité phy- sique, l'autre idéologique. Cette dernière n'est pas permanente, dans le sens qu'elle accom-pagne un mouvement de l'histoire: des chefs d'Etat bravent ouvertement la mainmise des multinationales américaines sur les ressources de leur pays. Ce faisant, ils se heurtent aux critiques de la frange des médias qui appuyaient l'ancienne élite mais se retrouvent en Rédacteur en chef
porte-à-faux par rapport aux aspirations des masses populaires.
En Equateur, les passes d'armes entre le journaliste Emilio Palacio et Rafael Correa illus- trent cette tendance. Face aux comparaisons peu flatteuses dont l'affuble l'éditorialiste, le politicien réagit par l'intimidation, une attitude certes blâmable, d'autant que le président a la police à sa botte, mais non dépourvue de circon- „La polarisation
stances atténuantes. Dans une région qu'elles ont longtemps noyautée, les forces d'un empire s'installe en
dominant peuvent à tout moment être tentées de modifier à leur avantage les règles du jeu. En Amérique latine, les leaders „révolutionnaires", qu'ils s'appellent Correa, Morales ou Chávez, savent que leur trône repose sur un socle fragile, d'où leur tentative de consolider leur pou- voir par des pressions maladroites ou des effets de manche télévisuels.
L'avènement de Viktor Orban en Hongrie a ceci de particulier qu'il transpose en Europe la situation sur le continent sud-américain. Moins parce que le président manifeste peu d'empathie à l'égard des médias – en comparaison, – on peut se demander en quoi il serait moins exemplaire que Nicolas Sarkozy, par exemple. Mais plutôt en raison de la polarisation médiatique qui résulte de ses options économiques face à Bruxelles et au FMI ainsi que de son style autoritaire de gouvernement. La montée en puissance des journaux conservateurs cont-raste avec le profil bas affiché par la presse d'opposition. Les deux pôles exhortent leurs ouail-les à descendre dans la rue. Reste que le débat a lieu, qui plus est de manière non violente.
La contagion pourrait-elle s'étendre à la Suisse? Certainement, car les conditions politiques sont propices en Helvétie aussi. Spectaculaire est le duel médiatique dont les lecteurs de ce pays ont été les témoins en ce début d'année, à leur corps très peu défendant, suite à la démission du président de la Banque nationale. Un magazine zurichois s'en est pris à M. Hildebrand et à la prétendue pensée unique, avant de subir à son tour les foudres de ses confrères. Nul doute qu'à l'heure de l'explosion des journaux en ligne indépendants, la guerre des médias continuera de plus belle. E impressum
N° 02/12, avril 2012 verlag@edito-online.ch Edité par les associations professionnelles: Christian Campiche, rédacteur en chef impressum – Les journalistes suisses de l'édition en français, Layout: Petra Geissmann Syndicat suisse des mass media Syndicat des médias et de la communication el Rih Herausgeberverein EDITO, Bâle Philipp Cueni, rédacteur en chef CeMedia AG, Etzelmatt 1, ani Stiftung KLARTEXT, Berne de l'édition en allemand, Postfach 89, 5430 Wettingen, e: D Magazine bimestriel tél. 056 618 33 11, fax 056 618 33 10 Tirage: 12 500 Expl. d+f Helen Brügger, rédactrice ouvertur ISSN 1663-4802 th, c Adresse de la rédaction: Bettina Büsser, rédactrice uri EDITO f, rue du Petit-Chêne 25, Abonnement annuel: Fr. 65.– Abonnement à l'étranger: Fr. 85.– incent M tél. 079 670 62 64 bachmann medien ag, oto V fax 026 347 15 09 Thiersteinerallee 17, 4053 Bâle, Unionsdruckerei Schaffhausen Ph redaction@edito-online.ch tél. 061 534 10 84, fax 061 535 41 84 Kostenloses Mobility-Jahresabo für SSM-Mitglieder
Mobil und flexibel sein, indem man Velo, Bus, Bahn oder Auto sinnvoll kombinieren und Die Wochenzeitung, die täglich erscheint.
benutzen kann, ohne sich an ein eigenes Auto binden zu müssen. Diese Formel gilt auch für ed EDITO+KLAR
er, welche von dem TEXT
CarShari 3
ng-Spezialangebot von Mobility profitieren Exklusiv für SSM-Mitglieder: Sie erhalten das Mobility-Abo im Wert von CHF 290.- im
ersten Jahr kostenlos. Im Folgejahr profitieren Sie vom vergünstigten Angebot, einem Mobility-Jahresabo für CHF 70.-.
Die Wochenzeitung, die täglich erscheint.
Sie zahlen einen kategorienabhängigen Stunden- und Kilometertarif, darin enthalten sind Benzin, Service, Reparaturen, Versicherungen und Administration (Fahrzeuge gibt's bereits ab CHF 2.70 pro Stunde und 0.48 pro Kilometer). Mobility stellt über 2'200 Fahrzeuge an 1'100 Standorten in der Schweiz rund um die Uhr in Selbstbedienung zur Verfügung. Ihren nächstgelegenen Standort finden Sie unter www.mobility.ch.
Anmeldung ausschliesslich über unser Zentralsekretariat in Zürich telefonisch unter 044 202
77 51 oder per E-Mail unter info@ssm-site.ch (Privatadresse und Geburtsdatum angeben).



e sommaire
e le trait de stephff
Dans l'éditorial d'E+K (1/2012), nous avons rendu hommage au travail important d'im-pressum dans le sauvetage du „Courrier" à qui la Poste avait refusé, dans un premier temps, l'aide à la presse. L'équité nous imposait d'ajouter syndicom dont l'inter-vention tout aussi „musclée" a contribué parallèlement à cette issue heureuse. Par- 16> „Profil" et son ancienne rédactrice en chef Katia Berger ont vécu des heures
don pour cet oubli. tumultueuses. Le monde des magazines féminins est en ébullition. 29> En Suisse,
le journalisme d'investigation a longtemps cherché ses marques. Analyse du
„cas" helvète.

PlaisirBravo pour EDITO+KLARTEXT, un excel-lent magazine que je lis avec plaisir.
Isabelle Fiaux-Ushakov, Lausanne
Le petit écran drague les jeunes
„Le public de demain est sur Internet". Interview de Raymond Loretan. ConsternéEn tant qu'ancien journaliste et homme de La SSR veut-elle affaiblir la CCT?
droite (mais sans attaches partisanes), je vous êtes exactement dans la ligne que je Windisch… A la manière de Cyrano et pour sites d'info et voulais vous inviter mais je Après la presse écrite, la radio-télé verra-t-elle la fin du partenariat social? suis consterné par le ton de l'article d'Helen critique; vous en êtes la preuve lisible… en rire un peu, je vous demande: „Que vou- crois que c'est inutile car les étudiants en Brügger („Les Windisch-Boys débarquent", „la télé" bientôt dans les chiffres noirs
Windisch n'est pas journaliste? La liez-vous qu'ils fissent? Qu'ils s'entre-tuas- journalisme ont une attitude beaucoup plus E+K-1/2012). Si je comprends bien la dé- Interview de Christophe Rasch, directeur de la télévision régionale. belle affaire. A l'heure d'Internet, une par- sent?" Barraud, Décaillet, Grivat sont des positive et dynamique. Si c'est avec ce genre marche de l'auteure, les observateurs.ch est tie significative de l'information n'est plus confrères libres, expérimentés, talentueux d'attitude que vous voulez venir au secours Presse féminine, la bataille sera rude
un organe suspect, lancé par des gens sus- le fait des journalistes encartés, vous le sa- et estimés; ne leur reprochez pas d'avoir le du journalisme. Uli Windisch, Genève
pects, avec des fonds douteux pour des buts Au moins quatre magazines féminins vont se partager le marché romand.
vez bien. La rigueur avec laquelle travaillent sens de l'honneur et de l'amitié. Chez leurs inavouables! C'est aussi stupide que ridi- les nouveaux informateurs de la toile n'a adversaires, ne fait-on pas de même, ou pire, Soutien cule. Tout d'abord, il faut être aveugle pour L'insaisissable éditeur bâlois qui aime Lausanne
plus rien à envier à celle de leurs homolo- hein? Quant à Mme Miauton, MM. Despot et ne pas voir qu'il n'y a presque pas de diver- gues patentés. Allez-vous reprocher à Robes- Freysinger, ils ont le talent qu'il faut pour se Ancien correspondant à Paris et encore Portrait de Dominique Hiltbrunner, administrateur de L'Agefi. sité dans la presse de Suisse romande: de jean Ziegler de ne pas être écrivain? Non? défendre eux-mêmes contre l'hystérie de passionné, je tiens à vous exprimer mon ad- „20 Minutes" au „Temps", en passant par la Alors ne dites pas qu'Uli Windisch n'est pas certains de mes anciens collègues. Si vous miration et mon soutien pour le magni- l'air du larGe
RTS et „L'Hebdo", le discours est univoque. journaliste. Son intérêt pour la presse ne m'avez lu jusqu'ici, tant mieux et merci. Je fique travail que vous accomplissez avec On nous sert partout le même brouet. Un date pas d'hier: si l'on additionne tous les vous souhaite bon vent. Comme aux „Win- votre remarquable équipe au service de Mediator, l'affaire des investigations manquées
nombre croissant de lecteurs et de citoyens articles et les enquêtes qu'il a menés et pu- disch-Boys", pour reprendre la seule jolie notre profession si menacée aujourd'hui ne se reconnaissent plus dans ces médias, La majeure partie des médias ont éludé certaines questions centrales.
bliés dans différents journaux, la somme formule de cet article. PS: depuis 2009, par le politiquement correct, les puissances toujours bienveillants et compréhensifs à dépasse probablement celle de pas mal de Jean-René Fournier n'est plus conseiller politico-financières et l'addiction aux tech- Guerre des médias en Equateur
l'égard de la moitié senestre de l'hémicycle journalistes professionnels. Ce qui agace le d'Etat valaisan.
nologies normatives. C'est donc que je lis Le président de gauche Rafael Correa divise la presse. politique, intransigeants et destructeurs plus l'auteure de l'article, c'est la question Jean-Bernard Desfayes, Crans-Montana
toujours avec grand intérêt votre Magazine pour l'autre moitié. Il y a donc une belle du financement; elle s'indigne de ne pas Jean-Pierre Moulin, Paris
Bons baisers de Srebrenica
place à prendre pour exprimer ces idées que avoir les noms de ceux qui mettent de l'ar- Scandalisé André Loersch raconte la tristesse d'une ville encore traumatisée. l'on entend ou lit si peu souvent. Au lieu de gent dans une aventure comme celle-là. Je vous réjouir de ce nouveau son de cloche, ne vois pas où est le problème? Ce finance- Je suis absolument scandalisé par le ton dé- vous semblez vous en méfier et mettre en ment vient de la droite, bien sûr, de cette nigrant et le nombre de choses fausses que A la retraite depuis plusieurs années, je garde vos lecteurs sur ses futures dérives. même droite qui finance „Libération", le vous affirmez dans votre papier („Les Win- continue à m'intéresser au sort du journa- Vous manquez là à votre mission qui est de „Monde", le „Figaro" ou le „Temps".
disch-Boys débarquent" E+K 1/2012), la lisme et des journalistes. Votre publication Vie publique, vie privée
renseigner de manière neutre et honnête, Et alors, ça prouve quoi? Cela dé- plupart étant de purs fantasmes. Cela me répond à bien des questions. D'autant plus Ou quand les juges strasbourgeois rappellent la valeur de la liberté d'expression.
surtout en période de rodage de l'organe en montre en tout cas que cette droite (qui va rappelle l'ambiance qu'il y avait lors des que je ne vis plus en Suisse depuis des dé- question. Pourtant, en agissant de la sorte, jusqu'à la gauche caviar) ne craint pas de Etats généraux que vous aviez organisés à cennies. Je vous félicite spécialement dans Investigation en Suisse, quels modèles ?
donner de l'argent à des communicateurs UNIGE, complètement déprimante, les votre numéro 6/2011 pour la „Conversa- Les sociologues des médias peinent à situer le „cas" helvète. @ Votre avis nous intéresse. Ecrivez à
qui ne partagent pas toujours ses avis. Mme participants quittant la salle les uns après tion au bord de l'Aar".
Brügger dénonce le réseau des amis de les autres. Je prépare un séminaire sur les Anne Cendre (Wijnanda Sudre), Paris
4 EDITO+KLARTEXT 02 2012
02 2012 EDITO+KLARTEXT 5


Raymond Loretan, 56, est
EDITO + KLARTEXT: Vous êtes entré en fonction il y a trois
critiques ponctuelles et nous travaillons en permanence à notre président de la SRG SSR. Il mois. Comment voyez-vous l'entreprise SSR?
image. L'ancienne génération est attachée de longue date à la SSR préside aussi le groupe de Raymond Loretan: Avec le regard nouveau d'un président du mais la nouvelle génération a une attitude toute différente envers les
cliniques de Genolier. Cofonda- conseil d'administration venu de l'extérieur. La SSR est une struc- médias. Gagner l'intérêt des jeunes est donc l'une de nos priorités.
teur et partenaire du cabinet conseils „Fasel Balet Loretan ture complexe, comparable à une montre suisse „à haute compli- As.". Juriste de formation, ce cation", elle est à l'image de notre pays. Il est très intéressant de Comment pensez-vous regagner l'intérêt des jeunes?
Valaisan a été secrétaire général faire interagir l'association et les unités de l'entreprise. Vu les dé- Chez certains, il s'agit plutôt de „gagner" cet intérêt (rire). Nous al- du PDC suisse, puis ambassa- fis qui nous attendent, il est impératif que cette collaboration fonc- lons là où ils sont, c'est-à-dire sur Internet. J'ai un fils de 18 ans, une deur à Singapour et New York. tionne au mieux. Je découvre une entreprise tout à fait saine mais qui conduit de grands chantiers, mène de nombreux projets. Le paysage médiatique vit des changements brusques et, par exemple, „La redevance n'est pas
les négociations avec les éditeurs ont un impact sur l'avenir de la SSR. Ces bouleversements concernent autant la presse écrite que condamnée, elle a une
les médias électroniques.
fonction en Suisse."
Et vous négociez ferme avec les éditeurs en ce moment…
. motus et bouche cousue.
fille de 21 et une fille de 31. Entre les trois, j'observe déjà un com- Les structures de la SSR vous semblent compliquées?
portement différent par rapport à la télévision. Les jeunes sont on- La réforme des structures n'est pas encore terminée. Certaines line, sur les tablettes, etc. Il n'y a pas que ça, ils sont aussi habitués compétences doivent être ajustées au sein de l'association, les à la culture du gratis. Si beaucoup lisent le journal à 13 ans, c'est échanges entre l'entreprise et les sociétés régionales peuvent être parce qu'ils prennent l'info gratuitement. Il faut faire l'effort d'ex-optimisés. C'est au conseil d'administration d'y veiller. pliquer aujourd'hui aux jeunes d'aujourd'hui qu'une radio, une télévision et une offre en ligne de qualité coûtent de l'argent: l'ar- Quand comptez-vous achever le processus de convergence?
gent de la redevance.
La convergence va de pair avec un changement de culture, cela prend
du temps. Il y a une double convergence, d'une part au sein de La redevance est donc condamnée?
chaque unité d'entreprise régionale, c'est d'abord la responsabilité Pas du tout, parce qu'elle a en Suisse une fonction particulière.
des jeunes des directeurs généraux qui ont leur agenda précis. Il y a ensuite la convergence générale de l'entreprise, c'est avant tout la respon- Mais comment la faire payer à des générations qui n'en veulent pas?
sabilité du directeur général qui a entamé ce processus de longue Une partie de la jeunesse est consciente que si l'on veut assurer une
haleine; avec lui, nous souhaitons soutenir ces processus pour offre télévision-radio-online qui soit intéressante, cela a son prix
que cette entreprise en silo devienne davantage une entreprise en dans un petit pays. Il s'agit de sensibiliser les jeunes au rôle de la
SSR pour la cohésion nationale. Nous avons quatre langues natio-nales qui rendent ce service „cher". La jeune génération est loin Que dire des finances?
d'être bête, il faut lui parler. On peut l'interpeller sur un tel débat. Elles sont à nouveau saines. La situation financière est stable et C'est un rôle que doit assumer l'association SSR. Les sociétés régio-équilibrée, mais ce n'est pas encore gagné. Nous ne sommes pas nales qui composent la SSR doivent renouer, approfondir le dialo- une entreprise à but lucratif et nous bouclons grosso modo nos gue avec les jeunes. Et quant à l'entreprise, elle doit développer des comptes à zéro. Mais pour rester dans les chiffres noirs, nous allons offres attrayantes.
poursuivre nos efforts d'économie et de rationalisation.
Vous allez vous investir personnellement?
On peut aussi envisager d'augmenter les recettes?
Avec détermination, oui.
Dans la mesure du possible. Nous devons nous battre pour main-
tenir les revenus publicitaires et nous le faisons à l'image d'une Vous pensez que c'est votre rôle en tant que président?
entreprise privée. Avec la révision de la loi qui s'annonce, il s'agira Je pense que c'est mon rôle de motiver l'association à le faire et à
en outre d'assurer les ressources issues de la redevance.
réfléchir à des stratégies.
Pour Raymond Loretan, le service public doit
Ce qui signifie.
C'est aussi un travail de lobbyiste. Ce pour quoi on vous a choisi, ne
être présent là où le public l'attend,
Que dans le meilleur des cas, le montant global de la redevance pensez-vous pas?
sera maintenu dans le cadre du nouveau système. Il ne serait pas Le mot lobbyiste implique un travail relationnel. Quand vous êtes
or le public de demain est sur Internet.
réaliste d'envisager une hausse substantielle.
président, vous représentez l'entreprise, vous défendez ses inté- Entretien avec le nouveau président de la SSR.
rêts mais je ne suis pas plus lobbyiste que n'importe quel président Propos recueillis par Christian Campiche Pour finir l'anamnèse: Comment évaluez-vous l'image de la SSR?
d'une autre boîte. Mon travail est d'assurer que les orientations de Comparée à beaucoup d'autres entreprises, la SSR bénéficie d'une l'association et de l'entreprise s'emboîtent et tendent vers le même et Philipp Cueni. Fotos: Daniel Rihs excellente image et d'une grande crédibilité. Il y aura toujours des objectif. Quand j'ai été élu, j'ai dit que j'aimerais être un président 6 EDITO+KLARTEXT 02 2012
02 2012 EDITO+KLARTEXT 7
E ACTUALITÉ
intégrateur. A additionner ces forces au sein de la SSR pour redevances et doivent donc respecter la concession; nous avons A quel niveau le service public est-il menacé?
l'importance du partenariat et du dialogue. Si on applique ces
convaincre que notre service public est indispensable à la Suisse. dès lors un certain nombre de règles communes. Sur ce point, Il ne l'est pas. Mais il doit rester en phase avec la société, l'évolution principes aux négociations CCT: si la SSR et la SSM ne trouvaient
La SSR ne peut pas être gérée selon des critères purement écono- et sur ce point seulement, la mission est complémentaire. Les des comportements du public et la révolution technologique. D'où pas d'accord, le conseil d'administration interviendrait-il comme
miques. Elle comporte un élément fédéraliste important; c'est un télévisions locales sont dans la proximité immédiate et la RTS, la discussion de fond sur la stratégie d'offre pour les cinq à dix pro- médiateur pour éviter un vide contractuel?
élément de cohésion nationale, de formation de l'opinion, d'édu- par exemple dans les grands thèmes régionaux et nationaux, chaines années. Le conseil d'administration se penche sur cette Le conseil d'administration a approuvé les grandes lignes du man- cation aussi, de connaissance mutuelle des cultures. Celles-ci sont par définition. Nos concurrents ne sont pas les Suisses mais les question et impliquera les sociétés régionales.
dat de négociation. Il est donc impliqué. Je ne souhaite pas en dire profondément différentes. La SSR est l'un des traits d'union forts étrangers. Les télévisions étrangères avec leurs fenêtres de publi- entre les différentes parties du pays. Dans les médias en général, cité. Dans ce grand enjeu de la mutation, du passage à la toile, avez-
vous voyez bien que les centres de décision sont mal répartis. Il n'y vous des modèles? Ce sera le grand défi de votre présidence.
Par rapport à Genolier dont vous présidez le conseil, on entend des
a plus de centre de décision en Suisse romande, presque tout est à Vous ne souhaitez pas prendre position sur les négociations
Pouvez-vous nous présenter quelques pistes pour faire face aux
critiques. Un conflit d'intérêts est-il possible?
Zurich. Le service public garantit un certain équilibre entre les menées avec les éditeurs au sujet d'Internet. Mais quel but
menaces qui pèsent sur le service public? A l'étranger, aux Etats-
Quand j'ai été sollicité à la présidence de la SSR, j'ai mis sur la table régions. La SSR peut jouer un rôle de contrepoids. stratégique vous êtes-vous fixé vis-à-vis de ces mêmes éditeurs,
Unis où vous avez vécu?
ce que je faisais. Il y a eu un examen de compatibilité. Les choses compte tenu du paysage médiatique suisse actuel?
Ce ne sont pas des menaces, c'est l'évolution. Je ne parlerai pas de sont absolument transparentes: lors de la première séance ordi- Dans l'esprit de son mandat.
Nous y avons tous deux notre place et je crois fermement à l'ave- modèle, ce serait prétentieux après deux mois et demi à la SSR. naire du conseil d'administration, en début d'année, j'ai notam- Oui, tout à fait.
nir de la presse écrite. Nos concurrents communs sont les chaînes Mais il est évident qu'une réflexion profonde sur la stratégie de ment proposé deux choses: que tous les membres du conseil étrangères qui exploitent des fenêtres publicitaires en Suisse. l'offre pour la décennie à venir s'impose: Le conseil d'administra- paient leur redevance ainsi qu'un mécanisme pour régler tous les Le service public, tel que le conçoit la SSR, est mis en question à
L'argent qui part à l'étranger n'est pas réinvesti dans le journalisme tion a entamé cette réflexion l'année dernière et va aussi impliquer éventuels conflits d'intérêts des membres du conseil.
divers titres – Avenir Suisse a notamment proposé un modèle bien
et la production audiovisuelle suisses. Cela affaiblit la place média- l'association. Nous sommes attentifs aux changements fulgurants. différent, prévoyant une réduction massive.
tique suisse.
Par exemple, la replay TV se mue en constitution d'archives pirates C'est ce qui s'est passé à la BNS.
Cette discussion est saine et nous nous y prêtons volontiers. Toutes dès lors que les prestataires enregistrent les programmes sur une Ce n'était pas le même type de conflits d'intérêt mais des méca- les opinions sont à prendre en compte, dans le cadre d'un débat sé- La SSR et les éditeurs peuvent très bien coexister selon vous?
durée de trois mois; si ça continue, les studios d'Hollywood ne vou- nismes de contrôle sont nécessaires.
rieux et public. Nous devons réfléchir, argumenter et être ouverts. J'en suis convaincu. La collaboration est dans notre intérêt à tous.
dront plus donner de films aux chaînes diffusées en Suisse.
Le service public n'est pas figé et immuable, il se développe et peut „Les conditions
changer. Ce qui ne peut être modifié en Suisse, c'est la diversité La SSR a-t-elle une responsabilité en ce qui concerne le paysage
Quid au niveau des emplois? Les conditions seront-elle toujours
culturelle et la nécessité d'établir des ponts. On ne rationalise pas médiatique suisse? Peut-elle contribuer à son équilibre?
attrayantes pour les journalistes?
dans le service public
l'équilibre des pouvoirs. C'est la raison pour laquelle le service pu- Il est évident que la SSR doit être présente sur la toile et qu'elle doit Avant le service privé, j'ai fait de l'administration pendant vingt- blic audiovisuel n'est pas comparable à d'autres.
proposer une offre en ligne à sa mesure. Mais il est tout aussi évident trois ans, j'ai une petite vue de ce qui s'y passe. Les conditions dans que les éditeurs doivent être présents sur ce terrain. Tous les médias le service public sont bonnes, oui.
Le service public est fondamentalement mis en cause par certaines ont des soucis financiers, j'en suis conscient, même si les grandes
forces politiques. Vous connaissez bien la Berne fédérale. Comment maisons présentent toutes des résultats excellents pour l'année
Jusqu'à quel point le président du conseil d'administration doit-il
le président de la SSR parvient-il à convaincre la classe politique
2011. Nous devons être des „concurrents complémentaires". Nous connaître le travail des collaborateurs?
C'est une réalité triviale que vous êtes beaucoup mieux payé chez
des exigences de ce service public?
ne sommes pas un monopole mais un service public au côté d'autres Je veux savoir comment travaillent les professionnels au quotidien, Genolier qu'à la SSR. Ne pourrait-on pas imaginer que vous serviez
Le meilleur argument, c'est la solidité des programmes et de l'offre. médias privés. Ces derniers peuvent fonctionner selon des critères combien de temps, comment ils sont rémunérés, comprendre leur d'abord les intérêts de la santé avant ceux du service public de
Et de l'argent dont nous disposons – qui nous vient du peuple purement économiques, ce qui n'est pas notre cas.
travail sur le plan technique et en apprendre davantage chaque se- l'information?
suisse – nous devons être économes. maine. Je viens de visiter la radio culturelle alémanique DRS2 à Si vous croyez que l'on peut dire aux journalistes ce qu'ils doivent Vous venez de dire que la SSR ne fonctionne pas comme une
Bâle, mais je suis également allé voir à Zurich la centrale de diffu- dire et faire, heureusement que non! Depuis que je suis président entreprise privée, selon des critères économiques…
sion de Leutschenbach avec son équipement hautement techno- de la SSR, je ne passe plus à l'antenne. J'y étais très souvent avant. … pas seulement! logique, j'ai assisté à une diffusion en direct du Lauberhorn, etc. Le Et c'est juste ainsi.
„La collaboration avec
président doit s'efforcer de toujours mieux comprendre les per- Comment la SSR se différencie-t-elle des médias dits commerciaux?
sonnes, les professions, les activités et les „produits" – ce qui cor- Pourquoi?
les éditeurs est dans
La SSR a un mandat mais aussi des limites, qui lui sont assignées respond à mon tempérament.
Parce que personne ne veut donner l'impression que la SSR favo- par la Constitution, la loi et la concession. Cela signifie que nous rise son président. Chaque profession ou fonction implique des notre intérêt à tous."
ne pouvons pas faire tout ce qui, du point de vue économique, pa- Et quelle est votre impression?
comportements évidents. Je n'irais jamais à un débat radio ou raît intéressant. Nous sommes néanmoins des acteurs du marché, Je vois des gens motivés, une bonne ambiance, une collaboration télévisé sur la santé.
confrontés à une concurrence impitoyable et qui va croissant. C'est impressionnante entre les différents corps de métier. C'est une en- Réexaminer l'offre, qu'est-ce que cela signifie concrètement?
un exercice d'équilibrisme.
treprise de taille combinant de nombreux talents. Face à de grands Vous aurez donc plutôt des problèmes avec Genolier, puisque vous
En permanence, il s'agit de vérifier si notre offre est toujours adap- défis, elle démontre beaucoup d'efficacité et assure un niveau de leur serez moins utile?
tée et quels vecteurs doivent proposer quoi. Internet est incon- Dans nos pays voisins, les diffuseurs publics se voient de plus en
qualité élevé.
Genolier est au clair sur ces nouvelles conditions et les accepte. Ge- tournable à ce titre. Le service public doit être présent où le public plus souvent reprocher leur proximité avec les médias
nolier, c'est avant tout des décisions d'acquisition, des relations l'attend, or le public de demain est sur Internet.
commerciaux. Jusqu'à quel point la SSR doit-elle se distancer de
L'écart entre les salaires des cadres et ceux des autres collaborateurs avec les acteurs de la santé, cela n'a rien à voir avec les médias. Le
l'offre privée, quelle alternative peut-elle offrir?
s'est accentué ces dernières années. Qu'en pensez-vous?
seul endroit où il pouvait avoir conflit d'intérêt était „L'Agefi", or Des élus locaux reprochent à la SSR de ne pas être plus présente
A l'époque où sévissait la télévision commerciale TV3 en Suisse La SSR est en train de négocier une nouvelle CCT, c'est pourquoi je j'ai démissionné d'emblée, c'était évident. De plus j'ai réduit dras- dans les régions. La SSR est-elle tentée de déléguer cette mission
alémanique, la différence sautait aux yeux, elle était vraiment ne souhaite pas m'exprimer à ce sujet.
tiquement mon engagement à Genolier, je n'y suis qu'à 50 pour aux télévisions privées?
criante. Mais il est vain de décrire cette différence de manière théo- cent, ma rémunération a été réduite en conséquence.
J'estime que les télévisions locales privées subventionnées ont rique. Cela relève avant tout de la responsabilité des producteurs Encore une question sur le rôle du conseil d'administration. Lors
un peu le même mandat que nous du fait qu'elles profitent de et des créateurs d'émissions au jour le jour.
de la traditionnelle séance annuelle de la SSR, vous avez insisté sur Interview réalisée à la SSR à Berne le 16 mars 2012.
8 EDITO+KLARTEXT 02 2012
02 2012 EDITO+KLARTEXT 9




E ACTUALITÉ
La SSR veut-elle
entreprises de service public de sa taille, la pen. „Mais maintenant, la SSR réclame plosive? Nul ne peut le dire avec certitude, SSR serait, selon Knoepfel, „un employeur davantage de flexibilité tout en voulant mais Ruppen tente néanmoins une expli-médiocre".
supprimer les indemnités, ce qui est cation. Elle est liée, selon lui, à Roger de affaiblir la CCT?
Le syndicat a justement comparé dif- inacceptable." Weck et à „sa crainte des déficits". De Weck férentes conventions du service public et viserait les chiffres noirs, coûte que coûte, constaté notamment que les journalistes et „Totalement hermétique". Le syndi- pour soustraire la SSR aux attaques des po-
les collaborateurs des programmes SSR ga- cat part du principe que les dérogations à la liticiens de droite. Mais il est affligeant de
gnent généralement moins que le person- loi sur le travail peuvent être légitimées, voir comment dans ce contexte, „la SSR re-
Après la presse écrite, le domaine de la radio-télévision
nel enseignant des écoles publiques. Il re- dans la mesure où les indemnités et la qua- prend à son compte les clichés de ses adver-marque aussi que les employés de la SSR ne lité des postes correspondent aux efforts saires sur les ‚privilégiés de la SSR', pour les verra-t-il la fin du partenariat social? Par Helen Brügger
bénéficient pas de plus de jours de congé demandés. Mais si les employeurs n'en- retourner contre ses propres employés". que les collaborateurs Migros, enfin, que trent pas en matière sur ces points, le SSM Valérie Perrin est également déçue. Si Roger leurs indemnités pour le travail de nuit ou n'a pas non plus de raison d'accepter de Weck est, selon elle, compétent sur le ous ne comprenons rien à Mais les négociations entre le SSM et la SSR phan Ruppen. Mais les employeurs se sont des jours fériés sont inférieures à celles du d'autres dérogations à la loi sur le travail, thème du service public, „concernant les ce qui se trame", déclare se sont déroulées dès le début sous de mau- présentés d'emblée avec tout un lot de me- secteur de l'imprimerie. Et sur ce chapitre „ce qui peut coûter bien plus cher à la SSR!", questions de gestion en revanche, il est ma- Stephan Ruppen, secrétaire vais auspices. La SSR prétend obtenir une sures de démantèlement. Plus de flexibilité de la flexibilité, il faut noter que la presse souligne Ruppen.
nifestement plus irréaliste que son prédé- central du Syndicat suisse nouvelle convention prête à signer en pour moins d'indemnités, semble être de- écrite dispose de cinq possibilités de déro- A l'issue de la troisième ronde de né- cesseur". des mass media (SSM). „Les seulement quatre rondes de négociation, venu leur leitmotiv.
ger à la loi sur le travail, tandis que la SSR ne gociation, les représentants du personnel „EDITO + KLARTEXT" a demandé à la employeurs se présentent à la table de né- dont la dernière doit se dérouler du 25 au „On nous reproche d'être des privi- connaît pas moins de onze cas d'exception, estiment que la balle est dans le camp de la SSR de prendre position sur les critiques du gociation avec une attitude du genre ‚dites 27 avril. Mais à l'issue de la troisième ronde, légiés par rapport aux employés du secteur permettant d'exiger une bien plus grande SSR. „Elle a le choix entre deux options: soit syndicat. Son porte-parole Daniel Steiner toujours, mais ça ne nous intéresse pas'." les positions des partenaires étaient prati- privé", indique Willy Knoepfel, représen- flexibilité de la part de son personnel.
elle approuve une CCT équitable, soit on n'a tout d'abord pas voulu s'exprimer „sur La consternation règne aussi en Suisse ro- quement les mêmes qu'au début. tant du SSM Genève pour la télévision. Mais „Lors des dernières négociations s'en tient à la loi sur le travail!" résume Va- les négociations en cours". Mais il a finale- mande. Valérie Perrin, représentante du cette comparaison est absurde, car la SSR CCT, nous avons accepté une plus grande lérie Perrin, d'un ton combattif.
ment accepté de réagir à nos questions par SSM pour la radio, soupire: „Nous avons Service public. Le SSM cherche le statu est un service public qui a un monopole
flexibilité, parce qu'elle était assortie d'in- La SSR s'est montrée jusqu'ici plus écrit. Ses réponses confirment l'impression l'impression que la SSR n'a aucune inten- quo. La SSR doit consolider ses finances, dans le secteur des médias électroniques. demnités raisonnables pour les horaires traitable que les médias privés. Alors com- de Valérie Perrin pour qui „la SSR démontre tion de négocier, mais veut juste imposer c'est un fait entendu et le SSM ne reven- Les radios et les télévisions privées occu- de travail irréguliers exigés", affirme Rup- ment en est-on arrivé à une situation si ex- une attitude totalement hermétique".
ses mesures d'économie sans compromis." dique que des améliorations qualitatives, pent une position marginale insignifiante, 250 collaborateurs de la Radio Télé- comme davantage de transparence, de res- et une comparaison avec la presse écrite in- vision Suisse ont manifesté pour une nou- pect du contrat et d'équité. „Il se satisferait dique que le personnel de la SSR est beau-velle CCT le 6 mars, à Lausanne et à Genève. d'une option ‚statu quo plus'", selon Ste- coup plus flexible." Comparée à d'autres „Il faut deux partenaires pour danser un tango" impressum demande: Un droit d'auteur équitable dans la loi
Edito + Klartext: La SSR part du principe que son personnel
Les salaires et les conditions de travail des cadres ne font pas partie de CCT est privilégié par rapport à celui d'autres médias. Selon ces négociations CCT. Durant les cinq dernières années, les salaires des le SSM, il serait plus pertinent d'établir la comparaison avec cadres de la SSR ont proportionnellement moins augmenté que ceux d'autres entreprises du service public, or ce parallèle n'est pas du personnel CCT. L'écart entre les plus hauts et les plus bas salaires Les délégués d'impressum demandent à l'unanimité:
à l'avantage de la SSR. de la SSR se situe dans un rapport de 1 à 11, ce qui est très modéré.
qu'une rémunération équitable pour la cession des droits d'auteur soit prévue
Daniel Steiner: La SSR compare régulièrement ses conditions de
dans la loi
travail avec celles de différents employeurs. Par rapport à d'autres En appliquant ce plan d'économie et en reprenant la vieille que le droit d'auteur soit appliqué de manière conséquente dans la pratique
maisons de presse suisses, la SSR offre un ensemble de conditions rengaine sur les employés de la SSR et sur leurs „privilèges", comprenant salaire, temps de travail (40 heures par semaine), la SSR ne se montre-t-elle pas un peu trop docile et empressée La «Déclaration des devoirs et des droits du/de la journaliste» définit la déontologie des journalistes: vacances, primes et prestations complémentaires, qui à bien des vis-à-vis de la droite politique? ils suivent des règles sévères et doivent être rémunérés de manière équitable. La rémunération pour égards se situe au-dessus de la moyenne. Comparée à d'autres La loi sur la radio et la télévision exige expressément de la SSR qu'elle les droits d'auteur en fait partie.
entreprises du service public aussi, la SSR offre de bonnes conditions gère ses ressources de manière raisonnée, efficace et durable. Les de travail, parfois même plus généreuses. positions de partis politiques ne changent rien à cette mission légale.
Sauvez le journalisme de qualité et arrêtez la chute libre des honoraires et des
salaires par des contrats spoliateurs de droit d'auteur: la rémunération équitable
La SSR est „privilégiée" par rapport aux médias privés, La SSR peut-elle envisager un vide contractuel? N'est-elle pas doit être prévue dans la loi!
puisqu'elle reçoit de la redevance. Est-ce que ceci ne devrait pas en train de pousser les choses dans ce sens? Dans quel but? se traduire par des relations „privilégiées" avec ses employés? Les négociations avec le SSM se poursuivent jusqu'à fin avril et le but impressum soutient la demande du conseiller aux États Luc Recordon de faire
Justement parce que la SSR est en grande partie financée par la de la SSR est très clairement d'aboutir à une nouvelle CCT. L'issue des obligatoire la rémunération équitable.
redevance et doit remplir une mission de service public, elle est tenue négociations est ouverte, comme l'a indiqué Roger de Weck lors d'une de gérer ses ressources de manière économe et responsable.
précédente interview accordée à votre magazine. „Si la dispute autour impressum demande au Parlement et au Conseil fédéral, de suivre l'exemple de la
de la CCT se prolonge d'année en année, c'est le signe que cette législation allemande et de prévoir la rémunération équitable pour la cession des
Les cadres moyens gagnent à la SSR 20 000 francs de plus qu'il négociation pourrait échouer. Je dis ceci tout en étant conscient qu'il y a dix ans, alors que les salaires moyens du personnel CCT ont faut deux partenaires pour danser un tango. stagné. La SSR ne devrait-elle pas appliquer son programme Tout le texte sur www.impressum.ch
Photos David Macheron d'économie également aux cadres et conseils d'administration? Propos recueillis par Helen Brügger 10 EDITO+KLARTEXT 02 2012
02 2012 EDITO+KLARTEXT 11
E ACTUALITÉ
LA TéLé
„Nous sommes très attractifs pour des jeunes talents" nous amènent des taux d'audience qui sont aussi élevés que si Vous pourriez vous limiter au marché local et régional, au lieu de
Après des débuts difficiles, „la télé"
c'était une émission vaudoise. vouloir devenir un acteur à l'échelon de la région linguistique. C'est
progresse. Christophe Rasch, le directeur
d'ailleurs ce que Ringier vous a conseillé pour devenir votre régie
de la télévision régionale valdo-
Comment voyez-vous l'avenir de la télé privée envers les journaux?
pub au niveau régional.
On a deux ans et demi d'existence. Soyons sérieux: Nous n'avons pas On a eu des discussions avec Ringier, pour savoir comment ils fribourgeoise, promet bientôt des chiffres pu prendre la place que prennent par exemple la „Liberté" ou „24
allaient agir par rapport à TF1, et ils nous ont proposé d'être l'une noirs. Propos recueillis par Helen
Heures". Pas encore. Mais on a réussi à progresser. La seule place où de nos régies, mais leurs conditions étaient inacceptables. il y a un débat en direct entre les acteurs politiques, économiques, Brügger et Christian Campiche culturels de cette région d'un million d'habitants, c'est chez nous. Au niveau des résultats financiers, „la télé" va bien?
Nous ne sommes tout juste pas encore dans les chiffres noirs. On
En fait, c'est une niche que vous concède la RTS?
a promis des chiffres noirs après trois années complètes, et on va a seule télévision régionale active sur deux cantons, On ne nous l'a pas concédée, on l'a prise. A la RTS, ils n'ont jamais y parvenir. C'est une bonne nouvelle. Là où l'on progresse le plus, „la télé", a deux ans. Elle a eu des débuts difficiles: elle fait des émissions régionales dans le sens que nous donnons à ce ce n'est pas dans la publicité nationale ni régionale, mais dans le a hérité dans le canton de Vaud de plusieurs télévisions terme: être là où les questions importantes de sa commune, de son sponsoring d'émissions. Il y a en Suisse romande un marché de locales, et elle à dû construire une offre régionale nou- canton se discutent.
coproduction très prometteur. Les clients découvrent le média velle dans le canton de Fribourg. Aujourd'hui, „la télé" télévision, stupidement rendu inaccessible à beaucoup de PME vient de profiter, grâce au lobbying de politiciens de tous bords Vous venez de la RTS, maintenant c'est le privé. Cela vous change?
de par des coûts trop élevés; et une fois qu'ils ont produit une dont le conseiller d'Etat vaudois Pascal Broulis, de conditions Bien sûr. Cela n'a rien à voir, principalement en termes de moyens. émission, un message vidéo, ils l'utilisent. L'augmentation de la assouplies concernant la redevance. Et son directeur Christophe Et non plus en termes d'approche. A la RTS, on a une mission très vidéo sur Internet nous aide à développer ce marché. Et dans le Rasch est en train d'acheter la part d'actions que Tamedia à héri- guidée. Chez nous, on est plus souple, on invente, on innove. C'est futur certaines de ces vidéos ne seront diffusées que sur nos tée d'Edipresse. Entretien avec l'ambitieux directeur et nouvel une question aussi de mandat et d'approche éditoriale. D'ailleurs, actionnaire de référence(*) de „la télé", qui est aussi membre du quand on me dit, par exemple qu'une élection complémentaire conseil de Telesuisse, l'organisation faîtière des télévisions régio- aux Etats ne fait pas partie des événements couverts par la RTS, cela Tamedia se défait de ses actions de „la télé", et c'est votre société
nales, en campagne pour la révision de la LRTV.
me laisse perplexe. Alors cela donne un signal clair: la TSR devient Pro TV Ventures qui est en train de les acheter. L'accord de l'Ofcom,
RTS, elle n'est plus la Télévision Suisse Romande, mais une télévi- est-il une simple formalité?
EDITO + KLARTEXT: „la télé" a essuyée beaucoup de critiques
sion suisse, une chaîne nationale, financée par le pot commun de Il y a une consultation en cours. Cela dépend des acteurs, de com- dans sa phase de démarrage. Le pire est-il passé?
la SSR à Berne. Et tant mieux, cela laisse la place à une télévision ment ils vont se prononcer. Les seuls que j'ai vus pour l'instant, le Christophe Rasch: Dans la phase de démarrage, nous avons eu romande de proximité qui vit dans sa région.
monde politique, eux ils sont très positifs. La décision devrait tom- affaire à beaucoup de réactions très vives, c'est vrai. Nous avons ber au premier semestre. Et il faut compter également sur la ges- hérité en fait de quatre télévisions locales, et c'était difficile à gérer. C'est votre but?
tion du droit de préemption, qui a cours actuellement et qui est Quatre régions perdaient leur télé de proximité, cela a fait mal, et Oui, bien sûr. Nous serons la Télé romande. géré par le conseil d'administration.
je le comprends. Nous avons proposé un média qui parle d'une
seule voix, tout le monde m'a dit que cela ne marcherait jamais. Et Quand vous voyez la guerre que se livrent les éditeurs et la SSR pour
Quand vous serez dans les chiffres noirs, vous allez revendre
pourtant cela a marché.
le droit d'avoir de la publicité sur Internet, vous rigolez dans votre
„la télé"?
coin ou vous en êtes partie prenante?
Ce n'est pas du tout ce qui est prévu. Il n'y a pas d'actionnaires ma- Vous contribuez aujourd'hui à créer une communauté régionale
Nous sommes complètement dehors. Nous n'avons plus Edipresse joritaires dans „la télé", et d'ailleurs tous nos actionnaires, vaudois entre Fribourg et Vaud?
et Tamedia dans nos actionnaires, et nous sommes très contents ou fribourgeois, y tiennent beaucoup, et ils n'ont pas du tout envie Au début on nous a dit, il faut deux journaux, il faut parler des de notre indépendance. C'est une guerre qui ne nous concerne pas de faire de la figuration. sujets fribourgeois aux Fribourgeois et des sujets vaudois au directement. Vaudois. J'ai dit non, ce n'est pas cela, il faut réussir à amener des Pro TV Ventures vous appartient à 51 pour cent, à 49 pour cent à
sujets sur l'ensemble de notre zone. Il faut en parler de façon à ce L'entrée de TF1 sur le marché romand vous a-t-elle fait perdre
la société française Thema, une entreprise commerciale, dont la
que cela intéresse tout le monde. Oui, nous sommes maintenant beaucoup d'argent?
majorité des clients sont des plateformes Pay-TV. Est-ce que cela
une vraie plateforme pour les deux cantons. Le succès du journal Oui. Sur le chiffre d'affaires au niveau national nous avons perdu s'accorde bien avec une télé régionale avec mandat de service
unique, regardé chaque soir par 70 000 personnes, le montre. 30 pour cent en 2011. L'entrée de TF1 crée deux problèmes ma- jeurs. D'abord cela sape l'offre des petites télévisions régionales. Le fondateur de Thema est un vieil ami qui a créé Thema il y a dix Vous avez des données concernant l'audience selon les cantons?
Mais l'autre problème, c'est le dumping que fait Ringier, la régie ans, quand j'étais chez Edipresse. C'est un acteur très impliqué Non, cela n'est pas possible, Telecontrol ne fait pas ce type d'ana- publicitaire pour TF1. Ringier nous a garanti qu'ils ne le feraient dans la distribution internationale de droits TV, il a lui-même lyses en dessous de la zone de concession. Mais nous avons quand pas, mais ils le font. On s'attendait que TF1 serait au moins une monté beaucoup de chaînes. C'est un spécialiste qui nous aide même des données qui prouvent le succès de chacune des sous- locomotive pour le marché, tel que cela nous a été dit et répété soit dans des questions très techniques et qui a toujours été impliqué zones. Nous savons par exemple que les débats avec des politiciens par Publisuisse (SSR), soit par Ringier, mais au final ils sont juste en dans des développements dans „la télé". C'est un ami et nous fribourgeois, qui par définition intéressent très peu les Vaudois, train de tout brader. Et de dévaluer ainsi le média télévisé.
avons cette velléité de créer quelque chose ensemble. Nous sommes très contents de notre indépendance.
12 EDITO+KLARTEXT 02 2012
02 2012 EDITO+KLARTEXT 13
LA TéLé
service de presse Mais ce sera la jungle.
Christoph Rasch, parcours
D'une certaine manière, oui. Mais je ne fais rien que de me prépa- 45 ans, marié, père de deux garçons.
Conseiller communal, Belmont-sur-Lausanne.
rer à la nouvelle loi et à l'adaptation de cet univers au monde ac- Des questions concernant le Groupe
1986–1988 Journaliste stagiaire à „24Heures" 
tuel, où Internet n'a pas de frontières et l'accès à l'information est 1989–1992 Journaliste à la Radio Suisse Romande (RTS) 
permanent, sans limites. L'évolution de nos offres va faire du mal de cliniques privées Hirslanden?
1992–1997 Correspondant aux USA, basé à Los Angeles
aux journaux papier, c'est clair. Cela va se sentir dans tous les mé- 1997–2000 Journaliste-présentateur du 19:30 à la TSR (RTS) 
dias, y compris l'affichage.
2000–2001 Responsable de la première cellule multimédia
Nous nous réjouissons de votre prise de contact sous de la TSR, lance le 1er décembre 2000 (www.TSR.ch)
2001–2008 Directeur & VP, Dpt TV&Multimédia, Groupe
medien@hirslanden.ch ou 044 388 75 85.
La fin des zones est-elle vraiment prévue dans le projet pour une
Edipresse, en charge du Business Development LRTV révisée? Cela risque de faire beaucoup de bruit!
2009–? Fondateur & CEO de „la télé" – Vaud Fribourg TV SA;
La fin de la limitation de la diffusion à des zones géographiques dé- Peter Werder, Chef de département Communication d‘entreprise, Seefeldstrasse 214, 8008 Zurich, www.hirslanden.ch llance „la télé" le 1er juillet 2009 au Château de Gruyères diée est prévue dans la révision, oui. Cela va avec le passage à l'offre 2010–? Actionnaire majoritaire de ProTV Ventures Sàrl,
numérique de diffusion pour tous. Et à l'arrivée de la télévision actionnaire de référence de „la télé" – Vaud Fribourg TV SA 2011–? Membre du comité directeur de TELESUISSE,
connectée à Internet, etc. C'est normal. La révision de la LRTV de association faîtière des télévisions privées régionales suisses.
2007 ne comportait pas une ligne sur la diffusion par Internet. C'est normal que le cadre légal s'adapte et que les médias suisses Que ce soit un «Early Bird» ou un «Last Minute» – soient accessibles de partout. A l'heure de Twitter, Facebook, You- C'est une société française, très commerciale, très
tube et du smartphone connecté en tout temps, c'est logique, non? Quant à savoir si cela va faire du bruit, cela m'étonnerait; car en nous sommes toujours là pour vous! Oui, oui c'est vrai. Mais ils ont un savoir-faire unique. Quand vous 2012, qui cherche encore à limiter la diffusion d'un média? montez une chaîne qui n'existe pas, vous êtes confronté à beau- Service de presse Hotelplan Suisse coup de problèmes techniques. Thema a été au feu avec de grands Parmi les 13 000 abonnés d'Edito+Klartext, beaucoup sont des
Sägereistrasse 20, 8152 Glattbrugg, tél. 043 211 83 48 acteurs européens, il y a beaucoup d'enseignements qu'ils peuvent journalistes. „la télé" est-elle un bon employeur?
nous apporter. C'est un acteur qui a aussi beaucoup travaillé pour Nous avons 42 employés, une trentaine de postes à temps complet. la Suisse, notamment en créant des bouquets de chaînes pour Nous sommes très attractifs pour des jeunes talents, parce que les Swisscom. De plus, ils sont précurseurs en matière de développe- gens chez nous sont visibles, tout le monde passe à l'antenne, tout ment d'offres VOD auprès d'opérateurs et de câblos de grande re- le monde fait tout. C'est notre côté formateur, très important pour nommée mondiale.
la branche. Après, la RTS nous pique les gens, sans se gêner, sans nous payer la formation que nous avons offerte, mais ça, c'est une Un jour ou l'autre les actions que Tamedia est en train de vous
autre histoire… vendre, pourraient passer dans les mains de Thema.
Je veux être très franc avec vous: Il n'y a aucune velléité de faire Vous engagez des RP?
Questions? Posez-les!
cela. Il n'est pas exclu par contre qu'un jour on fera entrer d'autres Aussi. Mais aussi des stagiaires. Les conditions salariales suivent les actionnaires, parce qu'il faut d'autres expériences et d'autres sa- barèmes de la CCT. Assurance-maladie – futée et sympa
voir-faire. Mais je pense à des actionnaires suisses, des spécialistes
en termes de contenu, de technologie, de compétence. Quand on Vous êtes journaliste, directeur et bientôt peut-être actionnaire de
monte un projet de cette envergure, il faut savoir s'appuyer sur des référence. N'y aura-t-il pas de conflits d'intérêts entre vos trois
spécialistes. Surtout quand on veut être la Télé romande.
fonctions?
En ce qui concerne la gouvernance, j'ai déclaré très tôt que je ne se-
Norbert Löhrer, Responsable Communication d'entreprise Canal Alpha, Léman bleu et Canal 9 ne vont pas être contents.
rai pas administrateur tant que je serai directeur de la chaîne. C'est T 058 456 11 15, medien@oekk.ch, www.oekk.ch On travaille avec eux. Ne vous en faites pas: Le jour où les zones pour moi une évidence. Par ailleurs, je ne me mêle pas de ce que tombent, tout le monde va bouger partout. Et la révision de la Loi fait la rédaction. Je connais bien le rôle du journaliste, et je le res- 04.04.2012 14:44:23 sur la Radio et la Télévision, qui débutera cette année, mettra fin pecte entièrement. J'interdis tout mélange entre le commercial et aux zones et limitations géographiques. Cela va forcément modi- le rédactionnel. Le défi de „la télé", c'est de réussir son pari édito-fier les efforts de toutes les chaînes, et je dirais même de tous les rial. Et ce n'est possible que si on a une rédaction cent pour cent médias sur le marché. crédible et indépendante.
Vous recevez une part de la redevance pour faire de la télé régionale. Entretien réalisé dans les studios de „la télé" à Lausanne le 15 mars 2012.
Si demain vous sortez de vos frontières, comment pourrez-vous
de télécommunication 058 221 98 04
justifier d'obtenir encore l'argent public de la redevance?
(*) Le transfert d'actions, qui doit être approuvé par l'Ofcom, concerne Je fais toujours de la télé régionale sur les deux cantons. Je reçois 23,5 pour cent du capital détenu par Tamedia, qui passe à la société Pro Swisscom SA, Corporate Communications, Media Relations, 3050 Berne
un mandat pour Vaud-Fribourg, je suis audité tous les deux ans, je TV Ventures de Christoph Rasch. Après la transaction, sa participation Fax 058 221 81 53 – www.swisscom.ch – media@swisscom.com garantis que notre mandat est parfaitement rempli. Si ce même s'élèvera à 25,72 pour cent et Rasch sera l'actionnaire de référence de „la télé", suivi de la Municipalité de Lausanne avec 18,09 pour cent, le signal est diffusé ailleurs en Suisse, est-ce que je peux le commer- groupe Saint-Paul, éditeur de la „Liberté", avec 8,75 pour cent, le fri- cialiser? Est-ce que je peux intéresser les gens? Si la réponse est oui, bourgeois Damien Piller avec 8,27 pour cent et une multitude d'autres tout le monde peut faire ce qu'il veut. actionnaires en dessous de 5 pour cent. 14 EDITO+KLARTEXT 02 2012
02 2012 EDITO+KLARTEXT 15
E ACTUALITÉ
„Profil" „vers un magazine féminin plus contre, c'est le nom de Caroline Gozzi, la son porte-parole Christoph Zimmer, ne classique", avec un contenu qui touche première rédactrice en chef de „Profil", à la poursuit pas, „pour l'instant", le projet „An-„toutes les femmes urbaines et modernes tête de „Boudoir". A ce magazine, Valette nabelle". Ni d'ailleurs un autre projet, celui entre 35 et 50 ans". Cette ouverture pro- veut donner les allures d'un titre „affirmé de lancer le gratuit alémanique „20 Minu-mise devrait se faire pour le deuxième se- ni féminin ni masculin, mais plutôt grand ten Friday" pour les très jeunes femmes en mestre 2012. public", dont les sujets intéresseraient Suisse romande: „Pour le moment, ce n'est pourtant „d'abord les femmes de par leur qu'une idée, même si elle est passion- Concurrence rude. Parce que ce n'est sensibilité différente".
pas seulement la rédaction de „Profil" qui En attendant que les deux grands est partie avec fracas, c'est aussi le fonda- „Annabelle" bloqué. Sur le marché des éditeurs se lancent, „Profil" et „Boudoir"
teur et directeur du magazine, Eric Valette. féminins, il y aura donc quatre magazines auront donc au moins une ou deux petites
Ce dernier s'est séparé de MediaCity et qui se disputeront le marché, avec „Edel- saisons devant eux pour séduire les lec-
donc de Dominique Hiltbrunner. „Je ne suis weiss" de Ringier et „Femina" de Tamedia. trices – ou disparaître.
pas parti en désaccord avec Hiltbrunner, Et c'est un secret de polichinelle que Rin-
mais j'ai trouvé préférable que, en ce qui gier était prêt à lancer un magazine féminin
concerne les affaires, chacun soit dans ses dérivé de son „SI Style" („Schweizer Illus- (*) MediaCity est une joint venture entre
Agefi S.A. et l'ancien Immobilien und propres souliers", dit-il avec une grosse trierte Style"), si Tamedia devait de son côté Business Verlags AG, devenu Business pointe d'ironie.
lancer son magazine „Annabelle" sur le Verlags AG de Dominique Hiltbrunner. Elle Valette prépare un nouveau maga- marché romand.
appartient aujourd'hui à parts égales à Domi- Igor Sokolov (tout à droite) veut recentrer „Profil".
zine féminin qui pourrait s'appeler „Bou- Seulement, ce „SI Style", qui décline nique Hiltbrunner et au groupe de l'Agefi. doir". Le nom est à prendre au condition- mode et lifestyle à travers la vie des stars, MediaCity édite „Profil", „Agefi Life", en plus nel, nuance-t-il pourtant, „il y a plusieurs est cher à faire, et Ringier a décidé, selon de „Capital Santé" et hypothétiquement „Work", le pendant romand du magazine La bataille sera rude
titres qui ont été évoqués". Pas de préci- son directeur romand Daniel Pillard, „de ne „Women in Business" de Hiltbrunner, projet sions non plus en ce qui concerne ses éven- pas bouger, au moins en 2012". Même son qui semble mort-né. Le nouveau directeur de tuels partenaires. Ce qu'il confirme par de cloche du côté de Tamedia, qui, selon MediaCity est Igor Sokolov.
D'ici peu, au moins quatre magazines féminins se partageront le marché
en Suisse romande. Par Helen Brügger
A ce jour, certains collabora- Mais à part les soucis d'argent, que placer par Igor Sokolov, ce dernier aurait
teurs de ‚Profil' attendent en- s'est-il passé au magazine „Profil" l'année souhaité qu'on lui fasse place nette.
core leur dû", affirmait Katia dernière? L'éditeur bâlois Dominique Hilt- Sous Katia Berger, „Profil" était de- Berger, ancienne rédactrice brunner est arrivé dans le groupe Agefi S.A. venu un magazine féminin exigeant, inso-en chef de „Profil", vers la mi- pour s'occuper d'une joint venture qui de- lite et courageux, bouleversant joyeuse- Atelier du futur pour une nouvelle politique médiatique
mars. Le magazine féminin a vécu de vait regrouper les magazines de l'Agefi, y ment modes de penser et manières de voir. meilleures heures. Katia Berger ainsi compris „Profil", et quelques-uns des titres Trop peut-être, au goût de certains. „Profil" Comment les médias suisses répondront-ils à leurs tâches démocratiques à l'avenir? qu'une grande partie de la rédaction de alémaniques de Hiltbrunner. „Il est venu a-t-il été coulé pour faire place à un maga- Faudra-t-il de nouveaux modèles pour promouvoir la presse et les médias? Quelles sont „Profil", qui comptait quatre journalistes nous voir plein d'idées, pour ensuite très zine moins ambitieux et plus mainstream, les idées de la gauche en matière de politique médiatique? Et comment les appliquer? Comment garantir à l'avenir le travail indépendant des journalistes? employées et plusieurs pigistes externes, vite se désintéresser de ‚Profil'", raconte plus vendeur?ont démissionné au courant de l'année Katia Berger.
Quoi qu'il en soit, la relance envisa- Dans son rapport «Garantir la diversité de la presse» de juin 2011, le Conseil fédéral dernière, écœurés par les soucis d'argent et gée aujourd'hui pour „Profil" semble viser a soulevé de nombreux problèmes. Mais il a décidé de ne rien faire pendant quatre les promesses non tenues de Dominique Exigeant, insolite, courageux. Elle plutôt le moyen de gamme. Et Igor Sokolov
ans. Le Conseil national exige maintenant que le Conseil fédéral développe rapide- Hiltbrunner, aujourd'hui copropriétaire, n'est pas la seule dans l'ancienne rédaction est présenté comme l'homme providentiel ment de nouveaux modèles. Le syndicat des médias syndicom et le groupe de travail Politique médiatique du parti socialiste suisse vous invitent à une journée au Palais avec Agefi S.A., de MediaCity (*), l'entité qui à penser que Hiltbrunner aurait délaissé pour cela. C'est lui qui a préparé au sein de fédéral pour discuter de modèles possibles. Avec les contributions des rédactions, de la édite „Profil".
sciemment „Profil", sous prétexte de Tamedia une version française du maga- politique et de la science des médias pour une politique médiatique tournée vers l'avenir.
Igor Sokolov, le nouveau directeur, manque de liquidités – tandis que le zine „Annabelle", destiné depuis longtemps tente maintenant de relancer le magazine: deuxième magazine repris par MediaCity, à être lancé sur le marché romand. „Début février, quand j'ai pris mon boulot, „Agefi Life" (anciennement „Evasion"), au- Sokolov est parti de l'équipe d'„An- j'ai effectivement trouvé quelques per- rait bénéficié de paiements plus réguliers. nabelle", „parce que Tamedia a renoncé au Merci de réserver la date! La journée est publique; la participation gratuite. sonnes qui se sont annoncées parce qu'elles Une possible explication de cet abandon de projet", résume-t-il. Il veut donner un fort D'autres informations suivront jusqu'à la mi-avril surf www.syndicom.ch.
n'avaient pas été payées." Sokolov promet la part de Hiltbrunner pourrait être que, ancrage romand à „Profil", pour en faire de faire de son mieux „pour faire le néces- voulant se séparer d'Eric Valette pour cause „l'autre magazine féminin à côté d' ‚Edel-saire, le plus vite possible". de désaccords de gestion, et voulant le rem- weiss' de Ringier". Sokolov veut recentrer 16 EDITO+KLARTEXT 02 2012
02 2012 EDITO+KLARTEXT 17
E ACTUALITÉ
naire minoritaire Antoine Hubert. Il ar-rive plein d'enthousiasme et de bonnes idées. Seulement, apprend-on de source éditeur bâlois qui
informée, son modèle low-cost – un petit noyau rédactionnel qui tourne avec beau-coup de pigistes – ne convient pas. Hilt-brunner n'est pas suivi. On dit de lui qu'il se désintéresse, on ne le verrait presque plus dans les locaux, il ne suivrait pas les dossiers qu'il a lancés, il ne remplirait plus sa tâche de directeur et „mélangerait un peu trop les intérêts de ses magazines et ceux de ‚L'Agefi'". Administrateur du groupe empire outre-Sarine. Il a réussi en août les avis divergent: L'amélioration de la si-
L'Agefi, Dominique
dernier à persuader Tamedia à lui céder la tuation financière serait plutôt due aux res- „Mélange des intérêts". Officielle-
très ancienne marque „Automobil Revue" tructurations de 2010, avec suppressions de ment, il se retire parce que les acquisitions Hiltbrunner a bâti un petit et son pendant romand. Il a également re- postes et restrictions financières, mises en
de la „Automobil Revue" et du „Schweizer empire outre-Sarine. Par
pris tout récemment au même groupe une place avant l'arrivée de Hiltbrunner.
Bauer" ne lui laissent „plus assez de temps participation au vénérable „Schweizer Car l'homme ne laisse pas que de pour se consacrer à son travail de direc- Bauer", autant d'acquisitions qu'il ajoute à bons souvenirs parmi ses collaborateurs et teur". L'administrateur délégué et rédac- ses plus anciens titres. partenaires alémaniques dont certains se teur en chef François Schaller lui garde „son Début 2011, il reprend le magazine sont retrouvés rapidement devant la porte, entière confiance", confirmant pourtant ominique Hiltbrunner ne pour PME „Blickpunkt, das Wirtschaftsma- en litige financier ou carrément en bisbille que Hiltbrunner s'investit moins aujour- laisse plus planer le doute gazin für KMU", non sans réussir l'exploit judiciaire avec lui. Dominique Hiltbrunner d'hui, laissant ses activités romandes en sur son âge. A E+K, il dé- de créer une joint venture avec „L'Agefi", y devra d'ailleurs répondre devant la justice deuxième priorité. Schaller ne s'offusque clare qu'il a 33 ans, telle est regrouper les magazines lifestyle de „l'Agefi„ à partir du 25 avril 2012, pour d'éventuels par contre pas du „mélange des intérêts" la vérité! Reste que l'édi- dans l'entreprise MediaCity, devenir con- délits liés à une faillite. Cité par le quotidien entre les sociétés de Hiltbrunner; il s'agi- teur est, pour le moment, plus connu en seiller à la direction de „L'Agefi" et ensuite „Basellandschaftliche Zeitung", Hiltbrun- rait, selon Schaller, „d'une mutualisation Suisse alémanique qu'en Suisse romande. son directeur s'occupant essentiellement ner se dit serein, il s'agirait de „vieux re- des coûts" entre ses titres. Il tient à préciser Ce self-made-man et „éditeur turbo", du commercial. En plus, d'après ses dires proches gonflés".
que la rédaction de „L'Agefi" n'a pas dimi- comme le surnomme le magazine „Bi- (lire encadré), il assainit rapidement les fi- Hiltbrunner dit avoir été amené au nué avec Hiltbrunner, les pigistes n'ont pas lanz", a déjà bâti un impressionnant petit nances du quotidien financier. Sur ce point, quotidien financier „L'Agefi" par l'action- Dominique Hiltbrunner reste au conseil d'administration en tant que membre actif. Il supervise le commercial et le financier, commente François Schaller „J'ai ramené ‚L'Agefi' dans les chiffres noirs" pour qui Dominique Hiltbrunner garde Comment comptez-vous y parvenir, concrètement? aussi l'envie d'entrer dans le capital du EDITO + KLARTEXT: Pourquoi avez-vous quitté la direction
du groupe „L'Agefi"? J'admets que c'est un but presque impossible à réaliser, mais je fais quotidien financier. L'actionnaire majori- Dominique Hiltbrunner: Mon mandat était très clair. On est
confiance à Martin Schaedel. Avec beaucoup de chance on peut y taire Alain Duménil, qui détient 51 pour venu me chercher pour ramener le journal dans les chiffres noirs. arriver. „L'Agefi" est la Rolex des médias. Nous allons augmenter le cent des actions, possède une option sur les C'est ce que j'ai fait après avoir restructuré et beaucoup travaillé. tirage hors cible de 5000 exemplaires en positionnant le titre dans les 49 pourcent restants, détenus par le groupe J'ai élargi le réseau de vente, introduit de nouvelles structures hôtels, les banques, les guichets, les restos. Genolier/GSMN (Genolier Swiss Medical commerciales, un nouveau site Internet et un système intégré de contrôle et de budget. Aujourd'hui les chiffres sont bons, „L'Agefi" Quels sont vos contacts avec François Schaller, l'administra- est sorti des chiffres rouges: à fin janvier, d'une année à l'autre, teur délégué du groupe Agefi? Récemment condamné en France son bénéfice se situait entre 1 et 2 pour cent du chiffre d'affaires. Nous travaillons ensemble. François Schaller est un très bon journa- pour complicité de faillite frauduleuse, Mon travail comme directeur actif est donc terminé. Cette tâche a liste, qui réalise un quotidien avec un minimum de ressources Duménil pourrait théoriquement acheter été confiée ad interim à Martin Schaedel. Etant donné que nous ne journalistiques, ce qui montre son pouvoir. Nous avons beaucoup les actions de GSMN et les revendre à Hilt- pouvons plus couper dans les effectifs, il faut une personne très restructuré la rédaction, la qualité est bonne actuellement.
brunner, ou alors renoncer à son option. compétente pour la vente.
„L'Agefi" est signataire de la CCT. Comment l'éditeur aléma- Dans ce cas-là, GSMN pourrait les vendre Vous restez au conseil d'administration. Quel est votre rôle? nique que vous êtes juge-t-il ce cadre de travail? directement à Hiltbrunner (ou quelqu'un Je reste un administrateur actif, avec une présence de une à deux fois Je pense que „L'Agefi" paierait davantage ses meilleurs journalistes si le d'autre). François Schaller confirme que par semaine à Lausanne. Mon devoir est aussi opérationnel, pas journal n'était pas lié à la CCT. Si tu travailles dans la presse écono- le groupe GSMN a l'intention de se défaire seulement stratégique. En 2012, je surveillerai notamment le change- mique, tu ne peux pas t'habiller en jeans lorsque tu vas voir un client.
de ses actions; cette opération „est envisa- ment de direction avec un objectif de bénéfice atteignant 5 poir cent du chiffre d'affaires. Le chiffre d'affaires publicitaire devrait progresser Propos recueillis par Christian Campiche. Entretien réalisé à Lausanne gée, mais pas décidée" durant l'année en de 18 à 20 pour cent par rapport à 2011. le 6 mars 2011.
Dominique Hiltbrunner: „Mon mandat était très clair."
18 EDITO+KLARTEXT 02 2012
02 2012 EDITO+KLARTEXT 19
EDITOô h
service de presse e le sentiment de christophe Gallaz
Vide. Selon tout apparence, des employés de la
SRG SSR anticipent déjà la situation d'un vide
contractuel au sein de leur institution, pour préve-
Magazines féminins, un nir à temps des fins de mois qui pourraient s'avérer Pour un article de fond en pleine forme.
difficiles. Comment comprendre sinon que la pré- léger désordre en vitrine sentatrice du journal du soir alémanique, Beatrice Le Service médias d'Helsana vous conseille simplement et de manière compétente sur tous les sujets concernant la santé. Müller, envisageait de coacher des CEO dans l'art Nous assurons ainsi à votre reportage une base saine et solide. Pour en savoir plus: +41 (0)43 340 12 12 ou media.relations@helsana.ch
Magazines féminins d'ailleurs et d'ici (lire en page 16): inté- de bien communiquer? Ou qu'Ueli Schmezer, la ve- ressants? éclairants? rigoureux? utiles? aigus? nécessaires dette du magazine conso alémanique Kassensturz, à l'intellect de l'honnête femme actuelle, et même de l'hon- se produise avec tout son charme dans un event de nête homme? Il est bien difficile de répondre à ces questions l'assurance Emmental, pour un honoraire modeste par une franche affirmative. de 5000 francs? Si vraiment les caisses de la SRG (En haut) Beatrice
SSR sont à ce point vides, on pourrait imaginer Muller, coach de
Sur la table du salon. Le magazine féminin, c'est en effet
Gilles Marchand initiant les cadres de TF1 aux sub- le genre de publication qu'on laisse volontiers traîner 4.6.2009 16:12:03 Uhr tilités du marché romand. Ou Roger de Weck ins- (En bas) Blocher
quelques jours sur la table du salon en se promettant d'en truisant ses homologues privés dans l'art de négo- ne joue pas dans
lire une ou deux pages repérées à la lecture du sommaire. cier une CCT sans négociation. Ou alors carrément Ou qu'on ouvre dès sa réception pour y retrouver la chro- Raymond Loretan promouvant les mérites du ser- nique aimée, et feuilleter distraitement le reste avant de vice public auprès du groupe de cliniques privées tout jeter. Bien sûr, j'exprime ici même un point de vue mas- Genolier. Que de bons plans pour renflouer les 'information assurée culin, qui m'incite peut-être à des perceptions caricaturales — à commencer par celle-ci: un fouillis prodigieux de contra- Prévention, Assurance, Réadaptation Confidentiel? Tourmag.com, le plus ancien site
dictions me semble parasiter la cohérence, et même l'intérêt, web français des professionnels du tourisme, vient de tout magazine féminin. d'être condamné par le Tribunal français du com- merce à une amende de 3000 euros à payer à TUI, Tél. 026 350 37 82 Commençons par disséquer la vertigineuse quadrature du assortie d'une astreinte de 1000 euros par jour, Fax 026 350 36 23 cercle que doivent résoudre les éditeurs de Madame Figaro, pour avoir divulgué une information que TUI de Glamour ou de tel ou tel Femina francophone. D'abord, il croyait confidentielle: le Plan de sauvetage des en- faut plaire aux femmes en accompagnant leur vœu de li- treprises (PSE) du voyagiste TUI prévoyant la sup- berté quotidienne et d'émancipation économique. Discours pression de 400 emplois dans un premier temps, (En bas) Alain
de la subversion! Or cet exercice est forcément abâtardi par chiffre qui se montait finalement à 484. La publica- Maillard fait place
l'impératif opposé d'offrir à ces mêmes femmes-là les mille tion de cette mesure aurait porté atteinte aux inté- rêts de TUI. Tourmag.com fait recours contre cette et une façons de survivre avec succès dans un schéma lar- sanction avec l'appui du Syndicat de la presse d'in- gement configuré par la domination masculine. Discours de formation en ligne (SPILL). Bizarre, dans la presse la résistance à la tchèque! écrite française, „La Tribune" et „Les Echos" ont publié cette même information sans avoir été in- Comment LE séduire? Après quoi revient l'urgence de ré-
quiétés. Un média en ligne ne pourrait-il pas béné- pondre à cette interrogation vieille comme le monde, qui re- ficier de la même liberté de la presse? Le tribunal bondit par conséquent immanquablement de rubrique en semble en retard sur son époque, au jour où bien rubrique et de page en page: comment LE séduire? Discours des médias abandonnent la formule papier pour ne de l'aliénation consentie! Au fond, le périmètre rédactionnel garder que les informations en ligne.
des magazines féminins fait songer au périmètre identitaire helvétique que Friedrich Dürrenmatt décrivit lors de son Rocky. A la Une du „Matin" du 21 mars 2012,
CeMedia AG
dernier discours public, prononcé voici vingt ans dans le Christoph Blocher apparaît avec une tête de boxeur Marketing & Verkauf au tapis, nez et lèvres tuméfiés. „Blocher sous Diversit CeMedia AG
SRG SSR Typo Inserat Edito 191x55.indd 1 cadre d'un éloge au président tchèque d'alors Václav Havel. enquête", titre le quotidien. Le leader UDC a-t-il Il y posa qu'en Suisse, le sentiment de liberté personnelle participé à une castagne dans un bar? s'interroge le quidam au vu de la procède du fait que chaque citoyen s'y définit comme le geô- photo. La lecture de l'article apporte un démenti à toute interprétation Marketing & Verkauf lier de son voisin. C'est un paradoxe extraordinaire, qui rap- mal intentionnée. Le politicien fait l'objet de la curiosité d'un juge pour pelle l'antagonisme des options paralysant les magazines son rôle de cafteur dans l'affaire Hildebrand. Blocher dans la série Rocky, féminins engagés dans la quête panique d'un lectorat mul- Nous commandons pour 2012:
faudra repasser! tiple. A ce stade, faute de les lire avec passion, voyons-les au moins comme un miroir de la femme contemporaine à la Sournois. Médialogues disparaît de la grille de la radio romande. Enfin,
Marketing & Verkauf fois captive et autonome, ou s'espérant telle tout en crai- pas tout à fait, car l'excellente émission quotidienne consacrée aux gnant l'absence de partenaire… médias se voit reléguée au samedi matin. Mais le coup le plus sournois est celui asséné à son fondateur et ancien animateur, Alain Maillard, Fax 056 618 33 10 qui l'avait quittée l'an dernier pour rejoindre la „Ligne de cœur". Le jour- 1 double espace Fr. 1700.– Mobil 079 640 64 40 naliste devra faire place nette afin de permettre au „petit zèbre" Richard R Tel. 056 618 33 11 de se recaser. Il paraît que la direction de la RTS n'était pas contente 4 double espaces Fr. 6000.– de la manière qu'avait Maillard d'animer la plage nocturne dédiée aux Christophe Gallaz
esseulés. Voyons donc! Du coup, lesdits écorchés viennent aujourd'hui Mail 079 640 64 40 est journaliste, essayiste et écrivain.
par dizaines crier leur déception sur les blogs de la RTS. Triste ambiance. otos KPh Web www.cemedia.ch 20 EDITO+KLARTEXT 02 2012
02 2012 EDITO+KLARTEXT 21
Postfach 895430 Wettingen Tel. 056 618 33 11Fax 056 618 33 10Mobil 079 640 64 40Mail cem@cemedia.chWeb www.cemedia.ch E mEDIATOR®
e la terre a la une
Les informacteurs Presque aucun
En juin à Rio, le 3e Sommet de la Terre parlera de la transi- média généraliste
tion de l'humanité vers une économie verte et une civilisa- n'a relayé ni prolongé
tion durable. Une fois de plus, les envoyés spéciaux pointe- ront les blocages égoïstes et le manque de vision des ténors planétaires. Pourtant, même si une minorité croissante de journalistes exercent ainsi un rôle citoyen, le défi les L'affaire des
Débat public. Les rapports d'experts convergent: il nous
reste quelques années pour modifier nos comportements polluants. Sinon le réchauffement global deviendra ingé-rable. Comment envisager un changement aussi rapide et radical, unique dans l'histoire mondiale… sans les médias? Les médias en tant qu'industrie multiforme (Globo, Time Warner, Al Jazeera, Baidu, Bollywood, McKinsey, Google, Facebook et Cie) sont à la fois un problème et une solution. Divertissement et publicité perpétuent encore massivement le gaspillage et l'insouciance face aux menaces urgentes. Le scandale du Mediator® a été
Mais une info percutante et persistante peut favoriser un abondamment traité par les médias
vaste débat public, poussant les décideurs à agir à temps.
au cours des 18 derniers mois. Pourtant,
Communication crédible. A Rio, le rendez-vous qui
la majeure partie de la production
ferait la différence sera manqué: un dialogue stratégique éditoriale a éludé certaines questions
entre dirigeants des médias, communauté internationale et centrales, qui n'ont été posées que sur
société civile, pour une communication crédible des enjeux. Le mot „médias" reste largement absent des brouillons des Internet. Par Catherine Riva
négociateurs. En 1992, cinquante multinationales invitées à Rio créaient le Conseil mondial des entreprises pour le dé-veloppement durable. Même si leur conversion réelle à l'éco-logie reste sujette à caution, les dix normes de responsabi-lité sociale qu'elles ont signées dans le Global Compact de l'ONU deviennent un cadre de plus en plus difficile à violer.
Les pouvoirs médiatiques, eux aussi, ne peuvent plus es- quiver leur responsabilité. Ils devront s'asseoir un jour à la table mondiale et proposer des solutions dans l'intérêt gé- 'affaire Mediator® est sans que les coupe-faim Pondéral® et Isomé- venait de paraître et racontait son combat, retrait du médicament, avec la révélation néral des Terriens. En septembre 2009, 150 dirigeants de doute l'un des scandales qui a le ride® avaient été retirés du marché il y a solitaire ou presque, contre le Mediator®. Y (toujours par le „Figaro") de l'existence chaînes radio-TV publiques montraient la voie à l'Unesco: plus agité les sphères média- belle lurette, le Mediator® s'était main- intervenaient aussi Catherine Hill, „membre d'une étude selon laquelle le Mediator® une „Déclaration pour une prise de conscience publique du tiques et politiques françaises tenu jusqu'en novembre 2009. Comment du conseil scientifique de l'Agence française aurait fait „au moins 500 morts". Quelques changement climatique", s'engageait à une information ces dernières années. Au cœur avait-on pu en arriver là? de sécurité sanitaire des produits de santé semaines plus tard, ce chiffre était confirmé „cruciale pour le maintien de la vie sur cette planète".
du feuilleton, un antidiabétique, le Media- (Afssaps)", Charles Joseph-Oudin, un jeune par deux autres études, dont l'une avait été tor® (benfluorex), que les Laboratoires „Conflits d'intérêts". Si le Mediator® a avocat qui défendait les premières victimes
menée par Catherine Hill. Suite à ces publi- Aujourd'hui, un réseau mondial de journalistes propose un Servier avaient réussi à maintenir sur le été retiré fin 2009, le scandale ne s'est du médicament, le député socialiste Gérard cations, Xavier Bertrand, ministre de la Media Global Compact et un lieu de concertation entre marché pendant 33 ans, alors que l'on amorcé qu'en juin 2010, avec la parution de Bapt, qui dénonçait „des conflits d'intérêts Santé, commandait un rapport à l'IGAS médias et acteurs globaux à Genève. savait depuis une vingtaine d'années au deux articles dans le „Figaro". Ces papiers importants, notamment dans les comités (Inspection générale des affaires sociales). Suggestions et contributions bienvenues moins que les cousines chimiques de ce ont été les premiers à présenter les person- d'experts", et „l'avocat de l'éditeur", Fran- De leur côté, les parlementaires décidaient médicament, la fenfluramine et la dexfen- nages de la future affaire: les Laboratoires çois Honnorat, intervenu notamment dans d'ouvrir deux missions d'information sur le fluramine (Pondéral® et Isoméride®), Servier, numéro 2 de la pharma française, l'affaire du sang contaminé.
Mediator®, sous la houlette de Gérard Bapt pouvaient provoquer des pathologies car- mais surtout Irène Frachon, pneumologue Le scandale a éclaté pour de bon en à l'Assemblée nationale, et de François Daniel Wermus, journaliste
diaques et pulmonaires graves. Mais alors brestoise, auteure d'un livre à charge (1), qui octobre 2010, soit près d'un an après le Autain (groupe communiste) au Sénat.
22 EDITO+KLARTEXT 02 2012
02 2012 EDITO+KLARTEXT 23
E mEDIATOR®
Entre-temps, les médias avaient eu Où sont les enquêtes? l'occasion de (re)découvrir Lucien Aben- A l'automne 2010, le Mediator® n'est pas le seul antidiabétique Guerre ouverte entre le président
haïm, épidémiologiste et ancien directeur général de la Santé, auteur principal dans dans la tourmente: l'Avandia® de GlaxoSmithKline (GSK) vient les années 1990 d'une étude commandée d'être retiré du marché européen, et aux Etats-Unis, la firme se prépare à affronter des poursuites en raison du risque cardio- et les médias d'opposition
par Servier sur l'association entre dexfen-fluramine et hypertension artérielle pul- vasculaire de son produit. Les feux étant braqués sur le Media- monaire (HTAP): ces travaux auraient été tor®, l'affaire passe presque inaperçue. Or, Irène Frachon et Le petit pays andin connaît un regain de tensions entre son président de
les premiers à prouver la nocivité de l'Iso- Gérard Bapt, qui dénoncent volontiers la nocivité des conflits d'intérêts, ont précisément des liens avec GSK.
gauche Rafael Correa et la frange de la presse équatorienne la plus critique
méride®, et Lucien Abenhaïm aurait même mis en garde en 1995 les autorités de régu- à son égard. Par Julie Pacorel
Lors de son audition à l'Assemblée nationale en janvier 2011, lation américaines – en vain. Quant au Irène Frachon a déclaré des conflits d'intérêts, avec GSK notam- Mediator®, il n'était pas au courant de sa ment, qu'elle avait passés sous silence jusqu'à fin 2010, y compris parenté chimique avec les fenfluramines.
le responsable Amériques de Reporters pal problème en Equateur est la polarisa- dans ses publications scientifiques, comme le montrent nos sans Frontières (RSF), Benoît Hervieu, mais tion excessive entre acteurs pro et anti- recherches. Un manquement surprenant de la part de l'„Erin Réseau d'influence. Au fil des articles,
Brockovich française", qui n'a pas été investigué à ce jour. On attend toujours, également, une enquête qui explique à la faveur de quelles circonstances, Irène Frachon a réussi là où tant d'autres avaient échoué avant elle: se faire entendre des autori-tés sanitaires. Trois ans de prison et 40 millions de dollars. La peine, confirmée par la Cour suprême de Quito qui ne signe pas la fin du combat. gouvernement. „Il y a une liberté d'expres- des reportages, des rapports et des audi- en février 2012, se voulait sion en Equateur, mais elle s'affirme dans tions, le tableau suivant s'est dessiné: Ser- exemplaire. Dans le rôle du „Dictature des médias". Rafael Correa un climat de tension", juge Benoît Hervieu.
vier, firme habile et puissante, avait réussi à plaignant, le président Rafael Correa, dans a en effet déclaré deux semaines plus Il constate un fossé idéologique entre une „enfumer" tout le monde grâce à un subtil celui de l'accusé, trois dirigeants et un édi- tard être „en lutte contre la dictature des presse „issue des classes dominantes, qui a réseau d'influence et de conflits d'intérêts torialiste du quotidien „El Universo". L'ob- médias". Pour RSF, qui a condamné du mal à admettre qu'un président de cette au sein des administrations sanitaires. Par- Quant à Gérard Bapt, Le Post a révélé en février 2011 qu'il était jet du procès? Un éditorial de février 2011 l'amende démesurée infligée à „El Uni- étiquette ait pu être élu démocratique- faitement au fait de la nocivité de son pro- le président fondateur du Club Hippocrate, un club parlemen- dans lequel le journaliste Emilio Palacio, verso" sans approuver pour autant l'édito- ment" et un chef d'Etat progressiste „qui duit, le fabricant était prêt à tout pour le taire sur l'économie de la santé financé par GSK. Huit des 11 nommant Rafael Correa „le Dictateur" (alors rial „haineux" d'Emilio Palacio, le princi- réagit violemment chaque fois qu'il se sent maintenir sur le marché. Si personne n'avait membres de la mission Mediator® à l'Assemblée nationale que celui-ci a été démocratiquement élu) déstabilisé par cette presse extrêmement rien pu (ou voulu) voir en 30 ans, c'était étaient eux aussi membres du Club Hippocrate. Suite à cette l'accusait de „crime contre l'Humanité". donc surtout à cause des méthodes perfides publication, le site Internet du club et l'article qui lui était Palacio commentait la répression d'une Bien qu'il n'atteigne pas encore le de la firme. Sans la persévérance du Dr Fra- consacré sur Wikipédia ont été reconfigurés, et les traces de ces manifestation de policiers en septembre L'Amérique latine n'est pas tendre niveau de son homologue Hugo Chávez au chon, sans la volonté de certains politiques relations effacées. Seule France 24 a poursuivi l'investigation 2010 lors de laquelle cinq personnes étaient avec ses journalistes. Assassinats Venezuela, pour qui cet exercice est devenu et de certains experts, sans le courage d'avo- dans le cadre d'un sujet diffusé en mai 2011, qui mettait en ciblés, agressions publiques, procès un mode de gouvernement, Rafael Correa cats prêts à défendre les victimes, les choses perspective les affaires Mediator® et Avandia®. Cette enquête a Une mutinerie qualifiée de „tenta- et fermetures intempestives de interrompt régulièrement les programmes médias sont un lot commun de la auraient pu continuer longtemps.
été la première (et la seule) à évoquer l'intérêt de GSK, et à parler tive de coup d'Etat" par le dirigeant, qui télévisés sur toutes les chaînes pour dif- presse latino-américaine. Pourtant Les investigations des médias ont de „guerre de communication".
avait été malmené par les manifestants. En de fortes différences existent entre fuser des messages de propagande, parfois avant tout livré des éléments accablants 2011, Rafael Correa s'en était aussi pris à des pays comme le Mexique (classé destinés à dénoncer tel ou tel journaliste pour Servier. Pourtant, le personnel „hé- Michel de Pracontal sur Mediapart, et Marc Girard sur deux autres journalistes, qui selon lui le 149e sur 179 par RSF en 2011), où le trop acerbe. Dans un pays où la diffamation roïque" de l'affaire a aussi ses zones d'ombre. rolandsimion.org, ont montré dès décembre 2010 que les propos diffamaient dans leur livre „Le grand métier de reporter peut relever du est passible de prison, et où les amendes de Lucien Abenhaïm étaient sujets à caution, aussi bien quant à sacrifice humain, et le Venezuela, où Certaines publications sur Internet (2) se frère", dans lequel ils affirmaient que le peuvent couler un journal, le risque est une le risque de mort est presque nul, en sont penchées dessus dès décembre 2010 ses interventions dans l'affaire de l'Isoméride® que sur sa président avait eu connaissance des „prime à l'autocensure", dénonce RSF, un dépit de l'insécurité „commune" (lire encadré). Mais, curieusement, presque prétendue ignorance des effets secondaires du Mediator®. Lucien contrats publics obtenus par son frère. Ils grimpante, mais où la polarisation système dans lequel nul n'osera plus cri- aucun média généraliste n'a relayé ni pro- Abenhaïm n'a été confronté aux contradictions entre ses dires et avaient été condamnés le 7 février à verser extrême rend le journalisme tiquer le gouvernement, y compris à l'aide longé ces investigations, alors qu'un tel ce que démontraient des documents américains en libre-accès ni une indemnisation de deux millions de obligatoirement partisan. Benoît d'une enquête sérieuse et documentée.
effort aurait peut-être permis de répondre lors de son audition au Sénat, ni par les médias.
dollars au chef de l'Etat.
Hervieu de RSF établit deux Des craintes renforcées par un pro- catégories dans les pays du Sud du à une question fondamentale: à qui ce scan- „Depuis que Rafael Correa a pris le jet de loi sur la communication en cours En mai 2011, Servier dénonçait l'existence d'un lien de parenté continent américain, entre ceux, dale profitait-il vraiment? pouvoir en 2007, la liberté de la presse entre Catherine Hill, auteure de l'étude confirmant le nombre de comme le Venezuela et la Bolivie, qui d'examen qui prévoit un organe de con- Le procès contre Servier s'ouvrira le s'est dégradée à un rythme soutenu et sys- ont connu une tentative de coup trôle des contenus journalistiques, et une morts imputables au Mediator®, et Charles Joseph-Oudin, l'avocat 14 mai 2012. Il devrait être largement cou- tématique", affirme sans nuances Ricardo d'Etat soutenue, voire organisée par réforme électorale adoptée le 4 février (en des victimes. Le Figaro a fait état de cette information, non pour vert par les médias. Faudra-t-il à nouveau Trotti, responsable de la section „liberté de une partie de la presse, et les autres, prévision des élections présidentielles de explorer le conflit d'intérêts, mais pour illustrer les basses comme l'Equateur ou l'Argentine, où compter sur Internet pour les investiga- la presse" de la Société interaméricaine de 2013) qui empêche les médias, durant la manœuvres de Servier. Pourtant, dans une affaire judiciaire, la presse d'opposition est extrême- tions qui gênent aux entournures? presse (SIP), une association de défense de campagne, de „faire la promotion directe est-il admissible que la défense ait des liens privilégiés avec ment violente et critique mais reste la liberté de la presse sur le continent amé- dans son rôle de contre-pouvoir. Il ou indirecte, que ce soit à travers de report- l'auteur d'une pièce à charge centrale du dossier? Catherina Riva est journaliste indépendante.
ricain. Devant l'ampleur des protestations note que les gouvernements ages, émissions spéciales ou toute autre Par ailleurs, un avocat peut-il être à la fois avocat des victimes et des ONG, le président équatorien a reculé „progressistes" du Sud ont tous forme de message, en faveur ou contre un (1) Irène Frachon, Mediator 150 mg. Combien de avocat des témoins? La question se pose dans le cas de François fin février, accordant „son pardon" aux ac- ressuscité les médias publics, qui candidat déterminé". morts?, Ed. Dialogues, 2011.
malheureusement sont vite devenus Honnorat, qui défend à la fois certaines victimes du Mediator®, (2) Mediapart (Michel de Pracontal), cusés dans les deux affaires et annulant des „médias d'Etat", au service du rolandsimion.org (Marc Girard), Le Post Irène Frachon, son éditeur, et Gérard Bapt, poursuivi en diffama- ainsi les peines proclamées. Une décision gouvernement en place. JP Julie Pacorel est journaliste indépendante
(actuel huffingtopost.fr) et Agoravox.
tion par Servier. Catherina Riva qui a créé „un certain soulagement", selon 24 EDITO+KLARTEXT 02 2012
02 2012 EDITO+KLARTEXT 25
E bONs bAIsERs DE …
venus à faire arrêter la construction. „C'était officielle à l'adhésion en mars 2012. La Bos-uniquement pour nous insulter qu'ils ont nie, elle, reste à quai, engluée dans un commencé à la construire", s'écrie, en face de temps différent, celui des années 90, d'un l'entrée du mémorial, cette vendeuse de sou- siècle qui n'en finit pas de finir, qui se pro-venirs.
longe et s'allonge, se conjugue selon le point de vue de chacun: survivant, crimi- Pouvoir du lyrisme. Pour exprimer nel, indifférent, touriste, journaliste, „poli-
l'inexprimable, relève en substance Jorge tologue, conflictologue"… Un voyage en
Semprun dans „L'Ecriture ou la vie", le livre Bosnie, c'est cela, un voyage souvent triste
qui raconte son expérience de Buchenwald, dans le temps et l'espace, un espace ravagé,
la poésie peut être plus efficace que l'ap- et un temps figé.
proche documentaire. Ainsi le poème
On a beau aimer ce pays, il n'est pas d'Aragon „Chanson pour oublier Dachau", facile de s'immuniser contre un sentiment dont on peut, selon Semprun, „extraire de tristesse, de nostalgie. La vocation de la quelques diamants d'une eau très pure, Bosnie-Herzégovine serait-elle de se mu-quelques incursions surprenantes de jus- séifier, de vendre sa douleur à qui veut bien tesse dans l'expérience de la déportation, l'écouter, l'étudier, la disséquer, sans jamais mémoires qui a pris le relais des combats . Srebrenica – „Ces maisons vides, ce sont des
pourtant insaisissable de l'extérieur".
la soulager? Le parlement de Bosnie-Herzé- armés en Bosnie.
De manière plus prosaïque, c'est govine a finalement adopté une loi sur le En effet, selon les Accords de paix de maisons de week-end?" Par André Loersch
peut-être le rap, le groove, ou le reggae qui recensement, en février 2012, le premier Dayton, Srebrenica a été attribuée à la Ré- donne aujourd'hui, en Bosnie-Herzégo- qui sera conduit depuis celui de 1991. Une publique serbe de Bosnie, l'une des deux vine, la mesure de l'inextricable. En l'oc- image d'après-guerre sera enfin disponible, entités qui constituent désormais la Bosnie currence, les paroles du groupe Dubioza qui pourrait servir de base pour une éven- Avdo Purkovic hagard, qui affirme, devant tique qu'elle entend organiser en mai 2012 (avec la Fédération de Bosnie-Herzégovine, Kolektiv de Sarajevo expriment bien cette tuelle révision des Accords de paix de Day- des caméras serbes, que la population locale en Bosnie-Herzégovine et en Serbie.
à majorité bosniaque musulmane et ambivalence d'après-guerre: „Responsible ton, qui ont stoppé la guerre sans donner est désormais rassurée, puisqu'elle vient Au menu, annonce-t-elle: une visite à croate). A Potocari, dans le mémorial, nous Et toutes ces maisons vides, ce sont des maisons de week-end? Est-ce que les gens reviennent for war crimes / Are not in custody / Res- naissance à une paix véritable. Il faudrait en week-end ici?" La réponse d'être délivrée de la terreur imposée par les Potocari, où se trouve le mémorial dédié aux nous trouvons donc sur le territoire de cette ponsible for war crimes / They walk free" pour cela que les politiciens jouent le jeu. fuse, presque violente: „C'est „terroristes musulmans". La vidéo visible 8372 victimes – „chiffre provisoire" précise même République serbe dont les autorités (Les responsables des crimes de guerre / Ne On aimerait croire que la Bosnie ne ratera un peu loin, venir de Washington, pour le sur youtube contient en quelque sorte le la pierre commémorative de l'entrée –, une nient régulièrement le „génocide" évoqué sont pas en prison / Les responsables des pas, une fois encore, cette possibilité.
week-end." Ce dialogue n'a pas lieu dans „making off" du tournage, puisqu'on y en- rencontre avec le directeur du site, et avec sur les plaques commémoratives… crimes de guerre / Sont en liberté).
un lieu de villégiature. Nous sommes à Sre- tend les interviewers ordonner à Purkovic Hatidza Memedovic. Celle-ci, précise l'offre A l'intérieur du mémorial, flotte en cet Criminels croisant leurs victimes, brenica, Bosnie-Herzégovine, en automne son scénario. Ce qui manque, à l'image, c'est de voyage de l'agence, „a survécu, mais a automne 2011 l'ancien drapeau bosniaque à survivants sans avenir, réfugiés sans espoir André Loersch est
journaliste indépendant
2011, à la pension Misirlije, sur les hau- la kalaschnikow, pointée dans son dos.
perdu presque tous les membres de sa fleur de lys, celui du temps de guerre. Des de retour, exilés dans leurs propres terres basé à Genève, consul- teurs, à la sortie de la ville.
Une visite de Srebrenica offre le spec- famille„ (www.politicaltours.com/tours/ banderoles agitent dans le vent leurs équa- intérieures, héros déchus, rappels inces- tant sur des questions La question de cette visiteuse croate, tacle du temps raccourci, une superposition bosnia). Aux journalistes qui venaient, indi- tions antiserbes: „Serbija = agresija = genocid sants de faits de guerre dans la presse, la liées aux médias. Il a un peu ingénue, a provoqué la réaction de mémoires conflictuelles, contradictoires, viduellement, recueillir les témoignages de / Dejton = Republika Srpska" (Serbie = agres- Bosnie réexamine, ressasse et remâche sa séjourné dans les virulente mais non agressive d'Abdullah encore blessées à vif, de mondes parallèles. douleur, aux commissions d'enquêtes, vien- sion = génocide / Dayton = République serbe). guerre jusqu'à la nausée. La Croatie voisine Balkans, pendant et („Avdo") Purkovic, le propriétaire de la pen- Les habitants, leurs fantômes, leurs souve- nent désormais s'ajouter des groupes de En regardant bien, on aperçoit, sur la colline, est déjà rentrée dans l'Union européenne, après les guerres de Croatie, Bosnie-Herzégo- sion. C'est qu'il est habitué: Srebrenica, 17 nirs, sont devenus les figurants d'un musée voyage organisés.
le chantier interrompu d'une église ortho- la Serbie, dont personne n'aurait pu prédire vine et Kosovo. Il ans après le massacre commis en juillet mort-vivant à ciel ouvert que visitent à la doxe, qui surplombe le site. Par leurs protes- une telle évolution politique du temps de enseigne également le journalisme depuis des 1995 par les forces des Serbes de Bosnie chaîne journalistes, chercheurs, et bientôt Guerre des mémoires. Un mu-
tations, les musulmans bosniaques sont par- Slobodan Milosevic, est devenue candidate années en Asie centrale post-soviétique.
contre plus de 8000 bosniaques musul- touristes d'un genre nouveau. Une agence sée existe bien à Birkenau-Auschwitz, on mans désarmés est toujours une ville à moi- britannique, „Political Tours", créée par un peut visiter les „lieux du fascisme" en Emi-tié vide, mais qui reçoit de nombreux visi- ancien correspondant du „New York Times", lie-Romagne un guide à la main („La zona teurs, accueille séminaires, et conférences. a en effet inscrit la ville dans le tour poli- libera di Montefiorino, Luoghi della resis-„Politologues, conflictologues, étudiants, tenza nell'appennino modenese-reg- Abonnez-vous à EDITO+KLARTEXT!
chercheurs", énumère le fils Purkovic, qui giano", édité en 2009). En France, sur les „Ce qui manque,
gère la pension familiale avec son père.
sites des deux conflits mondiaux, „le tou-risme de mémoire attire de plus en plus" à l'image, c'est
Réservez dès maintenant le prochain EDITO+KLARTEXT
Retour sur images. Si les souvenirs du
(le „Figaro", 27 mais 2011). Mais ce qui jeune fils sont flous, le père ne peut échap- frappe, à Srebrenica, c'est le court laps de la kalaschnikow,
grâce à un abonnement annuel de 65 francs.
per aux siens. Une vidéo tournée en juillet temps écoulé entre ce que de nombreux 1995, après la chute de la ville, vient d'être pays ont qualifié de „génocide" et les vi- pointée dans
présentée lors d'un procès pour crimes de sites organisées chez les survivants restés guerre à Sarajevo, et s'est retrouvée immé- sur place, dans un lieu qui symbolise son dos."
diatement dans les médias. Elle montre un mieux que tout autre l'affrontement des 26 EDITO+KLARTEXT 02 2012
02 2012 EDITO+KLARTEXT 27
Vie publique, vie privée
droit à sa dignité Nouveaux réseaux, nouvelles
Ou quand les juges strasbourgeois n'hésitent pas non plus à rappeler
la valeur de la liberté d'expression.
Par Alexandre Curchod
La mort de Mouammar Kadhafi, en oc-tobre dernier, fut incontestablement un événement de l'histoire contemporaine. méthodes, vieux modèles
„Mais, estime le Conseil de la presse cause: des reportages et des photos publiés dans une prise de position récente En Suisse romande, le journalisme d'investigation
à l'occasion de vacances de ski que les re- (2/2012), un événement historique ne devient pas plus historique en le mon- a longtemps cherché ses marques. Même les sociologues des
quérants avaient passées à St-Moritz. trant sous divers angles, et en le rappro- médias peinent à situer le „cas" helvète. Par Rayane Ben
A intervalles très réguliers, les frasques des personnalités publiques défraient la chro-nique. La tentation est grande Pour les juges strasbourgeois, il y a chant par effet de zoom des yeux du pour les journaux d'en pu- cinq critères à prendre en considération. Amor et Gilles Labarthe/DATAS blier les détails les plus croustillants. La D'abord la contribution à un débat général. presse à sensation, davantage chez nos voi- La Cour distingue dès lors la presse sérieuse, Anarchique et discutable. Bien sûr,
sins qu'en Suisse d'ailleurs, n'a depuis celle qui joue son rôle de „chien de garde de le Conseil de la presse reconnaît que les longtemps plus d'états d'âme et plutôt que la démocratie", de la presse qui vise le diver- médias avaient toutes les raisons de montrer des photos et des vidéos du dic- d'être attentive à la jurisprudence en la tissement. La notoriété et les fonctions de la tateur capturé, puis mis à mort. D'une matière, elle s'efforce de prévoir dans son personne ensuite. Les autres critères sont le part pour écarter les doutes quant à la budget un poste bien doté qui lui permet- comportement antérieur de la personne (a- nouvelle du décès du tyran, d'autre part tra de payer sans peine les frais et indem- t-elle attiré l'attention sur elle par le passé?), parce que la disparition de Kadhafi revê- nités auxquels elle sera immanquablement les répercussions de la publication et l'exis- tait une signification dépassant de loin De quels modèles ou tradi- esprits „une nouvelle méthodologie" liée à teur du réseau Swissinvestigation.net, on tions s'inspirent les jour- l'investigation, davantage concentrée sur la ne peut vraiment parler de „traditions" en nalistes d'investigation capacité des journalistes à débusquer les matière de journalisme d'investigation. en Suisse romande? Des faits. Dans les années qui ont suivi, ils de- „ C'est trop général comme discours, et trop grands noms de l'investi- vaient relever un autre défi: rechercher, sociologique." gation „à la française", ou de la „chasse au collecter et analyser les quantités d'infor- Ce journalisme est „né" aux Etats- factuel", sur la trace des anglo-saxons? mations toujours plus volumineuses prove- Unis avec l'affaire du Watergate. Les jour- condamnée, avant de recommencer.
tence d'un éventuel consentement. En l'es- son destin individuel. De plus, ces Vaste question, qui mériterait un débat. nant de sources publiques. En bref: com- nalistes ont alors eu recours à des mé- images témoignaient du caractère anar- Bien sûr, ce qui vient d'être dit est pèce, la valeur informative d'une photo Mark Hunter, docteur en sciences prendre et démontrer „une réalité toujours thodes précises, proches des techniques chique et discutable de l'„exécution". quelque peu caricatural et ne s'applique pas prise à la montagne pouvait être appréciée de l'information et professeur à l'Institut plus morcelée et complexe", résume Mark d'enquête policière. Aux USA, la plupart à tout le monde. Quant aux règles jurispru- à la lumière de l'article l'accompagnant, le- Mais „20 Minuten on line" en a fait trop. européen d'administration des affaires Hunter. des journaux ont d'ailleurs leurs cellules dentielles, elles se sont forgées notamment quel concernait l'état de santé du prince En enchaînant toute une série d'instan- (INSEAD), nous prévient: il existerait de Qu'est-ce que cette „tradition anglo- d'investigation, avec des spécialistes en à l'occasion de procès concernant des per- Rainier et le comportement des membres tanés filmés ou photographiés de l'évé- toute façon autant de „traditions" journa- saxonne" peut nous apprendre aujour- „computer-assisted reporting" et en „map- sonnalités politiques, lesquelles bénéficient de sa famille pendant cette maladie. Il y nement, le site ne faisait plus que servir listiques que de pays. Pour une simple rai- d'hui? „Surtout à ne pas sous-estimer les ping" qui ordonnent ainsi des informa- la curiosité du public, „qui ne doit pas a priori, en raison de leurs fonctions et du avait donc bien ici une contribution à un dé- son: ces dernières tiennent en partie à la possibilités de documentation", estime le tions complexes. La presse britannique a être confondu avec l'intérêt public". lien de confiance particulier entretenu avec bat d'intérêt général. Ainsi la cour a conclu Même un tyran comme Kadhafi a droit manière dont un Etat est organisé, com- spécialiste. Il y a quelques journalistes, no- rapidement suivi ce mouvement qui s'est le citoyen-électeur, d'une protection de la que la publication ne violait pas la CEDH. au respect de sa dignité humaine. Exhi- ment il organise et diffuse son information tamment Hervé Liffran du „Canard en- étendu dans toute l'Europe. vie privée (voire même intime) plus limitée. Le même jour, la Cour a rendu un ber ainsi ses derniers instants n'était chaîné", qui sont vraiment novateurs dans La sphère intime (ou secrète) recouvre no- autre arrêt sur une affaire de médias, rete- plus justifié par un „intérêt public pré- leur utilisation de la documentation pu- „Tout politicien ment". Jean-Philippe
tamment la vie affective, la vie sexuelle, la nant cette fois-ci la violation de la liberté „Facts, facts, facts". En France, pen- blique; or la plupart sont toujours à la re- Ceppi mentionne un développement ré-
santé ou les secrets financiers. La sphère pri- d'expression. Le cas concernait un acteur dant des décennies, le pouvoir fortement cherche de sources confidentielles. cent du journalisme d'investigation anglo- Valeur informative? Cette prise de
vée vise les faits et gestes que l'individu par- de télévision connu en Allemagne, arrêté à position n'est pas sans portée. Au- centralisé, l'accès difficile à des documents saxon, qui pourrait nous inspirer: „le fact tage avec son entourage (travail et loisirs no- la fête de la bière à Munich pour possession jourd'hui, pour ainsi dire tous les événe- administratifs et le secret judiciaire ont Important brassage. Mark Hunter es- checking, qui consiste à vérifier dans le
tamment). Quant à la vie publique, on lui de cocaïne. Les juges relèvent ici que l'arres- ments de la planète peuvent être immor- conduit les journalistes à privilégier le re- time qu'aucune de ces deux „traditions" ne détail les dires des hommes et femmes po- soustrait (et donc on attribue à la vie privée) tation s'est produite en public et que par talisés et mis à la disposition des médias. cours à un „carnet d'adresses". Bien sou- peut être qualifiée de „meilleure": au final, litiques. On part du principe que ‚tout po- On l'a vu encore récemment avec les les événements qui certes se sont produits ailleurs l'acteur avait par le passé révélé des vent, les fuites émanant de politiciens, ce sont les journalistes qui font la diffé- liticien ment'." images filmées par l'auteur de la tuerie en public mais sans volonté d'attirer l'atten- détails sur sa vie privée dans un certain de Toulouse, que la chaîne Al-Jazira a dé- juges, milieux policiers et du renseigne- rence. Les multiples usages et ressources Ce journalisme de précision prend tion: il en va ainsi d'une personne, même nombre d'interviews. En présence d'ar- cidé de ne pas diffuser, parce que humai- ment ont permis de „sortir" des affaires – d'Internet ont d'ailleurs opéré ces der- de l'ampleur en France, le journal „Libé- connue, qui va manger dans une salle dis- ticles factuels, les autorités judiciaires na- nement dégradantes pour les victimes et dont celle des „Irlandais de Vincennes", sur nières décennies un important brassage ration" lui consacre une rubrique. En crète d'un restaurant.
tionales ont eu tort d'imposer des sanctions sans réelle valeur informative. Tout le laquelle a travaillé Edwy Plenel (1982-86). dans le champ journalistique, offrant une Suisse, un panel sur le „fact checking" est La Cour européenne des droits de à Springer, l'éditeur du magazine en cause.
monde fera-t-il preuve de la même sage Cette „tendance à la proximité" gamme de moyens et de modèles sans pré- justement prévu à la prochaine confé- retenue? On peut malheureusement en l'homme, dont la jurisprudence s'impose à On voit ainsi que la Cour euro- entre sources orales et enquêteurs a ses cédent.
rence régionale des journalistes d'investi- la Suisse, l'a dit et répété: une personnalité péenne des droits de l'homme, même si elle contre-exemples. Mark Hunter cite la „Depuis la création du Global Inves- gation, à Genève, le 27 avril 2012 (lire publique, fût-elle très célèbre, bénéficie elle justifie souvent les ingérences dans la vie Il faut donc le répéter, le droit du public journaliste Anne-Marie Casteret, méde- tigative Journalism Network au début aussi page 30).
aussi de la protection de la vie privée. Où privée par le lien de confiance entretenu de connaître la vérité ne permet pas cin de formation: elle a dévoilé dès 1991 des années 2000, il y a de plus en plus sont dès lors les limites que la presse ne doit avec les personnalités politiques, n'hésite tout. Et ce n'est pas parce que l'image l'affaire du sang contaminé, en se basant d'échanges entre journalistes de différents Rayane Ben Amor est journaliste indépen-
pas franchir? La Cour a dans un célèbre ar- pas non plus, quand cela se justifie, à rap- renforce la véracité et le „ressenti" d'une au départ sur une documentation pu- pays. Des standards d'écriture et de preuves dant. Gilles Labarthe, ethnologue et journa-
information que sa publication doit pas- rêt von Hannover de 2004 donné les lignes peler la valeur de la liberté d'expression blique, dont l'exploitation a joué un rôle ont aussi été adoptés. Normal: les marchés liste, est le cofondateur de l'agence DATAS.
ser avant toute autre considération.
directrices. Le 7 février 2012, elle a tranché lorsque des personnalités du monde du de l'information sont eux aussi, désormais, de nouvelles requêtes déposées par les divertissement sont en cause. „Facts, facts, facts": de l'autre côté de mondiaux", explique Mark Hunter.
mêmes personnes, à savoir Ernst August et Dominique von Burg, journaliste et
l'Atlantique, la fameuse affaire du Water- Pour Jean-Philippe Ceppi, produc- Informations sur: www.swissinvestigation.net/ Caroline von Hannover (de Monaco). En Alexandre Curchod est avocat à Lausanne.
président du Conseil suisse de la presse.
gate (1972-1974) a permis d'ancrer dans les teur de l'émission Temps Présent et initia- fr/news/?ID=105 28 EDITO+KLARTEXT 02 2012
02 2012 EDITO+KLARTEXT 29
Maintenir la flamme
e le kiosque
La „Couleur des jours", vous connaissez? Des ténors du journalisme d'enquête remettent l'ouvrage sur
Là où images et graphisme deviennent complices, traducteurs et supports des le métier. Par Roland Rossier
mots. Le concept existe déjà, mais ici quels supports! Un parti pris: renvoyer l'histoire du monde dans le prisme des artistes du omment enquêter sur des texte, de la photo nomade, des techniques thèmes sensibles comme le Quand? Vendredi 27 avril, 9h à 22h,
et de la pensée ouverte.
crime organisé, les réseaux Où? Club suisse de la presse (106, route
Pas facile en effet de retenir dans le chaos de trafiquants ou de petits de Ferney, Bus 5 arrêt „Intercontinental".) des publications quotidiennes ce que le gangs de banlieue, mais Combien? 175 francs (avec 2 repas),
temps va retenir. Voilà un pari journalis- aussi face à de puissants lobbys comme Comment? En s'inscrivant rapidement
tique à soutenir sans conditions. Trois celui de l'industrie pharmaceutique? (il ne reste que quelques places) auprès du saisons que journalistes, professeurs, his- Club suisse de la presse, +41 22 546 14 44.
toriens, photographes, graphistes, ethno- Peut-il s'appuyer sur les réseaux sociaux logues et réalisateurs participent à la créa- pour progresser dans ses investigations? tion d'un journal trimestriel, qui s'élabore Vendredi 27 avril à Genève, Swiss- –Annie Machon (ex-agente du -MI5, dans l'exigence esthétique et intellectuelle. investigation (le réseau suisse des journa- Grande-Bretagne), sur les relations Le lecteur est entraîné à en tourner les listes d'enquête) et le Club suisse de la presse complexes entre journalistes et services pages, comme le roman d'un monde distan- mettent sur pied une journée consacrée à cié et redéfini par une mise en page aussi –Cédric Mathiot („Libération", France, l'investigation. Suite au succès rencontré il raffinée que son contenu. On n'est plus responsable de la rubrique „Désintox"), sur dans l'info speedée qui s'évanouit à chaque y a deux ans par la 6e Conférence mondiale le fact checking; page tournée, mais dans un temps sur le journalisme d'investigation (malgré –Alain Lallemand („Le Soir", Belgique), retrouvé. Le multimédia, c'est peut-être le volcan islandais qui y avait fait irruption, Comment enquêter sur les réseaux aussi ça: une mise en commun des compé- au propre comme au figuré), nous estimons internationaux de la drogue; tences respectives où chacun participe –Fabrizio Calvi (freelance, France), qu'il est important de maintenir cette d'un projet éditorial. Un fil rouge qui n'est L'investigation dans les milieux mafieux; flamme. Nous ne le répéterons jamais as- plus le diktat d'un rédacteur en chef, mais –Serena Tinari (RTSI, Suisse/Italie), l'affaire de tous les intervenants. sez: au-delà du bruit du Web, le travail aussi Comment enquêter sur les pharmas; ardu qu'artisanal de l'enquête conduisant Actuellement exposé au Mamco à Genève, –Isabelle Ducret (RTS, Suisse), Présenta- Thomas Huber – La bibliothèque du peintre à fouiller dans les coulisses pour révéler au tion de la loi suisse sur la transparence; – en traduit parfaitement le dialogue inces- grand jour des informations dérangeantes –Karel Platteau (fonds Pascal Decroos, sant. Ses vastes toiles peignent en rangs Belgique), Enquêter grâce aux réseaux ou des pratiques douteuses est une des serrés et dans la profondeur de champ des KEYSTONE präsentiert composantes essentielles de notre métier.
livres en jaune et rouge, qui interrogent et –Vlad Lavrov (Kiev Post, Ukraine), La conférence regroupe une douzaine traversent l'horizon à la quête du Graal.
Comment remonter l'argent du crime en de panels pratiques, animés par des journa- utilisant des banques de données; No 3, printemps 2012. Paradis perdus, –Jérôme Pierrat (freelance, France) Gangs injustices oubliées et remémorées. Hom- internationaux et caïds de banlieue: mage rendu aux tribus menacées d'Amazo- World Press Photo 12 listes ou des spécialistes de renom. Cédric Mathiot, responsable de la rubrique „Dés- nouveaux défis pour le journalisme de nie ou d'Israël. Courage du propos presque intox" du journal „Libération", résumera clinique, qui s'appuie sur la vérité photo- les méthodes du „fact checking" notam- Ausstellung 3.–28. Mai 2012
–Quentin Rossy (UNIL, Suisse), L'analyse graphique. De monde en monde, d'Anne- ment très utiles pour les rédacteurs poli- criminelle opérationnelle au service de marie Schwarzenbach. Voix si juste dans Papiersaal, Sihlcity Zürich tiques. Ancienne agente secrète du MI5 bri- le désert des années 40 et de la montée tannique, Annie Machon nous expliquera du nazisme, qui a anticipé tous les change- Mo–So 11–19 Uhr Fr 11–21 Uhr Des tables rondes seront aussi
ments du monde. Souffrance de la clair- comment, après avoir démissionné de ce consacrées aux meilleures enquêtes voyance, de l'émancipation solitaire parce Änderungen der Öffnungszeiten vorbehalten service suite à des écoutes visant une jour- qu'incomprise. Plus loin, la guerre inter- naliste du quotidien anglais „The Guar- –Pierre Ruetschi („Tribune de Genève", rogée et mise en scène, entre l'Illiade et Informationen unter www.keystone.ch dian", les journalistes peuvent collaborer Suisse), Affaires des otages suisses en Guernica. Dans l'épaisseur du temps. Réfé- avec des représentants des services secrets. Libye: quand la raison d'Etat tue l'informa- rences aux Anciens, dialogue entre théâtre tion – les dessous des affaires libyennes; et université. Et si le dossier „Röstigraben, Des enquêtes réalisées par des rédactions –Thierry Meyer et Gérald Cordonier („24 un concept périmé?", cher à Christophe romandes seront aussi présentées et discu- Heures", Suisse), Quand une enquête Büchi, correspondant de la NZZ pour la tées. Ne manquez pas une occasion unique brise un tabou politique: la politique à Suisse romande, ne l'était pas autant que de participer à une journée d'intenses ça? Comme la préfiguration d'une lente et contacts et échanges avec des collègues –François Mauron („La Liberté", Suisse), fructueuse collaboration entre tous. La suisses comme étrangers.
Comment enquêter sur les revenus „Couleur des jours" incite la pensée à se Samuel Aranda, Spanien, für The New York Times
Fatima al-Qaws umsorgt ihren Sohn Zayed (18), der nach einer Demonstration
annexes des politiciens professionnels; réveiller. Elle bouleverse nos habitudes de an den Folgen von Tränengas leidet, Sanaa, Jemen, 15. Oktober 2011.
–Yves Steiner (RTS, Suisse) Comment lecture. Pour notre seul enrichissement.
Roland Rossier est chef de la rubrique écono-
enquêter sur la fiscalité des entreprises.
mique de la „Tribune de Genève" et „24 Heures". Suzanne Perret, journaliste indépendante
30 EDITO+KLARTEXT 02 2012
Das intelligente Mediatool von Ringier
hat ein neues Gesicht.
QR-Code scannen oder go4media.ch/trailer eingeben
29.3.2012 16:23:38 Uhr

Source: http://www.edito-online.ch/downloads/edito_f_02_12_web.pdf

Rimoflo™soft_pi

For the use of an Registered Medical Practitioner or a Hospital or a Laboratory only USE IN SPECIAL POPULATIONS Teratogenic EffectsPregnancy Category B: Teratogenicity studies have been performed in animals. Brimonidine tartrate was not teratogenic when given orally Rimoflo ™ Soft during gestation days 6 through 15 in rats and days 6 through 18 in

Historia de la concordia

RECOPILACIÓN HISTÓRICA DE CONCORDIA Luis María Medina PALABRAS INICIALES (primera edición 1977) Esta no es una historia de Concordia. Apenas si pretende ser una cronología de hechos, en la mayoría de los casos ya publicados. Es por ello que hasta el título de este trabajo aspira a ilustrar claramente al lector sobre el contenido del mismo. Consideramos que este trabajo es, simplemente, una recopilación histórica de nuestra ciudad. Desde fines del año 1969 y hasta principios de 1971, apareció en Concordia una revista semanal –"La Calle"- que incluyó en cada número una sección destinada a hacer conocer hechos y personas del pasado de nuestra ciudad. Volvieron del ayer, entonces, páginas agotadas de la historia lugareña, lo que contó con la aceptación unánime de los lectores. Esa labor se vio respaldada ampliamente, lográndose la colaboración espontánea de numerosos vecinos que aportaron revistas, libros, documentos y recuerdos, material que tuvo cabida en cada número de la citada publicación. Aparecieron también historiadores locales que volcaron sus estudios y conocimientos a la difusión general de un tema tan interesante. "La Calle" se transformó, entonces, en el medio más adecuado para hacer conocer retazos de la historia concordiense. GRAFELCO hoy puede ofrecer una recopilación cronológica de todo ese material, llenando algunos vacíos lógicos con el fruto de sus consultas en otras fuentes no directamente relacionadas con esta ciudad. Sin embargo, quedan aún muchos claros. Es por ello que reiteramos que ésta no es la historia de Concordia. No obstante, puede convertirse en el motivo fundamental para escribirla definitivamente, corrigiendo errores que seguramente existen en esta edición. Conocemos la labor silenciosa de algunos estudiosos de nuestro medio, que vienen gestando, desde mucho tiempo atrás, una obra de esta naturaleza. Y aunque no ignoramos que, además del tiempo que demanda dicha tarea, también deberán vencer el problema de su publicación –que malogra muchas veces las mejores inquietudes- aspiramos a que la presente sirva de acicate para quienes están empeñados en una obra similar. A ellos les auguramos el mayor de los éxitos. GRAFELCO