Doctors assign the term erectile dysfunction to medical conditions of different patients: those who are not able to maintain an erection without aid kamagra australia like his physical form and other aspects, but age related decrease of sexual intercourse doesn't happen overnight.

Le dopage, ses substances et ses méthodes

LE DOPAGE
Ses substances et ses méthodes
Table des matières
I. Substances et méthodes interdites en compétition
1. Substances interdites en compétition
(cannabis, haschisch, marijuana, kif) (S3) (stéroïdes anabolisants androgènes, autres agents anabolisants) (S4) (EPO, hGH, GH, IGF-1, hCG, LH, ACTH) (S5) (diurétiques, épitestostérone, probénécide, succédanés de plasma) (S8) 2. Méthodes interdites en compétition
(dopage sanguin, produits améliorant la consommation, le transport ou la libération de l'oxygène dans l'organisme) (M1) II. Substances et méthodes interdites en et hors compétition
1. Substances interdites en et hors compétition
(stéroïdes anabolisants androgènes, autres agents anabolisants) (S4) (EPO, hGH, GH, IGF-1, hCG, LH, ACTH) (S5) (diurétiques, épitestostérone, probénécide, succédanés de plasma) (S8) 2. Méthodes interdites en compétition
(dopage sanguin, produits améliorant la consommation, le transport ou la libération de l'oxygène dans l'organisme) (M1) III. Substances interdites dans certains sports
IV. Glossaire des sigles utilisés
AFLD : Agence française de lutte contre le dopage
AMA : Agence mondiale antidopage – World Antidoping Agency (WADA)
AUT : Autorisation d'usage à des fins thérapeutiques.
CIO : Comité international olympique.
LNDD : Laboratoire national de dépistage du dopage de Châtenay-Malabry (France)
UCI : Union cycliste internationale.
Ces produits (appelés également psychostimulants ou sympathomimétiques) sont des substances stimulantes du système nerveux central qui, à court terme, ont un effet euphorisant et améliorent les performances physique et psychique. La structure chimique des stimulants « classiques », tels que l'amphétamine ou l'éphédrine, est analogue à celle de l'adrénaline et de la noradrénaline, qui sont des hormones endogènes. Ceci explique leur action analogue sur l'organisme. Ces substances visent à accroitre la concentration, l'attention et diminuer artificiellement la sensation de fatigue. Cette classe inclue :  
  .
 .

Les amphétamines (®Captagon, ®Maxiton, ®Ortédrine) et les métamphétamines (®Méthédrine, ®Pervitin, ®Tonédron) : Elles agissent essentiellement comme des stimulants du système nerveux central. Elles n'améliorent pas les capacités physiques mais retardent considérablement la sensation de fatigue, signal d'alarme qui limite naturellement la poursuite de l'effort. Elles peuvent ainsi conduire à l'épuisement. Leurs effets immédiats sont aggravés par l'alcool et la chaleur.  Les produits apparentés :  Les Pipéridines : Seule la méthylphénidate (®Ritaline) dont l'effet stimulant est de type amphétaminique reste commercialisée. On trouvait aussi dans cette classe le lévophacétopérane (®Lidépran), le méthylamphétamine (®Tonédron) et le pipradol (®Meratran). Ce sont les constituants de la musette des soigneurs, cousin Riri – petite Lili – Tonton et Mémé des pelotons cyclistes. Ils sont utilisés dans le traitement du syndrome hyperkinétique, améliorent la vigilance et la confiance en soi. Ils sont détectés dans les contrôles antidopage depuis 1974.  L'adrafinil (®Olmifon) utilisé dans les troubles de la vigilance et de l'attention, le (®Modiodal) utilisé dans le traitement de la narcolepsie et des hypersomnies potentialisent l'activité alpha-1-adrénergique cérébral sans action cardiovasculaire, rénale, digestive. Elles améliorent la vigilance et les performances psychomotrices sans avoir les mêmes effets indésirables que les amphétamines. Elle possède une action sympathicomimétique : à doses modérées elle améliore l'acuité cérébrale, la vigilance, la mémorisation, supprime la sensation de fatigue pendant environ 45 minutes et procure un sentiment d'euphorie, d'invulnérabilité. Était déjà utilisée sur la côte nord du Pérou vers 2500-1800 avant J.C. Isolée de la feuille de coca en 1859 par Albert Niemann En 1863, invention du « vin Mariani » - vin de bordeaux, caféine, extraits de feuille de coca - contenant 35 à 70 mg de cocaïne équivalent à une ligne de coke. En 1886, création par JS Pemberton du Coca Cola dont la préparation 7X est proche du vin Mariani. Les feuilles de cola sont retirées de la composition en 1903. 1946 - André POUSSE qui participait à l'épreuve des 6 jours du Vel d'Hiv témoigne : « Les coureurs enduisaient d'une pommade à base de cocaïne le fond intérieur du cuissard et ils étaient tout joyeux. Le temps paraissait moins long, le sempiternel horizon des balustrades et des gradins moins monotone». Bastide R. Doping, les surhommes du vélo, Solar Paris, 1970 Interdit depuis 1967-1968 – Liste UCI. Sur la liste de l'AMA depuis 2004. La cocaïne est interdite seulement en compétition. Alcaloïde stimulant extrait de l'Ephedra, Elle possède des effets identiques mais moins puissants que ceux de l'adrénaline. A dose thérapeutique elle est stimulante mais moins que les amphétamines. C'est pour cette raison, qu'en cas de dopage, elle est utilisée à des posologies importantes et qu'à ces doses elle devient toxique. Elle atténue la sensation de fatigue elle accroit la confiance en soi, elle stimule le système nerveux central. Elle abaisse le temps de réaction, ce qui et très utile aux sprinters pour améliorer leurs départs. Elle est présente dans de nombreuses préparations et c'est une des raisons pour laquelle il faut éviter l'automédication. Interdit en France par Décret le 10 juin 1966. L'AMA interdit l'éphédrine, la méthyléphédrine, et la cathine ou norpseudoéphédrine pendant les compétitions. La pseudoéphédrine et la norphédrine ne sont plus considérées comme substances dopantes. Extrait de la noix de vomique, c'est un alcaloïde très toxique. En médecine elle était utilisée comme antiasthénique et en cours de convalescence. Son usage médical est abandonné. En cas de surdosage elle est extrêmement toxique et elle est donc de maniement difficile. Effets supposés par les sportifs : favorisait la rapidité des réflexes et améliorait le tonus musculaire, stimulait les fonctions cardiaque et respiratoire Uniquement interdite pendant la compétition. 5. D'autres produits sont également détournés de leur utilisation habituelle :
 Le mantadine qui possède à la fois des propriétés analogue aux amphétamines et des propriétés masquantes (il modifie le rapport urinaire testostérone/épitestostérone). Apparu vers les années 1990 dans les Pays-de-l'Est et interdit en 1996 par le CIO.  Le bupropion (®Zyban) antidépresseur stimulant agissant par inhibition sélective de la recapture neuronale des catécholamines, utilisé dans le sevrage tabagique. Ce produit a fait un bref séjour sur la liste du CIO du 29 mai 2001 au 27 septembre 2002 ?  La fluoxétine (®Prozac), la paroxétine (®Déroxat) ou la sertraline (®Zoloft) sont des antidépresseurs qui agissent par inhibition de la recapture de la sérotonine (IRS) qui à haute dose auraient des effets amphétamines like. Ils augmentent le tonus, l'affirmation de soi, le sentiment de sécurité et permettent d'augmenter les charges d'entraînement. Ils ne figurent pas sur les listes d'interdiction et on peut s'en étonner.
Mode d'action
Les stimulants agissent sur le système nerveux central. Ils ont une action euphorisante et
l'individu ressent un sentiment d'affirmation de soi. Ils stimulent l'activité physique et
intellectuelle, retardent la sensation d'épuisement. Ils diminuent la somnolence et permet une
veille prolongée.

Indications thérapeutiques
Les stimulants qui agissent sur le système nerveux central (comme les amphétamines) n'ont
quasiment aucune utilité médicale. Les stimulants utilisés comme anorexigènes comme le
clobenzorex (®Dinintel) n'ont aucune valeur thérapeutique. Les stimulants comme l'éphédrine
ont une action sur les voies respiratoires hautes (rhinopharyngite) et entrent dans la composition
de nombreux médicaments.
Effets indésirables
Les stimulants peuvent induire des symptômes de stress, des signes de nervosité et des réactions
d'agressivité, une insomnie, ainsi que des troubles psychiques (état dépressif, toxicomanie). Ils
provoquent une hausse de la température corporelle, une augmentation de la tension artérielle et
une accélération du pouls. Consommés à haute dose, les stimulants masquent les signaux
d'alarme liés à la fatigue et au surmenage, incitant à puiser dans ses dernières réserves entraînant
un épuisement extrême pouvant créer un collapsus cardio-vasculaire mortel.
Utilisation dans le sport
Les stimulants sont des dopants très efficaces en compétition. Leur usage était particulièrement courant
dans les années 70. En 1967, suite au décès de plusieurs sportifs, attribué à l'abus de stimulants, ils ont été
intégrés dans la liste des interdictions en 1968. L'efficacité grandissante des contrôles antidopage a permis
de diminuer l'usage de ces substances lors des compétitions.
Remarques
Certains médicaments contre les rhino-pharyngites comportent de l'éphédrine (®Osmotol, ®Rhinamide,
®Rhino-Sulfuryl) ou des substances apparentées telles que la méthyléphédrine, et la cathine ou
norpseudoéphédrine sont seulement interdits en compétition. Leur usage devra donc être suspendu 48
heures avant la compétition et le traitement poursuivi avec des médicaments autorisés comme la
pseudoéphédrine (®Actifed, ®Dolirhume, ®Humex Rhume, ®Rhinadvil, ®Valda Rhume) ou la
noréphédrine.

Cas de dopage notables dans le cyclisme
Les aveux de : Jacques Anquetil, Robert Chapatte, Robert Desbats, Pascale Fornara, Raphaël
Geminiani, Désiré Letort, Luis Ocaña, Raymond Poulidor, Roger Rivière, Jean Stablinski
.
 23 juillet 1896 : Le gallois Arthur Linton, vainqueur de Bordeaux-Paris le 23 mai 1896, est le premier cycliste étant décédé à la suite du dopage après avoir ingurgité une mixture comprenant caféine, alcool, coca et kola.  7 novembre 1942 : Fausto Coppi au cours de son record de l'heure prend 7 comprimés  13 juillet 1967 : Au cours de la 13e étape du Tour de France, le britannique Tom Simpson s'écroule au cours de l'ascension du Mont-Ventoux et décède rapidement malgré la réanimation. L'autopsie révèle qu'il a consommé des amphétamines et conclut que le décès est dû à l'effet conjugué des stimulants, du cognac et de la canicule. La même année, l'Union cycliste internationale (UCI) et le Comité international olympique (CIO) interdisent les stimulants et les narcotiques.  1989 : Laurent Fignon positif aux amphétamines au Grand Prix d'Eindhoven.  24 avril 1993 : Pascal Lino positif aux amphétamines (Amstel Gold Race).  Juin 2002 : Jan Ulrich, champion olympique et vainqueur du Tour de France 1997, est déclaré positif aux amphétamines à la suite d'un contrôle effectué alors qu'à la suite d'une intervention sur un genou il est en convalescence. Il avoue avoir pris deux tablettes d'amphétamines lors d'une soirée en discothèque, mais nie avoir voulu se doper. Le tribunal de la Fédération allemande de cyclisme lui inflige une suspension de six mois. Les narcotiques aussi appelés analgésiques narcotiques font parti de la liste des stupéfiants (ex tableau B). Ce sont des analgésiques puissants dérivés des opiacés. Il s'agit de la buprénorphine (®Temgésic, ®Subutex), l'héroïne ou diamorphine, la méthadone (®Méthadone), la péthidine (®Péthidine), la morphine (®Moscontin, ®Skénan), le dextromoramide (®Palfium). Par contre, codéine (alcaloïde de l'opium), pholcodine, dextropropoxyphène (®Antalvic), tramadol (®Topalgic, ®Contramal, ®Zaldiar) dont l'action est semblable mais moins puissante que la morphine sont autorisés depuis juin 1998 sur la liste du CIO et depuis 2004 sur la liste de l'AMA.
Mode d'action
Les narcotiques agissent sur le système nerveux central. Ils augmentent le seuil de la douleur et en
modifient la perception. Ils induisent un sentiment d'euphorie. Ils possèdent une action sédative et
anxiolytique.
Indications thérapeutiques
Les narcotiques sont utilisés comme antalgiques dans toutes les douleurs importantes aiguës ou
chroniques. On les utilise également dans la lutte contre la toxicomanie sous contrôle médical (®Subutex,
®Méthadone).
Effets indésirables
Les narcotiques induisent souvent nausées, constipation, confusion et leur action sédative diminuent les
possibilités de concentration et de coordination. Ils peuvent entraîner des troubles de l'humeur et parfois
des troubles psychiques chroniques. Les narcotiques, étant des stupéfiants, ils peuvent conduire à la
dépendance. En cas de surdosage, ils peuvent entraîner des troubles de la conscience, une dépression
respiratoire ou la mort par overdose.
Utilisation dans le sport
Les narcotiques sont utilisés dans les disciplines sportives dont la pratique peut être source de douleur, en
particulier la boxe, mais aussi le cyclisme, la marche, la natation sans oublier l'hippisme. Leur usage est
interdit en France par décret du 1e juin 1965 et sur la liste de l'UCI depuis 1967. Aujourd'hui, grâce aux
contrôles antidopage, leur utilisation est devenue rarissime en compétition. Le seuil de positivité est de
1µg/ml.
Une place spéciale – en ce qui concerne le cyclisme – est à faire au célèbre Pot belge ou hollandais,
apparu en 1983, d'abord surnommé le « Pot du fou » et maintenant parfois appelé dans le peloton
aussi bien des coureurs que des suiveurs « fiolou ». Il comporte amphétamines et cocaïne auxquelles
on mélange caféine, héroïne, antalgiques, vasodilatateurs et corticoïdes.
Réglementation

Les narcotiques sont interdits pendant les compétitions depuis un décret du 10 juin 1966, ils paraissent sur
la liste de l'UCI en 1967 puis sur la liste du CIO en 1968. Ils sont interdits par toutes les fédérations à
partir de 1990 sauf la codéine qui reste autorisée pour un usage thérapeutique. Ceci est confirmé par
l'AMA en 2004.
Le contrôle anti-dopage peut différencier la codéine et ses dérivés de la morphine, mais leurs métabolites
contiennent des morphiniques qui peuvent entrainer des contrôles positifs. Le rapport morphine/codéine
reste surveillé.
Cas de dopage notables dans le cyclisme
 10 juillet 1960 : Roger Rivière chute dans le col de Perjuret au cours de la 15e étape du Tour de France. Une fracture de la colonne vertébrale brise sa carrière et sa vie. Dans ses poches on trouve du ®Palfium et des comprimés d'amphétamine. Dans les suites de son accident il devient toxicomane prenant jusqu'à 53 comprimés de ®Palfium par jour (dose mortelle : 10 comprimés) absorbant en 3 ans 32000 comprimés.  7 juillet 1962 : La célébrissime affaire du poisson ou plutôt du poison au cours de l'étape Luchon- Carcassonne pendant le 49e Tour de France, qui correspond à l'introduction des morphiniques dans le peloton.  8 avril1988 : au cours du Pays-Basque, Sean Kelly est contrôlé positif à la codéine en raison de la prise de sirop antitussif. Les cannabinoïdes sont interdits en compétition par l'AMA depuis le 1er janvier 2004 dans toutes les disciplines sportives. Les cannabinoïdes sont issus du chanvre indien, dénommé par Linné cannabis sativa, plante cultivée en Chine depuis au moins 3000 ans avant J.C. Le principe actif étant le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC).
Mode d'action
Le chanvre indien a un effet calmant, légèrement euphorisant, permettant d'évacuer le stress et de lever
l'inhibition tout en augmentant l'agressivité. Il renforce l'excitation motrice et stimule l'imagination.

Indications thérapeutiques
Le cannabis est utilisé comme antalgique dans la sclérose en plaques, pour stimuler l'appétit chez les
malades atteint du SIDA ou de cancer où il est préconisé également comme antiémétique en cas de
chimiothérapie. Il diminue la pression oculaire dans le glaucome. Aux États-Unis depuis 1993, en
Allemagne, aux Pays-Bas, en Israël il est autorisé dans l'anorexie du SIDA sous le nom de ®Marinol
(dronabinol).
Effets indésirables
Ils sont très nombreux, variés et plutôt négatifs dans la pratique du sport en dehors de leurs effets
euphorisant et antalgique. Ils entraînent une perte de motivation, une détérioration de la vigilance,
accélèrent l'apparition de la fatigue, augmentent le rythme cardiaque, accentuent les courbatures après
l'effort. A fortes doses, les cannabinoïdes peuvent entraîner des épisodes psychotiques et provoquent
fréquemment une toxicomanie.

Utilisation dans le sport
Le cannabis est susceptible d'améliorer les performances de manière indirecte car à faible dose, il
engendre un effet légèrement euphorique. Cependant son effet désinhibiteur, peut, toujours à faible dose,
permettre et pousser le sportif à prendre davantage de risques. Certains sportifs peuvent également
rechercher une augmentation de l'agressivité. Mais, dans la majorité des cas, le cannabis a plutôt un effet
néfaste sur la performance car il accélère l'apparition de la fatigue et augmente le temps de la
récupération. En conclusion, il n'entraîne aucune amélioration directe de la performance.
Réglementation
Le cannabis est interdit pendant les compétitions. Une concentration d'urine de plus de 15 ng/ml dans
l'urine est considérée comme positive. Cette valeur limite a été introduite afin d'éviter que la fumée
passive puisse être à l'origine d'un contrôle positif.
Il faut savoir que la prise d'un seul joint est détectable dans « un délai de quelques heures à plus d'une
semaine » chez le fumeur occasionnel, le THC se fixant sur les tissus adipeux, le cerveau, le foie, les reins
et les glandes endocrines.
Cas de dopage notables dans le cyclisme :
 1898 : Témoignage du Docteur Gustave-Adolphe Walther concernant l'administration de Bromidia
(cannabis) par le soigneur du coureur français Antoine Faure au cours d'une course de 72 heures au vélodrome du Parc des Princes.  En cyclisme la consommation de cannabis est essentiellement « festive ».  Agents anabolisants (S4)
Ils favorisent l'assimilation des protéines augmentant la masse et la force musculaires, d'autant plus que leur absorption sera associée à un régime enrichi en protéines et à un programme de musculation. La structure chimique et l'effet des stéroïdes anabolisants androgènes sont dérivés de la testostérone c'est à dire l'hormone sexuelle mâle. Figurent dans la liste des interdictions :  les stéroïdes anabolisants  soit l'hormone naturelle (testostérone)  soit lesSAA) : nandrolone (®Dynabolon), noréthandrolone (®Nilevar), stanazolol (®Stromba).  des agents anabolisants tels que le'est une substance active bêta agoniste ou bêta stimulant qui à l'origine, est d'usage vétérinaire (®Ventipulmin). Il est préconisé pour le traitement des affections broncho pulmonaires chez le cheval de course. Effets recherchés du clenbutérol : Favorise une importante perte de masse graisseuse par son effet anabolisant ce qui revient à prendre du muscle sans entraînement musculaire. Renforce la ventilation grâce à son effet broncho-dilatateur. Utilisé comme substitut d'anabolisant hormonal par les culturistes. Utilisé par certains éleveurs de veau, par exemple, pour vendre le plus de masse possible. Utilisé pour enrichir volontairement ou par pollution des compléments alimentaires pour l'animal ou pour l'homme.
Mode d'action

Les anabolisants ont des effets « anabolisants » et « androgènes ».
On qualifie de manière générale d'anabolisant ce qui favorise le développement (la masse et la force
musculaire, la diminution du rapport de la masse graisseuse, une rétention hydrique entraînant une prise
de poids) et d'androgène ce qui provoque l'apparition et le développement des caractères sexuels
masculins.

Toutes les disciplines sportives peuvent en bénéficier. Les produits utilisés sont nombreux, mais
parmi eux, les plus efficaces sont :
 La nandrolone (19 nortestostérone) androgène de synthèse le plus performant, le moins toxique, n'est plus commercialisé. Il existe une faible sécrétion endogène admise actuellement, taux urinaire de 5 à 10 ng/ml.  Le stanazolol est un produit très performant. C'est celui utilisé par le sprinteur canadien Ben Johnson médaillé d'or sur 100 mètres en 1988 aux Jeux olympiques de Séoul. Il accroît force et vitesse plus que la masse musculaire.  La THG (tétrahyrogestrinone). Elle est connue depuis juin 2003, un entraîneur américain, Trevor Gram, ayant dénoncé son existence et son utilisation, fournissant un échantillon du produit aux autorités sportives. Elle est obtenue par le laboratoire Balco aux États-Unis à partir de gestrinone (®Nemestran) progestatif utilisé dans le traitement de l'endométriose, doté d'une faible activité anabolisante et androgénique. Avec 4 atomes d'hydrogène, la gestrinone devient un stéroïde performant possédant cependant une grande toxicité hépatique. Son utilisation semble abandonnée.  st le métabolite 5 alpha-réduit de l'hormone mâle. Les risques liés à l'utilisation des premiers stéroïdes anabolisants au cours des années 70
ont conduit les athlètes à prendre des hormones naturelles ayant les mêmes effets
anabolisants. Dès 1982, la testostérone a été interdite mais prouver un apport exogène en
cas de contrôle positif était difficile. On s'est alors fondé sur le rapport existant entre la
testostérone (T) et l'épitestostérone (épiT). Normalement, le rapport urinaire T/épiT est
égal à 1. La testostérone exogène n'étant pas convertie en épitestostérone, toute absorption de testostérone augmentera ce rapport. L'échantillon sera considéré comme positif si ce rapport dépasse 6, afin de ne pas sanctionner trop de faux positifs car 8 ‰ des sportifs non dopés se situent au dessus de cette limite. Pour éviter l'absorption d'épitestostérone par les athlètes, le taux d'épiT doit rester inférieur à 150 ng/ml. En cas de doute, on peut utiliser un autre test recherchant le rapport entre les atomes C12 (99 %) et C13 (1 %) de la testostérone endogène, la testostérone exogène contenant davantage de C13. Cependant les sportifs afin de masquer la prise d'anabolisants de synthèse utilisent de la gonadotrophine chorionique qui majore la sécrétion de testostérone et d'épitestostérone par le testicule. Pour mémoire, le taux de testostérone plasmatique est de 3 à 10 ng/ml, de testostérone libre 0,2 ng/ml, de dihydrotestostérone 0,3 à 0,8 ng/ml. La DHT, qui plus anabolisante et moins androgénique (virilisante) que la testostérone, prend souvent le relais d'une cure de stéroïdes anabolisants qui sont détectables depuis 1994, car elle ne modifie pas le rapport T/épiT et permet d'obtenir les effets bénéfiques des stéroïdes anabolisants (masse musculaire, agressivité, capacité à s'entraîner) sans les effets indésirables (toxicité hépatique et gynécomastie).
Indications thérapeutiques
Les stéroïdes anabolisants ne sont plus utilisés que dans de très rares cas, notamment pour traiter des
troubles hormonaux masculins après orchidectomie bilatérale.
Effets indésirables
Risques hépatiques : les anabolisants, surtout pris par voie orale, peuvent entraîner une hépatite voire un
cancer du foie.
Risques cardiovasculaires : les anabolisants perturbent le métabolisme du cholestérol des triglycérides et
du sucre majorant la probabilité d'infarctus du myocarde, provoquent une rétention hydrique entraînant
une élévation de la pression sanguine, favorisent le risque de cardiomyopathie hypertrophique.
Risques biologiques : diabète, hypercholestérolémie, triglycéridémie, élévation des transaminases.
Troubles de la régulation hormonale : l'apport d'anabolisants, par effet feed-back, perturbe et parfois
même bloque le système de régulation hormonale endogène, réduisant ainsi la production d'hormones
sécrétées naturellement par le corps ;
Risques psychiques : les anabolisants provoquent une augmentation de l'agressivité, des troubles du
comportement.
Risque sur la croissance des adolescents : les anabolisants accélèrent l'ossification des cartilages de
conjugaison ralentissant ou bloquant la croissance.
Risques chez la femme : perturbation de l'équilibre hormonal de la femme, les anabolisants ayant des
effets virilisants : acné, voix rauque, apparition d'une pomme d'Adam, développement de la pilosité,
involution mammaire, troubles menstruels, stérilité.
Risques chez l'homme : Involution des testicules, oligospermie, développement mammaire, cancer de la
prostate.
Autres effets indésirables : l'augmentation de la masse et de la force musculaire sollicitent d'une façon
intense les tendons provoquant tendinite et rupture tendineuse (rupture en particulier du tendon d'Achille
chez le coureur, de la coiffe de l'épaule chez le lanceur).
Utilisation dans le sport
Les posologies utilisées dans le dopage sportif sont au moins 100 fois plus élevées qu'en thérapeutique.
Les stéroïdes anabolisants ont essentiellement été utilisés dans les sports de force (lutte, haltérophilie,
lancers, culturisme) depuis les années 50 mais actuellement ils sont utilisés dans toutes les disciplines
sportives pour développer la force musculaire et favoriser la récupération après des efforts intensifs afin
d'augmenter les capacités d'entraînement. Ils accentuent par ailleurs l'agressivité et l'esprit de
compétition. On les utilise également dans le sport de loisirs (notamment dans le domaine du fitness). Les
premiers contrôles ont lieu aux JO de Montréal en 1976.
Réglementation
Les anabolisants sont interdits en et hors compétition.
Ils apparaissent sur la liste de l'UCI en 1967, puis en 1974 sur celle du CIO. Ils peuvent être dépistés à
partir des Jeux Olympiques de 1976 à Montréal si leur prise remonte à moins de 15 jours, ce délai passe à
6, 8 mois en 1993. Cet interdit est confirmé en 2004 par l'AMA.
Remarques
La liste des produits dopants de l'AMA établit une distinction entre les substances
« exogènes » (qui ne
sont pas produites naturellement par l'organisme) et
« endogènes » (qui peuvent être produites
naturellement par l'organisme). Lorsqu'un agent anabolisant
exogène est décelé dans un échantillon, le
résultat est considéré comme positif. Par contre, si le test révèle l'existence d'un agent
endogène, on
effectue des examens complémentaires pour déterminer si la substance a été absorbée à des fins de
dopage ou si elle a été naturellement produite par le corps. Cette procédure s'applique notamment si le
rapport
testostérone/épitestostérone est supérieur à la valeur admise soit 6/1.


Cas de dopage notables dans le cyclisme
 1968 : Aux Jeux Olympiques de Mexico, des ampoules vides de stéroïdes anabolisants sont retrouvés dans le vestiaire de l'équipe hollandaise du 100 km sur route contre la montre qu'elle venait de remportée (les stéroïdes anabolisants n'ont été interdits qu'en 1976).  1979 : Joop Zoetemelk contrôlé positif à la nandrolone est le premier cas positif sur le Tour, le prélèvement étant effectué à l'arrivée sur les Champs-Élysées.  1983 : Jacques Bossis sur le Tour de France.  1999 : Gary Edwards, pistard britannique contrôlé trois fois positif au stanazolol (suspension à vie).  2006 : Floyd Landis vainqueur du Tour de France est convaincu de dopage à la testostérone grâce à une nouvelle technique l'IRMS (spectrométrie de masse) à l'issue de la 17e étape. Floyd Landis reconnaît les faits le 20 mai 2010 en avouant, dans les colonnes du Wall Street Journal, s'être régulièrement dopé au cours de sa carrière. La classe des hormones peptidiques et des agents apparentés comprend des substances ayant des structures et des effets très variés. Ces sont des hormones endogènes stimulant essentiellement la moelle osseuse, les ovaires, les testicules, les cortico-surrénales, la croissance et le nombre des fibres musculaires, régulant la glycémie. Cinq groupes d'hormones figurent dans la liste des interdictions :  Agents stimulants l'érythropoïèse.
 .

 .
  (Somatomédines).
 L'érythropoïétine (EPO - ®Aranesp, ®Eprex, ®Neupogen),  La CERA (Continuous Erythropoietin Receptor Activator) qui est une EPO de 3e génération dont l'action est prolongée (®Mircera). Mode d'action
L'érythropoïétine ajuste la production de globules rouges (érythrocytes) : lorsque qu'il existe une
diminution de l'oxygénation sanguine, les reins fabriquent de l'EPO qui stimule la moelle osseuse qui à
son tour produit des globules rouges dont le rôle est de transporter l'oxygène vers les cellules de
l'organisme.
Indications thérapeutiques
L'EPO est prescrite en cas d'anémie liée à une insuffisance rénale chez des patients dialysés ou non ; au
cours de chimiothérapie pour affections malignes ; en cas de spoliation sanguine au cours d'une
intervention chirurgicale.
Depuis 1988, date de l'introduction officielle de l'EPO sur le marché, le besoin en transfusion sanguine a
nettement diminué.
Effets indésirables
L'effet indésirable le plus courant est l'apparition ou l'aggravation d'une hypertension artérielle. A noter
également la possibilité de réaction allergique et l'apparition d'accidents thromboemboliques provoquant
un infarctus du myocarde ou un œdème pulmonaire pouvant être mortelles.
Utilisation dans le sport
L'augmentation du nombre de globules rouges permet à l'organisme de transporter plus d'oxygène et
ainsi de mieux oxygéner les muscles. Dès son apparition sur le marché, en 1988, et sans doute même dés
1987 avant son introduction officielle, l'EPO est utilisée dans les sports d'endurance pour améliorer la
capacité de performance aérobie et réduire le temps de récupération après des efforts importants surtout en
altitude.
Réglementation
L'EPO est interdite pendant et en dehors des compétitions depuis 1990 par le CIO. Sa détection par
contrôle urinaire est possible depuis 2001(cette méthode de dépistage est validée par l'AMA depuis juin
2003).
L'action de l'EPO continue 5 à 10 jours après la dernière injection, mais les effets dus à un dopage par
EPO se poursuivent pendant 120 jours, surtout pendant les 20 premiers
Dopage à l'aide d'une EPO 3e génération (CERA) :
De nombreux dopés ont été persuadé que cette EPO de 3e génération était indétectable aussi bien dans les
urines que dans le sang. Mais il faut savoir que l'effet secondaire le plus facile à constater dans un bilan
sanguin au cours d'un dépistage du dopage est un taux d'hématocrite élevé. C'est ce critère qui permet de
suivre un sportif afin d'effectuer des contrôles inopinés ou des contrôles orientés dans le cadre d'un suivi
médical longitudinal contrôlé (SMLC).
Différence d'utilisation entre EPO et EPO 3e génération (CERA) :
L'EPO nécessite une injection tous les 3 à 4 jours, la CERA doit être injectée chez les malades une fois
par mois, les sportifs qui aiment les risques le font toutes les 2 semaines
Avant que l'EPO ne soit détectable, des seuils limites de l'hématocrite (Hte) et de l'hémoglobine (Hb)
avaient été fixés, à partir desquels le sportif était jugé temporairement inapte à la compétition durant 15
jours (Hte : 50 %, Hb : 17,5 g). Ceci pouvait pénaliser les sportifs dont l'hématocrite est naturellement
élevé et favoriser inversement ceux dont l'hématocrite était déjà bas. Depuis mai 2000, l'EPO est
détectable dans les urines. Le mérite en revient au Professeur Jacques CEAURRIZ du Laboratoire
National de Lutte et Détection du Dopage de Châtenay-Malabry (
LNDD) qui a montré que l'EPO
exogène avait un point isoélectrique différent de l'EPO endogène. Le taux d'EPO endogène normal est de
5 à 25 mUi/ml. Il s'élève dans les anémies autres que d'origine rénale et est inversement fonction de
l'hématocrite.
La recherche d'EPO peut se faire après dosage d'hématocrite mais un hématocrite normal n'implique pas
forcément l'absence de dopage à l'EPO. L'EPO reste indétectable si elle est interrompue 3 jours avant le
contrôle.
Les différentes EPO sont :
 EPO α ou β (®Recormon, ®Eprex)  EPO retard ou darbepoetin α (®Aranesp)  EPO σ ou dynepo obtenue par génie génétique, à partir de cellules humaines, proche à 99 % de l'EPO naturelle En cas de détection délicate on utilise d'autres paramètres que l'hématocrite et l'hémoglobine :  STFR (récepteurs solubles de la transferrine > 10 µg/ml transférase)  Réticulocytes > 3 %  Hémoglobine réticulée > 4,5 g/l
Cas de dopage notables dans le cyclisme
 1987 : Décès subit de 5 coureurs cyclistes hollandais, c'est le début d'une longue série, 1988 : 2 hollandais, 1  1989 : A nouveau, décès de 5 coureurs hollandais…  21 avril 1994 : Trois coureurs de la Gewiss (Argentin, Furlan, Berzin) aux trois premières places de la Flèche  1997 : les aveux d'Erwann Menthéour au départ de Paris-Nice sous le contrôle de Marc Madiot (hématocrite  1998 : Affaire Festina sur le Tour de France : au procès qui a lieu en octobre 2000, Virenque avoue avoir reçu 500 doses d'EPO de 1993 à 1998.  2001 : Pascal Hervé et Riccardo Forconi sont positifs à l'EPO sur le Giro.  2001 : Txema del Olmo est le premier coureur dépisté positif à l'EPO sur le Tour de France.  2004 : Affaire Cofidis concernant Philippe Gaumont, Cédric Vasseur, Robert Sassone et David Millar  Juillet 2004 : Le cycliste suisse Oscar Camenzind est contrôlé positif à l'EPO juste avant les Jeux Olympiques d'Athènes et suspendu pour deux ans.  2007 : Tour de France : Michaël Rasmussen contrôlé positif à l'EPO dynepo.  2008 : 2005 : Bernhard Kohl est déclaré positif à l'EPO CERA.  2008 : Tour de France : Ricardo Riccó, Manuel Beltrán et Moisés Dueñas contrôlés à la CERA. Sont regroupées sous cette appellation les hormones qui stimulent les ovaires et les testicules : a. Gonadotrophine chorionique humaine (hCG) (®Lutrelef, ®Menopur), elle est interdite chez le sportif de
sexe masculin depuis 1989 sur la liste du CIO et 1990 sur la liste de l'UCI. b. Gonadotrophines hypophysaire [hormone lutéinisante (LH)] et synthétiques [clomifène (®Clomid,
®Pergotime), tamoxifène (®Nolvadex)]. Elles sont interdites chez le sportif de sexe masculin depuis 1989 sur la liste du CIO et 1990 sur la liste de l'UCI. Mode d'action
a. La hCG, dite « hormone de grossesse » est produite par le chorion et le placenta pendant les
3 premiers mois de la grossesse. C'est un stimulant de l'ovaire et du testicule. Chez l'homme elle stimule la sécrétion d'androgènes, en particulier la testostérone. b. L'hormone lutéinisante (LH) est produite par les cellules gonadotropes du lobe antérieur de
la glande hypophyse. Elle déclenche chez la femme l'ovulation et la formation du corps
jaune ; elle stimule chez l'homme la synthèse d'androgènes c'est à dire de testostérone.
L'hormone lutéinisante chez l'homme, régule donc la production naturelle de testostérone.
L'administration de gonadotrophines synthétiques provoque une sécrétion d'hormone
lutéinisante (LH) donc de testostérone.

Indications thérapeutiques
a. La hCG est prescrite chez la femme en cas de troubles de l'ovulation ou dans certains cas de
fausses couches à répétition. Elle est également utilisée dans le traitement de la stérilité masculine, en combinaison avec d'autres hormones, ainsi qu'en cas d'hypogonadisme. b. La LH est prescrite aux femmes pour activer la maturation des follicules.
Les gonadotrophines synthétiques sont utilisées, tel le clomifène, comme inducteur de l'ovulation ou comme le tamoxifène dans le traitement du cancer du sein.
Effets indésirables
a. La prise de gonadotrophine hCG peut entraîner des réactions allergiques, des nausées et
vomissements, une gynécomastie avec galactorrhée, ainsi que les effets indésirables des anabolisants en raison de la sécrétion de testostérone engendrée. b. L'utilisation des gonadotrophines synthétiques (clomifène) peut provoquer des kystes
ovariens, des grossesses multiples, des troubles visuels, des nausées et vomissements, une asthénie.
Utilisation dans le sport
a. La hCG est utilisée dans le sport pour : stimuler la production de testostérone, augmenter la
sécrétion d'épitestostérone ce qui à donc pour effet de ne pas modifier le rapport T/EPI. Elle permet de lutter contre l'effet dépressif survenant à l'arrêt des stéroïdes anabolisants, à la fin d'un cycle de dopage en relançant la production endogène de testostérone. Son utilisation dans le sport est celle de la testostérone. b. L'hormone lutéinisante LH stimule chez l'homme la sécrétion de testostérone endogène.
Le tamoxifène, le clomifène stimulent la production de LH hypophysaire et donc secondairement celle de testostérone. Ils sont donc utilisés après cures prolongées de stéroïdes anabolisants et aussi dans les mêmes indications que la testostérone.
Réglementation
Les gonadotrophines sont interdites pendant et en dehors des compétitions chez le sportif de sexe
masculin. Leur interdiction est apparue sur la liste du CIO avant les Jeux Olympiques d'hiver de Calgary
en 1988 et sur la liste de l'UCI en 1990.
Cas de dopage notables dans le cyclisme
 15 août 1993 : Alberto Volpi vainqueur de la Leeds International Classic contrôlé positif à l'hCG
 1994 : Marco Velo suspendu 2 ans pour contrôle positif à l'hCG.
3. L'insuline est une hormone endogène produite par les cellules des îlots de Langerhans du pancréas. Cette
hormone intervient dans la régulation du métabolisme glucidique.
Mode d'action
Le rôle de l'insuline est de favoriser le transport du glucose vers les cellules musculaires.
Après un repas, la sécrétion d'insuline augmente, favorisant ainsi le transport du glucose et des acides
aminés à l'intérieur des cellules. Elle augmente la formation du glycogène, la transformation du glucose
en lipides dans le foie.
En résumé elle favorise, l'entrée du glucose dans la cellule, son stockage sous forme de glycogène, son
utilisation lors de la glycolyse aérobie par la voie classique d'Embden-Meyerhof, l'entrée des acides
aminés dans la cellule, ralentit la dégradation des protéines et améliore le rendement énergétique de la
cellule musculaire. Elle favorise la récupération.
D'autre part, l'insuline stimule la sécrétion de testostérone, d'hormone de croissance et d'IGF1
Indications thérapeutiques
La prescription d'insuline est indispensable en cas de diabète de type I et est fréquente en cas de diabète
de type II mal équilibré. Jusqu'au début des années 80, on utilisait des préparations d'insuline d'origine
animale (bœuf ou porc) ; aujourd'hui, on dispose d'insuline produite par génie génétique.
Effets indésirables
Lorsqu'elle est administrée en quantité trop importante, l'insuline diminue le taux de glucose sanguin
entraînant une hypoglycémie. Les symptômes de l'hypoglycémie sont une importante fatigue, une pâleur,
des sueurs, des tremblements un état confusionnel. Si celle-ci n'est pas rapidement corrigée le patient
risque un coma hypoglycémique.
Utilisation dans le sport
Elle est largement utilisée malgré les risques d'hypoglycémie :
L'insuline stimule les processus métaboliques anabolisants : synthèse du glycogène, synthèse des lipides
et des protéines, favorise la sécrétion de testostérone et d'hormone de croissance.
Elle a d'abord été utilisée dans les sports de force puis dans les sports d'endurance à grande dépense
énergétique.
Elle est utilisée en combinaison avec des hormones de croissance.
Réglementation
L'insuline est interdite par le CIO depuis 1998, puis par l'UCI depuis 2003 pendant et en dehors des
compétitions. Elle figure sur la liste de l'AMA depuis 2004 Le sportif diabétique insulinodépendant doit
fournir la preuve de son affection et produire une autorisation à des fins thérapeutiques (AUT)
Cas de dopage notables dans le cyclisme
 6 juin 2001 : Sur le Giro une descente de police permet de retrouver de l'insuline dans la chambre de  2002 : 54 produits, dont de l'insuline, sont retrouvés dans la voiture de Raimondas Rumsas. 4. - (Adreno Cortico Trophic Hormone - ACTH)
La corticotrophine, appelée aussi hormone adrénocorticotrope est sécrétée par le lobe antérieur de
l'hypophyse et possède une action stimulante des glandes corticosurrénales.
Mode d'action
Elle contrôle et régule la production des corticostéroïdes surrénaliens (cortisone endogène et de cortisol).
Elle possède des effets anabolisant et euphorisant.
Indications thérapeutiques
L'ACTH est utilisée essentiellement, à titre diagnostic, pour effectuer une exploration dynamique des
corticosurrénales.
Effets indésirables
L'utilisation de l'ACTH peut provoquer un choc anaphylactique, une hypertension artérielle, une rétention
hydrosodée, des ulcères gastroduodénaux, un diabète, de l'acné. Son usage intensif peut également
favoriser une ostéoporose, des fractures pathologiques, une atrophie musculaire.
Une stimulation anormale et prolongée des glandes corticosurrénales par l'ACTH de synthèse
(®Synacthène) peut entraîner une atrophie de celles-ci.
Utilisation dans le sport
L'ACTH procure les mêmes effets que les glucocorticoïdes, avec sans doute moins d'effets nuisibles,
dans les sports de longue durée en particulier dans les courses cyclistes par étapes : stimulation de la
volonté, euphorisant, douleur mieux tolérée, effet anabolisant.

Réglementation
Son interdiction est apparue sur la liste du CIO en 1989, en 2003 pour l'UCI. Elle figure sur la liste de
l'AMA depuis 2004. Elle est interdite pendant et en dehors des compétitions.
Son dépistage reste encore difficile.
Cas de dopage notables dans le cyclisme
 1982 : Témoignage de Willy Voet (déjà lui) à propos de Bert Oosterbosch, 3e du Grand Prix des Nations, après une injection de ®Synacthène-Retard.  1993 : Richard Virenque, sur le Critérium International, pratique le dopage pour la première fois avec du ®Synacthène-Retard.  1998 : Sur le Tour de France, une perquisition dans le camion de l'équipe TVM retrouve entre autres  L'hormone de croissance humaine (hGH), appelée aussi somatotropine, est une hormone sécrétée par l'antéhypophyse (lobe antérieur de l'hypophyse).  La somatotropine dite recombinante est fabriquée par génie génétique depuis 1988 (GH
Mode d'action
Chez l'enfant et l'adolescent l'hormone de croissance humaine possède un effet régulateur sur la
croissance. Sa sécrétion diminue progressivement avec l'âge.
La hGH comme la GH agissent sur le métabolisme des protides leur conférant un effet anabolisant, sur le
métabolisme des lipides leur donnant un effet lipolytique, sur le métabolisme glucidique entraînant une
diminution de la tolérance aux sucres. Elles stimulent la croissance des tissus osseux, musculaires et
cartilagineux favorisant l'endurance, la force musculaire et facilitant la récupération. Le plus souvent elle
est utilisée avec les IGF-1 et l'EPO.
Indications thérapeutiques

L'hormone de croissance n'est prescrite qu'aux enfants et aux adultes présentant un déficit en hormone
somatotrope : retard de croissance, nanisme hypothalamique.
Effets indésirables
Un excès d'hormone de croissance peut entraîner un gigantisme ou une acromégalie provoquant un
développement disproportionné en particulier du menton, de la mâchoire, des mains et des pieds. Elle
atteint également certains organes tels le cœur (myocardiopathie), le foie, le rein et l'intestin.
Cette hypersécrétion de hGH induit également un trouble du métabolisme glucidique favorisant
l'apparition d'un diabète, une rétention hydrosodée favorisant une surcharge cardiovasculaire et une
hypertension artérielle.
Utilisation dans le sport
Elle favorise une augmentation de la masse musculaire sans prise de poids, même longtemps après la fin
de la cure. Pendant l'effort elle favorise l'utilisation des lipides au lieu du glycogène permettant
l'économie de celui-ci. Elle est utilisée en relais des cures de stéroïdes anabolisants mais aussi en
association avec des anabolisants, l'EPO, les somatomédines IGF-1 et surtout l'insuline, l'hormone
thyroïdienne et le clenbutérol.
Réglementation
L'hormone de croissance est interdite pendant et en dehors des compétitions d'abord sur la liste du CIO
depuis 1989 puis sur la liste de l'AMA en 2004.
Sa prescription initiale est normalement hospitalière.
Cas de dopage notables dans le cyclisme
 1996 : Aveu d'Erwann Menthéour Secret défonce. Ma vérité sur le dopage. JC Lattès Paris 1999.  8 juillet 1998 : 80 ampoules d'hormone de croissance sont retrouvées dans la voiture de Willy Voet.  1998 : Les aveux d'Alex Zulle se dopant sous le contrôle du Docteur Éric Rijchaert.  2002 : De l'hGH dans la « pharmacie » de Raimondas Rumsas.  2008 : Les premiers contrôles de sang pour le dépistage de hGH ont été effectués aux Jeux Olympiques de Pékin, mais aucun résultat positif n'a été détecté.  Somatomédines (IGF-1 - (Insulin Like Growth Factor n° 1)  Facteur de croissance musculaire MGF (Mechano Growth Factors) L'hormone de croissance induit la sécrétion de somatomédine IGF-1 qui est un facteur de croissance non hématopoïétique polypeptidiques sécrétés par le foie, les muscles et les cartilages agissant sur la croissance musculaire. Elle possède une structure très voisine de la proinsuline. Associées à l'insuline exogène, les IGF accélèrent la récupération musculaire. Elles diminuent les effets protéolytiques des corticoïdes ; elles intensifient les effets ergogéniques de la testostérone ; elles permettent ainsi de limiter les doses de GH et d'EPO. Des IGF d'origine musculaire peuvent être obtenues par génie génétique et sont peut-être déjà disponibles. Les bêta-2-agonistes – ou bêta-2-sympathomimétiques – sont classés à la fois parmi les stimulants bronchodilatateurs et les agents anabolisants. Dès 1984, on a constaté que le clenbutérol, bêta-agoniste à usage vétérinaire comme nous l'avons déjà vu, possédait un réel effet anabolisant qui a par la suite été
retrouvé chez l'ensemble des bêta-2-agonistes utilisés en clinique. Aussitôt, un nombre impressionnant de
coureurs asthmatiques s'est révélés dans le sein du peloton !


Mode d'action
Les bêta-2-agonistes agissent sur les muscles lisses des bronches entraînant une dilatation de celles-ci. Ils
favorisent une certaine euphorie et se caractérisent, en particulier la ®Ventoline, par une action
anabolisante.
Indications thérapeutiques
Ils sont prescrits dans le traitement de la crise d'asthme et de la BPCO. Ils calment les symptômes des
crises d'asthme en supprimant la constriction bronchique, sans action cardiovasculaire importante.
Il en existe deux catégories : les produits à effet rapide utilisés surtout en cas de crise d'asthme ou en
prévention de l'asthme d'effort s'utilisant par inhalation et les substances à action de longue durée,
utilisées en traitement d'entretien.
Effets indésirables
Ces substances peuvent induire une tachycardie, une augmentation de la pression sanguine et
fréquemment des tremblements.
Utilisation dans le sport
L'usage des bêta-2-agonistes dans le sport vise à améliorer la fonction respiratoire et à accroitre la masse
musculaire.
Réglementation
Les bêta-2-agonistes – ou bêta-2-sympathomimétiques – sont interdits dans le sport pendant les
compétitions par le CIO depuis 1976 et figurent sur la liste de l'AMA depuis 2004. Cependant certains
(formotérol ®Foradil, salbutamol ®Ventoline, salmétérol ®Sérévent, terbutaline ®Bricanyl,) restent
autorisés pour le traitement de l'asthme et du bronchospasme favorisé par l'effort par inhalation, mais pas
en comprimé ni en injection, dans le cadre d'une AUT, à condition que le traitement soit notifié avant le
début du traitement.
Le salbutamol est interdit hors compétition si la concentration urinaire est supérieure à 1000 ng/ml.
Cas de dopage notables dans le cyclisme
 1978 : Tour de France, Pollentier à l'Alpe d'Huez, trafique ses urines pour camoufler une utilisation d'®Alupent (alors non interdit !).  1994 : Tour de l'Oise, Miguel Indurain contrôlé positif au salbutamol.  1997 : Djamolidine Abdoujaparov est testé positif au clenbutérol et au bromantan pendant le Tour  2000 : Tour de France, 20 à 25 % des coureurs ont fourni une AUT concernant une utilisation thérapeutique de ®Ventoline.  2010 : Tour de France : Alberto Contador contrôlé positif au clenbutérol et à des constituants de poche à perfusion. Mode d'action
Certains anti-œstrogènes (clomifène) en agissant sur l'hypophyse favorisent la libération d'hormone
lutéinisante (LH) et de folliculine (FSH) qui interfèrent sur les sécrétions ovariennes chez la femme et sur
la fonction testiculaire chez l'homme stimulant chez ce dernier la sécrétion de testostérone.
D'autres anti-œstrogènes agissent en tant que modulateurs sélectifs des récepteurs aux œstrogènes, le
raloxifène sur l'os, l'anastrozole sur les tissus périphériques.
Indications thérapeutiques
Leurs indications sont très variées :
Le clomifène (®Clomid) induit l'ovulation dans le traitement de la stérilité.
Le tamoxifène (®Nolvadex) ou l'anastrozole (®Arimidex) sont utilisés dans le traitement des cancers du
sein de la femme ménopausée.
Le raloxifène (®Evista) est utilisé dans le traitement de la prévention de l'ostéoporose chez la femme
ménopausée.
Il n'existe actuellement aucune indication thérapeutique des inhibiteurs non stéroïdiens de l'aromatase
(anastrozole) chez l'homme.
Effets indésirables
Bouffées de chaleur, crampes, troubles digestifs, céphalées, troubles visuels, augmentation du cholestérol,
saignements vaginaux.
Plus rarement on constate un risque d'accidents thromboemboliques (phlébite - embolie pulmonaire).
Utilisation dans le sport
Les anti-œstrogènes sont surtout utilisés dans le sport pour limiter les effets indésirables du dopage aux
stéroïdes anabolisants : compenser la perte de force musculaire, relancer la sécrétion de testostérone,
empêcher le développement d'une gynécomastie. Ils sont aussi utilisés en association avec l'hCG ou en
relais de celle-ci.

Réglementation
Les anti-œstrogènes sont interdits depuis 2001 pendant et en dehors des compétitions.
Jusqu'à la fin de 2004, ces substances n'étaient interdites que chez l'homme, depuis 2005, cette
interdiction s'applique également aux femmes.
Cas de dopage notables dans le cyclisme
Pas de cas retrouvé dans la littérature concernant le cyclisme.
Les agents masquants interfèrent avec l'excrétion des substances interdites afin de dissimuler leur présence dans l'urine ou modifient les paramètres du sang, au cours des contrôles antidopage.  ®Bénémide).
 Albumine humaine (®Albumine humaine Baxter).  Dextrane.  HES (hydroxyethylamidon 200 000 - ®Voluven).  Gélatines (®Plasmion)
Mode d'action
Le probénécide inhibe la réabsorption tubulaire des urates. Il se lie aux protéines plasmatiques. Son
excrétion est majoritairement urinaire.
Indications thérapeutiques
Le probénécide : est utilisé dans le traitement d'entretien de la goutte mais aussi comme adjuvant de la
pénicillinothérapie dans la blennorragie.
Effets indésirables
Troubles digestifs, céphalées, réactions allergiques. Un surdosage est susceptible de provoquer des crises
d'épilepsie.
Utilisation dans le sport
Le probénécide est utilisé pour cacher l'utilisation de produits dopants, en particulier les stéroïdes
anabolisants dont l'élimination est retardée. Il gêne le dosage urinaire de la testostérone.
Réglementation
Interdit depuis le 1er janvier 1988 par le CIO et l'IAAF, les premiers contrôles ont eu lieu aux Jeux
Olympiques d'hiver de Calgary (pas de cas positif) ; il n'apparait sur la liste de l'UCI que le 1er janvier
1989 expliquant l'affaire Delgado au cours de l'été 1988.
Il figure sur la liste de l'AMA depuis 2004.
Cas de dopage notables dans le cyclisme
 1988 : Tour de France, Delgado utilise le probénécide, sans doute afin d'obtenir un effet masquant. A cette date ce produit est interdit par CIO et l'IAAF mais toujours autorisé par UCI.  2002 : Stefano Garzelli, leader du Giro est contrôlé positif au probénécide.
Mode d'action
Assurent la restauration et le maintien du volume du sang circulant.

Indications thérapeutiques

Ils sont utilisés dans le cadre de maladies graves, dénutrition, déshydratation, réanimation, état de choc
intervention chirurgicale.
Effets indésirables
Choc anaphylactique, réactions cutanées allergiques, vertiges, fièvre, œdème pulmonaire ; risques de
déséquilibre hydrosodé ou de sels minéraux, de surdosage en absence de surveillance.

Utilisation dans le sport
Les succédanés du plasma sont utilisés afin de réduire le taux d'hématocrite en cas de dopage par l'EPO.
Ils sont aussi utilisés pour compenser les pertes liquidiennes après des épreuves de longue durée en
particulier en cas de canicule.
Réglementation
Si les perfusions de sérum glucosé ou de minéraux ne sont pas prohibées, les succédanés de plasma
(dextran, HES) injectés par voie intraveineuse sont interdits par l'AMA depuis 2004 pendant et en dehors
des compétitions.
Cas de dopage notables dans le cyclisme
 1960 : Propos du journaliste Roger Bastide qui rapporte le récit du Docteur Dumas qui surprend Gastone Nencini avec une perfusion dans chaque bras, un soir d'étape du Tour de France.  1996 : Jérôme Chiotti utilise du sérum glucosé le soir des étapes du Tour VTT sous le regard complice de Ferdinand Brake.  2000 : L'US Postal de Lance Armstrong voit s'ouvrir à son encontre une information judiciaire : du matériel à perfusion est retrouvé dans les sacs-poubelle de l'équipe américaine ainsi que des médicaments et des emballages du fameux ®Actogevin. 3. (S8 et P3)
Les diurétiques [acétazolamide (®Diamox), furosémide (®Lasilix), hydrochlorothiazide (®Esidrex),
spironolactone (®Aldactone)] sont utilisés pour augmenter la diurèse, c'est-à-dire la production d'urine.

Mode d'action
Les diurétiques agissent sur les reins, favorisent la production d'urine augmentant le débit urinaire. Ils
assurent également l'élimination de certains sels minéraux (Na Cl).
Indications thérapeutiques
Les diurétiques sont utilisés dans le traitement de l'hypertension artérielle, de l'insuffisance cardiaque
aiguë ou chronique, des œdèmes d'origine rénaux.
Effets indésirables
En cas d'utilisation abusive ou non contrôlée, ils sont susceptibles d'entraîner une déshydratation, des
troubles du métabolisme du sodium ou du potassium, une perte en sels minéraux, une hypotension
artérielle.
Utilisation dans le sport
Permettre une perte de poids rapide dans les sports à catégorie de poids.
Permettre de masquer des substances interdites du fait de leur dilution plus grande dans les urines.
Réglementation
Les diurétiques figurent depuis 1988 sur la liste des interdictions de l'UCI. Sur la liste de l'AMA depuis
2004 ils sont interdits pendant et en dehors des compétitions dans tous les sports comme agents masquants
(S8) et substances interdites dans les sports à catégorie de poids (aviron, bodybuilding (culturisme), boxe,
haltérophilie, judo, karaté, lutte, powerlifting (force athlétique), saut à skis, taekwondo, wushu) (P3).

Cas de dopage notables dans le cyclisme
Ils sont peu utilisés dans le cyclisme depuis 1987.
La cortisone est une hormone secrétée par la glande endocrine corticosurrénale. Les dérivés de synthèse
utilisés en médecine sont dénommés corticoïdes
Ces produits sont des médicaments à l'usage extrêmement varié présentant des atouts considérables mais
aussi des effets néfastes étendus.
Mode d'action
Les glucocorticoïdes ont une action anti-inflammatoire, antiallergique et antalgique. Ils favorisent la
dégradation des protéines, mobilisent les lipides, et augmentent la glycémie. Elles possèdent une action
euphorisante.
Indications thérapeutiques
Les glucocorticoïdes ont de multiples usages. Ils sont utilisés dans les états de choc allergique, les
allergies, l'asthme, l'eczéma, les maladies auto-immunes ou pour éviter le rejet d'un organe transplanté,
certaines maladies rhumatismales.
Effets indésirables
Administrés au long cours, les glucocorticoïdes peuvent provoquer une insuffisance cortico-surrénale, une
fonte musculaire, des ulcères gastroduodénaux, une hypertension artérielle, un diabète, des ruptures
tendineuses, une ostéoporose, une ostéonécrose de la tête fémorale, et des perturbations du système
immunitaire. Chez l'enfant, ils ralentissent ou arrêtent la croissance.
Utilisation dans le sport
Ils sont utilisés dans le bronchospasme lié à l'effort, pour traiter les inflammations, pour leur action
modérément euphorisante, pour atténuer le stress, les douleurs, la fatigue.
Réglementation : déclaration d'usage
.Ils sont prohibés par la Loi française depuis le 1e juin 1965, sont détectables depuis 1982, entrent sur les
listes du CIO et de l'UIC en 1987, sa détection mise en place sur le Tour de France en 1999.
Ils sont interdits en compétition dans toutes les disciplines sportives depuis le 1er janvier 2004 par l'AMA
lorsqu'ils sont administrés par voie orale, rectale, intraveineuse ou intramusculaire. Toutes autres voies
(intra-articulaire, péri-articulaire, péri-tendineuse, péridurale, intradermique, oculaire, auriculaire,
cutanée) nécessitent une justification médicale afin d'obtenir une AUT.
Cas de dopage notables dans le cyclisme
 1978 : Les aveux de Bernard Thévenet.  1981 : Le retour improbable et « miraculeux » de Freddy Maertens.  1999 : Lance Armstrong « lavé d'un soupçon de dopage » en raison d'un « alibi médical ».  2000 : Les corticoïdes font rouler 29 % du peloton du Tour de France. De nombreuses méthodes et substances peuvent être utilisées pour améliorer la consommation, le transport ou la libération de l'oxygène dans l'organisme. Parmi celles-ci figurent : L'Agence mondiale antidopage (AMA) définit le dopage sanguin comme l'utilisation de produits sanguins autologues, homologues ou hétérologues ou de globules rouges de toute origine dans un autre but que pour un traitement médical justifié. Mode d'action
La transfusion sanguine induit une restauration ou une augmentation de la masse sanguine et du nombre
de globules rouges ou hématies.
On peut réaliser à un sujet une transfusion de son propre sang (autotransfusion) ou une transfusion du
sang d'une tierce personne (hétérotransfusion).

Indications thérapeutiques
Correction d'une spoliation sanguine : accident, intervention chirurgicale, hémorragie, maladies
hématologiques.
Effets indésirables
Peut survenir : un accident d'incompatibilité, une réaction allergique à un sang étranger, un syndrome de
surcharge du système circulatoire, une poussée hypertensive, une surinfection virale (hépatite, sida)

Utilisation dans le sport
Le dopage sanguin peut se faire par transfusion à un sujet de son propre sang (autotransfusion) ou par
transfusion du sang d'une tierce personne (hétérotransfusion). La transfusion entraîne une augmentation
du nombre de globules rouges et de la capacité de transport d'oxygène aux muscles, augmentation qui se
traduit par une amélioration de l'endurance.
Le premier cas de dopage sanguin, afin d'améliorer l'endurance du sportif, a été décrit par N. Pace dès
1947. Il a fallu attendre les progrès effectués dans le domaine de la conservation du sang pour voir
l'autotransfusion utilisée comme méthode de dopage. Éclipsé dans les années 90 par l'EPO, le dopage
sanguin a fait son retour récemment, avec les affaires autour du gynécologue Fuentes et de l'entreprise
autrichienne Humanplasma.
La pratique du dopage sanguin par autotransfusion
L'athlète subit une transfusion de son propre sang (autologue). Dans ce cadre, le prélèvement sanguin est
effectué environ 4 à 8 semaines avant la réinjection. Le sang collecté est centrifugé afin de séparer les
globules rouges qui sont stockés en étant congelés. En attendant la réinjection, le sportif continu son
entraînement et l'organisme reconstitue son stock de globules rouges. Le sang stocké est réinjecté à
l'athlète environ une semaine avant l'épreuve, l'effet du dopage se poursuivant environ deux semaines.
Des études ont révélé qu'en conditions de laboratoire, l'augmentation des performances peut être de 10 à
15 %.
Réglementation
Le dopage sanguin est interdit depuis 1986 par le CIO et l'UCI et prohibée sur la liste de l'AMA depuis
2004 pendant et en dehors des compétitions. Le dopage sanguin par hétérotransfusion est décelable depuis
septembre 2004 par voie sanguine.
Cas de dopage notables dans le cyclisme
 1974 : Joop Zoetemelk reçoit à plusieurs reprises des hétérotransfusions de concentrés globulaires.  1980 : Francesco Moser reçoit une autotransfusion 8 jours avant de battre le record du monde de l'heure à Mexico le 19 puis le 23 janvier.  1984 : Lors des Jeux olympiques d'été de Los Angeles, plusieurs cyclistes de l'équipe des États- Unis avaient subi des transfusions sanguines. La pratique du dopage sanguin a été interdite en 1985. Au printemps 2004 éclatent les révélations du coureur Jesus Manzano sur les pratiques du dopage sanguin dans le milieu du cyclisme. Ces pratiques impliquent des personnes évoluant dans l'entourage des équipes cyclistes et possédant un groupe sanguin compatible, voire des membres de la famille du coureur possédant le même groupe sanguin que lui. Pour maximiser la teneur en globules rouges du sang, on envoie les donneurs effectuer des séjours en altitude.  2004 : Dans le courant de l'automne, Tyler Hamilton le champion olympique du contre-la-montre aux J.O. d'Athènes est contrôlé positif au dopage sanguin. Le test démontrera que le sang utilisé est celui d'un donneur. Il s'agit là du premier cas positif de dopage sanguin.  2005 : Bernhard Kohl est déclaré positif pour autotransfusion (scandale de l'entreprise autrichienne Ce sont les substances permettant d'augmenter l'apport d'oxygène transmis aux tissus. Actuellement, les dons de sang ne suffisent pas à couvrir les besoins médicaux. Depuis 1990, les recherches se sont multipliées pour trouver des substituts sanguins. Deux voies ont été explorées : la création de substances de synthèse (perfluorocarbures par exemple), la stabilisation de la molécule d'hémoglobine, qui peut ainsi être injectée dans le sang en dehors des érythrocytes.  substances synthétiques qui fixent l'oxygène et le transportent dans le sang.
Ils ont été conçus pour la médecine d'urgence. Ils peuvent être décelés par une analyse de l'haleine.  RS R13 : augmente l'affinité de l'hémoglobine pour l'oxygène, améliorant ainsi
l'oxygénation des tissus.  Oxyglobin : hémoglobine réticulée, stable également en dehors des globules rouges. Prévue
à l'origine pour le traitement des chiens atteints d'anémie. a. ®Oxyfluor, ®Oxygent, ®Perftoran)
Mode d'action
Ce sont des molécules, dont les propriétés ont été découvertes en 1966, composées de carbone,
d'hydrogène et de fluor qui possèdent une grande aptitude à dissoudre et à transporter des gaz tels que
l'oxygène et le gaz carbonique. En tant que vecteur d'oxygène, les PFC se révèlent beaucoup plus
efficaces que les globules rouges. Ils sont plus diffusibles et surtout n'augmentent pas l'hématocrite. Leur
élimination est pulmonaire.
Indications thérapeutiques
Théoriquement :
Ils peuvent être utilisés comme substituts du sang humain en cas d'urgence.
Il n'existe pas de risque d'incompatibilité de groupe sanguin et de rhésus, de risques infectieux en ce qui
concerne le SIDA et les hépatites virales.
Leur conservation est plus longue que celle du sang.
Utilisation chez les Témoins de Jéhovah
Effets indésirables
Risque d'embolie gazeuse, de choc allergique, d'insuffisance rénale, de crampes.
Utilisation dans le sport
Augmentation de l'oxygénation tissulaire donc musculaire. Son action surtout bénéfique dans les étapes
de montagne est de 4 à 6 heures.
Réglementation
Leur détection est due au Professeur Jacques de Ceaurriz et au Professeur Audran en 1998. Ils sont
prohibés par l'UCI depuis le 1er mai 1999 et détectés dans l'air expiré jusqu'à 15 jours après leur
administration. Depuis 2004 ils sont interdits par l'AMMA en dehors et pendant les compétitions
Cas de dopage notables dans le cyclisme
 8 mai 1998 : Mauro Gianetti (Française des Jeux) est victime au cours du Tour de Romandie d'une très grave défaillance liée à une réaction au PFC.  19 juillet 1999 : Francisco Mancebo est le premier coureur chez qui le dépistage du PFC est pratiqué (dépistage négatif).  hémoglobine humaine polymérisée (®Hémolink),  hémoglobine humaine recombinante (®Optro),  hémoglobine animale modifiée (®Oxyglobin – commercialisée aux États-Unis depuis 2000),  hémoglobine bovine réticulée (®Hémopure – commercialisée en Afrique du Sud depuis 2001),  RS R13 (modificateur allostérique de l'hémoglobine).
Mode d'action
En raison de leur petite taille, les hémoglobines synthétiques sont très diffusibles et apportent facilement
de l'oxygène aux cellules. Il n'existe pas de problème de compatibilité sanguine, de contamination virale
ni de souci de conservation car elles peuvent être stockées pendant un an.
Indications thérapeutiques
Théoriquement ils peuvent être utilisés comme substituts du sang humain en cas d'urgence ou de rupture
de stock.
Effets indésirables
Elles peuvent entrainer une vasoconstriction sévère. Leurs effets à long terme ne sont pas connus. Elles
nécessitent un apport d'oxygène avant et après l'épreuve en raison d'une désaturation rapide.
Utilisation dans le sport
Augmenter l'oxygénation musculaire sans augmenter l'hématocrite au dessus du seuil prohibé. Améliorer
la récupération. Le RSR 13 est souvent associées à l'EPO en raison de sa faible durée d'action
Réglementation
Les hémoglobines synthétiques figurent sur la liste du CIO depuis 1996, sur la liste de l'UCI et dépistées
depuis 2003. Elles sont prohibées par l'AMA depuis 2004 pendant et en dehors des compétitions.
Cas de dopage notables dans le cyclisme
 6 juin 2001 : Au cours d'une perquisition sur la 17e étape du Giro, les policiers découvrent du RSR 13 dans la valise de Dario Frigo. De tout temps l'homme a employé l'opothérapie, c'est-à-dire des extraits d'organes, pour un usage
thérapeutique dont l'efficacité est douteuse. Depuis le risque de transmission du virus de l'ESB, ces
traitements ont été retirés du marché en 1992.
Malgré ces risques, l'utilisation de ces produits par les sportifs s'est poursuivi, en particulier celui de
l'®Actovegin. Il s'agit de sang de veau déprotéiné proche d'anciennes préparations comme le ®Globéol
(sang de cheval), l'®Hémoglobine Deschiens (sirop de sang de cheval défibriné), l'®Hémostyl (sérum de
cheval), le ®Solcoséryl (sang de veau déprotéiné).
Mode d'action
- favoriserait une régénération cellulaire,
- favoriserait une meilleure utilisation des ressources d'énergie par les cellules.
Indications thérapeutiques
Était utilisé pour favoriser la cicatrisation des plaies et des brûlures et améliorer les affections touchant
les vaisseaux sanguins.
Effets indésirables
Risque de réactions allergiques : urticaire, fièvre et même choc anaphylactique.
Utilisation dans le sport
Utilisé dans toutes les spécialités sportives où les dépenses énergétiques sont importantes.
- favoriserait le transport ainsi que la pénétration du glucose dans la cellule musculaire,
- améliorerait la fluidité et la circulation du sang et par conséquence le transport d'oxygène vers les
cellules,
- associé à l'EPO, améliorerait la distribution de l'oxygène par l'hémoglobine au niveau des cellules et
donc la VO²/Max et le rendement musculaire sans élever l'hématocrite au dessus du seuil autorisé.
Réglementation
Interdit depuis 1999 sur la liste du CIO, au dopage sanguin ayant été ajouté « transporteurs artificiels
d'oxygène ». Bien que non cité nominativement, l'®Actovegin figure sur liste des transporteurs
d'oxygène artificiels de façon implicite sur la liste de l'AMA depuis 2004 pendant et en dehors des
compétitions.
Cas de dopage notables dans le cyclisme
 1923 : Aveu de Maurice Protin, coureur belge, qui prend régulièrement de l'®Hémostyl.  2000 : L'affaire de l'équipe US Postal de Lance Armstrong. Une équipe de journaliste de France 3 trouve des emballages d'®Actovegin que des soigneurs de l'équipe ont placés dans des poubelles d'un supermarché.  2002 : Encore et toujours l'Audi de Raimondas Rumsas où est retrouvé pas moins de 54 produits différents dont de l'®Actovegin. « La manipulation pharmacologique, chimique et physique correspond à l'emploi de substances et de méthodes, incluant les agents masquants, qui altèrent, visent à altérer ou sont susceptibles d'altérer l'intégrité et la validité des spécimens recueillis lors des contrôles du dopage. » Cette catégorie comprend notamment :  la cathétérisation, Si les perfusions intraveineuses de sérum glucosé ou de sels minéraux ne sont pas interdites, celles de succédanés de plasma le sont.  la substitution et/ou l'altération de l'urine, La substitution ou l'altération des urines par un tiers, l'utilisation de poires ou sachets disposés dans le cuissard, le rectum ou le vagin sont des techniques courantes de même que le siphonage de vessie, le cathétérisme urétéral avec injection d'urines pures dans la vessie.  l'inhibition de l'excrétion rénale, Inhibition de l'excrétion rénale notamment par le probénécide (®Bénémide) utilisée pour retarder l'élimination d'antibiotiques ou d'uricosuriques lors du traitement de la blennorragie ou de la goutte. Autre agent masquant, le bromantan (®Mantadix),  l'altération des concentrations de testostérone et d'épitestostérone, L'administration d'épitestostérone pour maintenir le rapport T/E inférieur à 6 est interdite depuis1993. Depuis 1995, le taux ne peut dépasser 200 ng/ml. Reportez-vous aux chapitres :
Agents anabolisants (S4)
Agents masquants
(diurétiques, épitestostérone, probénécide, succédanés de plasma) (S8)
Réglementation
Ces méthodes sont interdites hors et pendant les compétitions cependant si la cathétérisation est prohibée,
celles qui sont nécessaires lors d'une hospitalisation ou d'examens cliniques sont autorisées.
Cas de dopage notables dans le cyclisme
Les premières tentatives de manipulation d'urine datent de l'organisation des contrôles antidopage par
l'intermédiaire d'échantillons urinaires. En raison des nombreuses fraudes ayant lieu au cours des
prélèvements, il est indispensable de respecter rigoureusement la procédure de contrôle, qui prévoit que
les sportifs doivent uriner sous la surveillance d'un contrôleur.
 1978 : Tour de France, Pollentier à l'Alpe d'Huez, substitue ses urines pour camoufler une utilisation d'®Alupent.  1988 : Le contrôle antidopage effectué sur Pedro Delgado 1988 retrouve du probénécide mais ce produit masquant interdit par le CIO depuis le 1e janvier 1988 ne le sera par l'UCI qu'en 1989 lorsqu'on s'est enfin rendu compte qu'il pouvait également freiner l'élimination d'autres produits dopants comme la testostérone et les stéroïdes anabolisants  16 juillet 1991 : A l'issue de la 10e étape du Tour de France à Quimper, l'équipe PDM déclare forfait en raison d'une « intoxication alimentaire » mais en réalité à cause d'une perfusion d'®Intralipide effectuée pour camoufler un dopage aux agents anabolisants.
Roger Bannister, le premier homme à courir en 1954 le mile en moins de 4 minutes a affirmé un
jour : « Les athlètes ne naissent pas égaux ». Cette déclaration a été considérée comme
idéologiquement condamnable et a été très largement critiquée. Mais aujourd'hui, l'évolution des
connaissances lui donne raison.
Le dopage génétique ou cellulaire se définit comme étant l'usage non thérapeutique de gènes,
d'éléments génétiques et/ou de cellules ayant la capacité d'augmenter la performance sportive.

Mode d'action
Définition de la thérapie génique

Chaque fonction de notre organisme est réglée par l'interaction de molécules appelées protéines. Celles-ci agissent au sein des cellules constituant nos organes ou circulent d'un organe à l'autre et permettent à toutes ces cellules de communiquer. Ces protéines se dénomment, selon le lieu où elles agissent, facteur de croissance, hormones ou cytokines ; elles sont fabriquées à l'intérieur des cellules selon un mécanisme rigoureux appelé code génétique géré par l'ADN qui se présente comme une double hélice microscopique constituant nos chromosomes. Il est indiscutable que les mécanismes contribuant à l'apparition d'une tumeur ou de certaines
affections sont liés à une désorganisation des interférences entre cellules, à une dégradation des
protéines permettant ces communications ou encore au niveau du code génétique de ces
protéines. Lorsqu'ils sont donc altérés, ces mécanismes deviennent responsables de l'apparition
de tumeur ou de maladies.
Il est donc logique aujourd'hui de s'attaquer à la cause intime de ces maladies, c'est à dire à la
mutation biologique, en réparant un gène ou plusieurs gènes défectueux par un transfert de gènes
sains.
La thérapie génique constitue donc à incorporer de nouveaux gènes dans des cellules humaines
spécifiques afin de réparer le gène absent ou incorrect, ou à doter la cellule cible de nouvelles
propriétés.
Les applications pratiques ne sont pas encore habituelles.

Il s'agit d'une technique in vitro. On prélève des cellules dans l'organisme, on les modifie puis
on réinjecte les cellules dont le gène est corrigé. Les cellules prélevées doivent être résistantes
afin que le gène puisse rester actif longtemps dans l'organisme. On utilise des globules blancs
(cellules T), des cellules de la moelle osseuse, des cellules souches prélevées dans les muscles
(appelées cellules satellites).
N'utilisant pas de cellules germinales (spermatozoïdes ou ovules), les transformations génétiques
sont limitées à la personne traitée et ne sont pas transmises à sa descendance. La thérapie génique
avec des cellules germinales est contestée du point de vue éthique et interdite dans de nombreux
pays.
Indications thérapeutiques
 Les premiers essais cliniques de thérapie génique ont été effectués sur des patients atteints de
fibrose kystique. Cette maladie génétique du métabolisme, provoque une surproduction de mucus bronchiques.  22 juillet 2010 : Les « bébés bulle » ont 11 ans : L'efficacité de la thérapie génique est démontrée : en mars 1999, Alain Fischer, Marina Cavazzana-Calvo et Salima Hacein- Bey-Abina et leurs équipes de l'Inserm, de l'AP-HP et de l'Université Paris Descartes traitaient pour la première fois par thérapie génique des enfants atteints d'une maladie les privant de défenses immunitaires. Aujourd'hui, sept enfants pris en charge en France vont bien et mènent une vie normale. Ces onze années ont permis aux chercheurs de perfectionner la thérapie, de comprendre et de tenter de s'affranchir des problèmes de toxicité rencontrés aux débuts de cette aventure.  15 septembre 2010 : Bêta-thalassémie : une première de thérapie génique à confirmer. Pour la première fois, un homme atteint d'une maladie de l'hémoglobine, la bêta-thalassémie, a été traité avec efficacité par thérapie génique. Cet homme a été traité grâce à la collaboration de plusieurs équipes, dont celle de Philippe Leboulch, responsable scientifique de l'essai clinique et chef de l'Institut des maladies émergentes et des thérapies innovantes (Inserm, Université Paris-Sud), à Fontenay-aux-Roses, et celle de Marina Cavazzana-Calvo et Salima Hacein-Bey-Abina, du département de biothérapies de l'Hôpital Necker-Enfants malades (Inserm, AP-HP), à Paris. Cependant, l'insertion du vecteur porteur du gène thérapeutique a modifié, sans dommage apparent, l'expression d'un gène contrôlant la multiplication des cellules ; cela suggère que la sécurité de l'intervention n'est pas complètement assurée, des incertitudes demeurent. La thérapie génique est une thérapeutique en devenir.
Effets indésirables
Il est actuellement impossible de prévoir les conséquences à long terme aussi bien du dopage
génétique que de la thérapie génique. On sait, par exemple, que chez un athlète, à l'arrêt d'une
cure par anabolisant, les effets du dopage sur la croissance musculaire s'arrêtent. Mais il est
impossible de contrôler ou d'éliminer des facteurs de croissance une fois qu'ils sont introduits
dans l'organisme. Ils pourraient par exemple faire proliférer des tumeurs. Concernant l'EPO, on
peut arrêter une cure de dopage mais un athlète ayant reçu des gènes présenterait définitivement
des constantes sanguines augmentées, avec les risques connus d'infarctus et d'accidents
cérébraux.
Les thérapies géniques sont assez sûres, mais non dénuées de risques. Il existe des complications
graves provoquées par ces traitements dont certains ont entraîné des cancers, des leucémies et des
maladies auto-immunes.
Utilisation dans le sport
L'effet recherché est multiple et c'est sans doute sans limite : accroitre la masse musculaire,
renforcer la qualité des cartilages et des tendons afin de pouvoir supporter les charges
d'entraînement et surproduire de l'érythropoïétine par injection de cellules manipulées
génétiquement. On peut envisager la réparation de cartilage par la greffe de chondrocytes, de
lésions musculaires par greffe de myocytes, améliorer l'influx nerveux.
Réglementation
« Le dopage génétique figure déjà sur la liste des substances dopantes avant même d'être
pratiqué, un fait unique dans l'histoire du sport. »
Le dopage génétique est interdit depuis le 1er janvier 2003 dans le Code antidopage du CIO. En
2004, l'AMA l'ajoute également sur sa liste d'interdiction à la section « Méthodes interdites ».
Le dopage génétique est interdit pendant et en dehors des compétitions.
Remarque
Personne ne peut prédire lorsque les manipulations génétiques seront utilisées pour le dopage des
sportifs ? Certains experts médicaux évoquent la prochaine décennie, d'autres sont beaucoup plus
sceptiques si on considère les difficultés que rencontre la recherche médicale dans la thérapie
génique. Malgré tout, l'AMA développe déjà les tests antidopage d'après-demain (vecteurs
viraux, antigènes).
Une réputation douteuse
On lui attribue le fameux « coup de fouet ». Il réchaufferait, donnerait des forces.
Effets secondaires
N'apporte pas d'énergie utilisable par le muscle, diminue la coordination, provoque une mauvaise
récupération, altère le raisonnement.

Réglementation
Depuis 1987 et 2004 par l'AMM, l'alcool est interdit en compétition par certaines fédérations sportives,
notamment celles correspondant à des disciplines exigeant beaucoup de concentration. Les sports
concernés sont : aéronautique (0,05 g/l), automobile, billard, boules (0,50 g/l), football, gymnastique (0,10
g/l), karaté (0,40 g/l), lutte, motocyclisme, pentathlon moderne (0,10 g/l), roller skating (0,02 g/l), ski, tir
à l'arc (0,10 g/l), triathlon (0,40 g/l). Le dépistage est effectué par voie respiratoire et/ou par voie
sanguine.
A noter qu'en 1968, l'alcool était déjà interdit en pentathlon moderne,
Cas de dopage notables dans le cyclisme
En 1968 lors des Jeux olympiques de Mexico, la commission médicale du CIO à la demande de la
Fédération Internationale de Pentathlon moderne a effectué les premiers contrôles antidopage. Le
pentathlète Hans Gunnar Liljenvall est le premier athlète olympique qui se soit «officiellement» rendu
coupable de dopage. Le sportif suédois a été disqualifié pour présence d'alcool dans le sang (0,81 g/l). Cet
événement a coûté la médaille de bronze à son équipe au profit de l'équipe de France.
 1905 : Frank Kramer ingurgite une demi-bouteille de champagne avant la finale du Grand Prix de  1921 : Lucien Mottiat titube à l'arrivée de Paris-Brest-Paris pour avoir trop bu de vin sucré.  1934 : Jean Noret boit 4 à 5 litres de porto au cours de Bordeaux-Paris.  1943 : Année noire pour Louis Caput qui se ravitaille au vin rouge.  1948 : Le « petit bidon » de Raymond Le Bert, soigneur de Louison Bobet est à base de quinquina, de coca, et de kola.  Abdelkader Zaaf roulait au « Sidi Brahim ».  1964 : Sur le Tour de France, Jacques Anquetil possède 4 minutes de retard sur Raymond Poulidor, sur l'impulsion du bidon de champagne que lui tend Raphaël Geminiani, il refait son retard.  1966 : Rudy Altig effectuait les sprints en prenant une rasade de bière glacée. Mode d'action
Ils bloquent la fonction bêta du système nerveux sympathique. Certains bêtabloquants sont sélectifs et
bloquent les récepteurs bêta du cœur, des bronches par exemple.
Indications thérapeutiques
Hypertension artérielle, insuffisance coronarienne, troubles du rythme cardiaque, traitement de fond de la
migraine, tremblements essentiels, manifestations fonctionnelles cardiaques du stress ou des émotions,
hypertonie intraoculaire en instillation.
Effets indésirables
Asthénie, hypotension orthostatique, bradycardie, syndrome de Raynaud, sensation de vertiges,
hypoglycémie, insomnie, hallucinations, bronchospasme, amplification des réactions allergiques.
Utilisation dans le sport
Ils améliorent la stabilité émotionnelle, réduisent les manifestations du stress (tachycardie, tremblements),
diminuent le trac et ralentissent la fréquence cardiaque.
Réglementation
Les bêtabloquants sont interdits dans certaines disciplines pendant les compétitions par le CIO depuis
1985 et figurent sur la liste de l'AMA depuis 2004
.Les fédérations sportives qui les interdisent sont : aéronautique, automobile, billard, bobsleigh, boules,
bowling à 9 quilles, bridge, curling, échecs, football, gymnastique, lutte, motocyclisme, natation
(plongeon et synchronisée), pentathlon moderne, ski (saut et snowboard), tir (également en dehors des
compétitions), tir à l'arc (également en dehors des compétitions), voile (le barreur).
Il s'agit donc de sports où le calme intérieur et la concentration sont essentiels.
Remarques
Dans les sports d'endurance les bêtabloquants n'ont aucun intérêt puisque si ces produits ralentissent le
rythme cardiaque ils diminuent la VO2 Max.
Cas de dopages notables dans le cyclisme
L'utilisation des bêtabloquants dans le cyclisme serait une aberration.
 Dictionnaire Vidal 2009 ®
 Ballester, Pierre
Tempêtes sur le Tour, Business – dopage – scandales, Editions du Rocher.  Ballester, Pierre et Waltsh, David
L.A. Confidentiel.  Docteur Boudier, Jean-Claude
Où en sommes-nous du dopage ? Communication au Collectif de Pharmacologie Sociale. Réunion du 22 juin 2004.  Chiotti, Jérôme
De mon plein gré, Calmann-Lévy, 2001.  Gaumont, Philippe
Prisonnier du dopage, Grasset.  Guillon, Nicolas et Quénet, Jean-François
Un cyclone nommé dopage, Éditions Solar, 1999.  Hautefeuille, Michel
Dopage et vie quotidienne, Petite bibliothèque Payot.  Docteur Lignières, Bruno de et Saint-Martin, Emmanuel
Vive le dopage ? Enquête sur un alibi, Flammarion, 1999.  Maitrot, Éric
Les scandales du sport contaminé,  Menthéour, Erwann
Secret défonce – Ma vérité sur le dopage, Éditions Jean Claude Lattès, 1999.  Docteur Mondenard, Jean-Pierre de
Dopage : l'imposture des performances La grande imposture, Hugo et Cie. Dictionnaire du dopage, Masson, Paris, juin 2004.  Queval, Isabelle
S'accomplir ou se dépasser Essai sur le sport contemporain  Revue Sport et Vie
 Voet, Willy
Massacre à la chaîne, Calmann-Lévy. Jean-Luc Langeron – Dossier établi du samedi 2 octobre au jeudi 20 novembre 2010.

Source: http://rapadmaroc.org/wp-content/uploads/2015/12/Le-Dopage-ses-Subtances-et-ses-Me--thodes.pdf

galdermausa.com

HIGHLIGHTS OF PRESCRIBING INFORMATION ------------------------------- WARNINGS AND PRECAUTIONS ------------------------- These highlights do not include all the information needed to use EPIDUO • Ultraviolet Light and Environmental Exposure: Avoid exposure to sunlight and FORTE gel safely and effectively. See full prescribing information for EPIDUO

gcb.net.my

THIS CIRCULAR IS IMPORTANT AND REQUIRES YOUR IMMEDIATE ATTENTION. If you are in any doubt as to the course of action to be taken, you should consult your stockbroker, bank manager, solicitor, accountant or other professional adviser immediately. Bursa Malaysia Securities Berhad has not perused Statement to Shareholders of this Circular prior to its issuance and takes no