There are even those patients whose problem lies somewhere between these three disorders kamagra australia is the most popular in Australia, followed by vardenafil and tadalafil as active ingredients.

Diabète type 2 principes de ttt

CONSEILS ET PRINCIPES DE TRAITEMENT POUR UN DIABÈTE DE TYPE 2
Le diabète est une maladie chronique, il n'y a pas de « petit
- Les ongles doivent être coupés régulièrement en diabète ». C'est une maladie qui expose à des complications
évitant toute blessure (préférer des soins de pédicurie +++). Ne mettez pas vos pieds en danger : ne marchez pas pieds nus, portez des chaussures et des chaussettes adaptées.
Si vous êtes diabétique de type 2 , c'est que vous aviez un taux de sucre dans le sang à jeun supérieur ou égal à 1,26 g/L L'équilibre de votre diabète repose sur : (7mM/L) confirmé sur au moins deux prélèvements. Le diabète de type 2 est le plus fréquent, il touche près de 80% des diabé- tiques. C'est une maladie dont le traitement repose avant tout 1.une ALIMENTATION APPROPRIÉE
sur des règles d'hygiène de vie. Des comprimés peuvent être 2.une ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE
prescrits en complément de ces mesures hygiéno-diététiques et 3. un TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX
le cas échéant une insulinothérapie. Vous devez vous impli-
quer pour votre santé !
! LA DIÉTÉTIQUE, DANS QUEL BUT ?
! MIEUX CONNAÎTRE VOTRE SUIVI MÉDICAL
- Stabiliser ou obtenir votre poids de forme.
- Agir en prévention des maladies cardio-vasculaires.
La communauté scientifique a précisé les examens nécessaires - Améliorer votre équilibre glycémique.
à votre suivi médical : ils sont gérés en commun par vous et par votre médecin.
! QUELQUES PRINCIPES À RESPECTER :
L'équilibre glycémique doit être suivi par un dosage sanguin, l'hémoglobine glyquée = HbA1C. C'est le reflet de l'équilibre
- Ne jamais sauter de repas.
des trois à quatre derniers mois, contrairement à la glycémie qui - Manger à horaires réguliers.
est un indicateur instantané. Ce dosage sanguin doit être réali- - Equilibrer chaque repas en apportant la même quantité de sé tous les trois mois, mais pas plus souvent.
glucides, et en utilisant les équivalences (voir pages suivantes).
- Mesurer votre glycémie après un repas inhabituel ou une sen- sation de malaise.
! RESPECTER QUELQUES RÈGLES HYGIÈNO-DIÉTÉ-
- Des apports suffisants et réguliers en glucides dits com- plexes, comme les féculents : pain, pommes de terre, légumes secs, riz, pâtes.
- Le maintien de la consommation de glucides simples, comme les fruits et les légumes verts.
- L'exclusion des sucreries (confiture, miel, bonbons, biscuits, L'autosurveillance, qui consiste à enregistrer vos chiffres de chocolat, gâteaux, boissons sucrées, glaces .).
glycémie au bout du doigt dans des conditions « normales de - Une réduction des apports lipidiques par la diminution des votre vie », doit être inscrite sur un carnet pour vous permettre apports en graisses animales (beurre, charcuterie, fromages de dialoguer avec votre médecin (par exemple sur les effets de l'activité physique ou lors d'un état infectieux).
- Une consommation limitée de boissons alcoolisées Pour dépister précocement d'éventuelles complications,
Le but du traitement du diabète est de réduire la mortalité liée votre médecin vous proposera au diabète, de prévenir ses complications à long terme (telles ! Des analyses de sang pour la surveillance rénale
que diminution de l'acuité visuelle, insuffisance rénale sévère, (dosage de la créatinine) et une exploration lipidique (choles-
accidents cardiovasculaires, amputations et lésions sévères térol total, HDL cholestérol, triglycérides et calcul du LDL cho- des pieds) et de préserver la qualité de vie des diabétiques (notamment en évitant les symptômes liés à l'hyper ou l'hypo- ! Des analyses d'urine pour la surveillance rénale glycémie). Pour atteindre ces objectifs, il est nécessaire de lut- (dosage de micro-albuminurie, recherche d'une infection
ter contre les facteurs de risque cardio- vasculaire associés au urinaire, cétonurie).
diabète (tabac, hypertension artérielle, hypercholestérolémie, ! Un dépistage des complications oculaires, avec surpoids, sédentarité) et de contrôler l'hyperglycémie, reflétée fond d'œil, au cours d'un examen réalisé par un ophtalmolo-
par le taux sanguin de la fraction HbA1c de l'hémoglobine gly- ! Un dépistage annuel des complications cardiovascu- laires (examen artériel : pouls distaux, souffle vasculaire,
Le risque de complications cardiovasculaires (infarctus, arté- électrocardiogramme, épreuve d'effort) et plus souvent s'il y
rite), microangiopathiques (yeux : rétinopathie, reins : insuffi- a des facteurs de risque ou des anomalies.
sance rénale, albuminurie) et neurologique (polynévrite) aug- ! Un examen de la sensibilité des pieds au monofi-
mente progressivement avec l'HbA1C (alias hémoglobine gly- lament 10-g.
L'objectif est de maintenir l'HbA1C inférieure à 7%, le dosage ! QUEL EST VOTRE RÔLE ?
sanguin étant effectué tous les 3 mois. L'insuline est proposée lorsque l'HbA1C dépasse 8% à plusieurs reprises, malgré un Vous devez vous aussi contribuer au dépistage des complica- traitement oral bien conduit (posologie optimale, bonne ober- tions,en particulier en surveillant d'éventuelles lésions de la vance) et le respect des règles hygiéno-diététiques (modifica- peau ou des infections (gynécologiques, problèmes dentaires).
tion des habitudes alimentaires : réduction du surpoids ou de Vous devez en particulier surveiller vos pieds :
l'obésité, exercice physique régulier : marche rapide 45 minu- - Les plaies ou macérations entre les orteils sont des tes, 3 à 4 fois par semaine).
points d'appel aux mycoses. Dr Jean LARY - 55 AVENUE DES THERMES - 32150 BARBOTAN - TÉL 05 62 69 52 52 - 06 07 17 80 48
CONSEILS ET PRINCIPES DE TRAITEMENT POUR UN DIABÈTE DE TYPE 2
! TRAITEMENT ANTI-DIABÉTIQUE PAR VOIR ORALE
Attention, si activité physique importante le matin, baisser la dose d'insuline rapide du matin à seulement 2 U. Deux classes thérapeutiques principales les biguanides (MET-
FORMINE) et les sulfamides hypoglycémiants (GLIBENCLAMIDE,
! ADAPTATION ET INSTAURATION
GLICAZIDE …) constituent la base du traitement par antidiabéti- que oral (ADO) ayant fait la preuve d'un effet démontré dans la - tout diabète déjà insulinotraité prévention des complications clinique du diabète de type 2. - déséquilibre (c-à-d glycèmie > 3 g/L) d'un diabète traité par L'adaptation des doses se faisant progressivement selon la antidiabétiques oraux, notamment à la suite d'une affection in- tôlérance et les résultats thérapeutiques jugés sur le dosage de tercurrente nécessitant l'hospitalisation l'hémoglogine glyquée tous les trimestres. Si l'objectif n'est pas atteint malgré une bonne observance et le PRINCIPES DE BASE renforcement des règles hygiéno-diététiques, un complément - besoins en insuline du sujet normal : 0,5 à 1 unités/kg/24 h de traitement par INSULINE est proposé.
==> en moyenne 0,7 Unités/kg/24 h
- situations augmentant les besoins d'insuline et nécessitant ! INSULINOTHÉRAPIE, PROTOCOLE D'ADAPTATION
des controles glycémiques quotidiens renforcés : DES DOSES D'INSULINE
L'injection d'insuline est non douloureuse à température am- Se laver les mains ; il n'est pas nécessaire de désinfecter la peau. L'insuline est injectée en sous-cutané dans les bras, la face externe ou antérieure des cuisses ou l'abdomen ; changer de site à chaque injection ; en cas d'injection multiples, garder le même site horaire pour chacune des injections.
L'injection est faite perpendiculairement à la peau. Maintenir en place 5 secondes après la fin de l'injection. Il est préférable de pas laisser d'aiguille sur le stylo injecteur et de purger l'ai- guille avant chaque injection.

- en cas de glycémie > 2,50 g/L et/ou infection, fièvre, soif in-
SCHÉMA Insuline Lente type LANTUS ou LEVEMIR
tense, vomissements, douleurs abdominales : recherche de SCHÉMA Insuline RAPIDE 3 Injections
SUCRE et d''ACÉTONE dans les urines avec des bandelettes
GLYCÉMIE > 2,50 g/L et ACÉTONURIE ++ à +++ = URGENCE
==> AVIS MÉDICAL URGENT VOIRE HOSPITALISATION - — Avant les repas : 0,70 g/l à 1,08 g/l — Après les repas : moins de 1,60 g/l - insuline sous-cutanée : uniquement si le déséquilibre n'est pas profond et s'il n'y a pas de complication ==> injecter 5 unités
d'insuline rapide par croix d'acétone en plus de votre in-
Pour Insuline LANTUS : commencer à la dose de 10 UI le soir suline habituelle et contrôler urines et glycémies toutes
ou 0,2 unités/kg deux heures.
— En cas d'hypoglycémie dans la nuit ou si la glycémie du
matin au réveil est inférieure à 0,60g/l, je diminue de 2 à 4 uni-
tés la dose de Lantus.
- Dans tous les cas demander conseil devant tout déséquilibre glycémique inhabituel, a fortiori si > 2,50 g/L.
— Si au contraire, la glycémie du matin au réveil est au-dessus
de mon objectif glycémique • augmenter de 4 unités si 3 glycémies à jeun succesi- ves sont supérieures à 1,45 g/L (= 8mM/L) • augmenter de 2 unités si 3 glycémies à jeun succesi- ves sont supérieures à 1,08 g/L (= 6mM/L) Pour Insuline RAPIDE : Le tableau donne les doses d'insuline à injecter avant chacun des 3 repas selon la glycémie capillaire relevée avant l'injection RÈGLES DE L'INSULINOTHÉRAPIE
Le respect des 4 règles suivantes de l'insulinothérapie est né- cessaire pour obtenir un bon équilibre glycémique LES 4 RÈGLES DE L'INSULINOTHERAPIE
1.Régler la glycémie du réveil en évitant l'hypoglycémie noc- 2.Effectuer la triple adaptation des doses En cas d'hypoglycémie non expliquées après les repas, dimi- 3.Garder le même territoire d'injection au même moment de la nuer la dose correspondant au repas de 1 à 2 U et modifier le tableau en conséquence.
4.Savoir prévenir et traiter l'hypoglycémie Dr Jean LARY - 55 AVENUE DES THERMES - 32150 BARBOTAN - TÉL 05 62 69 52 52 - 06 07 17 80 48
CONSEILS ET PRINCIPES DE TRAITEMENT POUR UN DIABÈTE DE TYPE 2
1ÈRE RÈGLE : S'ASSURER DE L'ABSENCE D'HYPOGLYCÉMIES NOC-
pendiculairement à la peau, avec des aiguilles courtes de 5 à 6 TURNES TROP FRÉQUENTES ET D'HYPERGLYCÉMIES AU RÉVEIL.
mm, moyennes de 8 mm ou longues de 12 à 12,7 mm selon L'objectif est d'obtenir au moins 5 jours sur 7 une glycémie
l'épaisseur du panicule adipeux. Donc à chaque injection (ma- au réveil inférieure ou égale à 1,60 g/l et une absence d'hy-
tin, midi, soir) son territoire ! poglycémie nocturne au moins 6 jours sur 7.
Pour ce faire, il convient parfois de retarder l'injection d'insuline
4ÈME RÈGLE : APPRENDRE AU MALADE À PRÉVENIR ET À TRAITER
retard du dîner au coucher à 22 ou même 23 heures. De plus, on doit conseiller au malade de contrôler sa glycémie au cou- cher et de prendre une collation calibrée en fonction des résul- En effet, équilibrer un diabète insulino-dépendant, c'est-à-dire tats lorsque la glycémie est inférieure à 1,60 g/l. En effet, lors- obtenir une glycémie moyenne autour de 1,50 g/l n'est pas pos- que la glycémie au coucher est inférieure à 1,60 g/l, on observe sible, sans provoquer des hypoglycémies (inférieures à 0,60 g/l) statistiquement 50 % d'hypoglycémies nocturnes (< 0,50 g/l) le plus souvent asymptomatiques.
Encore faut-il que ces hypoglycémies ne soient ni trop sévères ni trop fréquentes, entravant la vie sociale ou professionnelle du 2ÈME RÈGLE : APPRENDRE AU MALADE LA TRIPLE ADAPTATION DES
DOSES

Les principales circonstances à l'origine des hypoglycémies d'une part l'adaptation rétrospective en fonction des
- un repas omis ou insuffisant en glucides résultats glycémiques des 2 à 3 jours précédents. Ain- - un exercice physique plus intense que d'habitude si, il convient de modifier la dose de l'insuline retard - une dose excessive d'insuline ou d'antidiabétique oral. Une injectée le soir en fonction des résultats des glycémies interaction médicamenteuse après ajout d'un nouveau médica- du matin, et de même la dose d'insuline rapide injectée le matin en fonction des résultats des glycémies de la - une consommation excessive d'alcool (par diminution de la matinée et du midi, la dose d'insuline rapide du midi en sécrétion endogène de glucose) fonction des résultats glycémiques de l'après-midi et de la glycémie qui précède le dîner.
d'autre part, une adaptation immédiate, basée sur la
RECONNAÎTRE ET CORRIGER LES HYPOGLYCÉMIES.
glycémie du moment : augmentation de la dose d'insu- line rapide d'une ou 2 unités si la glycémie et élevée. Les symptômes les plus fréquents des hypoglycémies légères à C'est la « gamme » d'insuline.
modérées sont des sueurs, des tremblements, des palpitations, enfin, une adaptation prospective tenant compte
une fringale, une fatigue brutale, une pâleur essentiellement de 2 paramètres : la quantité de gluci- En cas d'hypoglycémie sévère : troubles de la vue et/ou l'élocu- des du repas à venir et l'activité physique prévisible tion, troubles du comportement et de la coordination ("pseudo- des heures suivantes.
ébriété"), convulsions, comas.
Le patient doit aussi tenir compte de la nature de l'in- Les bêtabloquants masquent parfois les symptômes d'une hy- suline rapide qu'il s'injecte : l'insuline rapide classique poglycémie, tels que les tremblements et la tachycardie, mais doit être injectée entre 30 et 45 minutes avant le repas, les autres symptômes ne sont habituellement pas modifiés.
alors que l'analogue de l'insuline (Lyspro) à résorption rapide, doit s'injecter au début du repas.
Avec le schéma « basal-prandial », pour calculer sa La correction de l'hypoglycémie consiste à prendre 10 g
dose d'insuline rapide à injecter avant le repas, le dia- à 15 g de glucides ce qui équivaut à 2 à 3 sucres ou 1
bétique bien éduqué doit répondre à 4 QUESTIONS :
cuillère à soupe de confiture ou 1 verre de jus de fruit ou de
soda, suivi d'une collation glucidique si le prochain repas
prévu est lointain (= 2 biscottes ou 2 petits beurre ou 1 made-
1. Que vais-je manger ? leine + 1 fromage blanc sans sucre).
= adaptation prospective
En cas d'hypoglycémie sévère, si le resucrage est im-
2. Quelle va être mon activité physique ? = adaptation prospective
possible, appeler le 15. Dans l'attente de l'aide médicale ur-
3. Comment étaient mes glycémies corres- pondant à ldurée d'ac- tion de cette injection les jours précédents ? injecter GLUCAGEN 1 mg en intra-musculaire ou en
= adaptation prospective
sous-cutané (éventuellement une 2éme injection) + mélan-
ges de sucres rapides et lents dés la reprise de la con- 4. Comment est ma glycémie instantanée ? science. (GLUCAGEN est à conserver au réfrigérateur, la fa- = adaptation immédiate
mille doit s'entrainer à l'injecter en cas d'urgence) 3ème règle : garder le même territoire d'injection pour un
moment donné de la journée

mais en variant de quelques centimètres le point d'injection afin d'éviter la constitution de lipohypertrophies perturbant de façon anarchique la résorption de l'insuline. On conseille en général d'injecter l'insuline retard du soir dans les cuisses, si besoin en réalisant une injection oblique à 45° afin d'assurer une résorp- tion lente de l'insuline injectée strictement en sous cutané. L'in- suline du matin et du midi peut être injectée selon le choix du malade dans le ventre ou dans le bras. L'injection se fait per- Dr Jean LARY - 55 AVENUE DES THERMES - 32150 BARBOTAN - TÉL 05 62 69 52 52 - 06 07 17 80 48
CONSEILS ET PRINCIPES DE TRAITEMENT POUR UN DIABÈTE DE TYPE 2
 INFORMER LES DIABÉTIQUES À RISQUE DE LÉSIONS DES PIEDS
PATIENTS À RISQUE ÉLEVÉ D'AMPUTATIONS.
Lavez-vous les pieds et les orteils quotidiennement. et séchez-les soigneusement particulièrement entre les orteils, même après une simple douche ou la natation.
Examinez quotidiennement vos pieds à la recherche d'éventuelles ampoules, coupures, égratignures ou zones d'infections. N'oubliez pas de regarder entre les orteils. Aidez-vous si besoin d'un miroir pour examiner la plante de vos pieds ou entre les orteils. Si vous ne pouvez examiner vous-même vos pieds, demandez l'aide d'un membre de votre entou-rage.
Il est important de changer chaque jour de chaussettes, Portez des chaussettes à la bonne taille, et essayez d'éviter les chaussettes avec des coutures et les chaussettes reprisées.
Les chaussures doivent être confortables et ne doivent pas serrer quand vous les achetez, N'attendez pas de vos chaussu- res qu'elles s'élargissent ou s'assouplissent. Évitez les chaussures pointues ou qui serrent trop les orteils.
Si vous avez les pieds froids la nuit, portez des chaussettes. N'utilisez pas de bouillotte ni de chaufferette. Évitez de soumet- tre vos pieds à des températures extrêmes. Vérifiez la température du bain avec votre main pour vous assurer qu'elle n'est pas trop chaude, et méfiez-vous du carrelage ou du béton brûlant en été.
Ne portez pas de chaussures sans chaussettes, ni de tongs. Ne marchez jamais pieds nus, particulièrement sur un sol chaud. Évitez de marcher pieds nus à la maison, en raison du danger que représentent les punaises, agrafes ou autres objets tombés à terre.
Examinez tous les jours vos chaussures à la recherche d'objets qui s'y seraient introduits, de clous ayant transpercé la se- melle, d'une déchirure de la doublure ou d'autres problèmes qui pourraient abîmer vos pieds.
N'utilisez pas de produit chimique pour retirer les cors ou les durillons, et ne coupez pas vous-même les cors ou durillons ; demandez conseil à votre médecin ou à votre pédicure.
Les ongles des pieds doivent être coupés rectangulaires. En cas de doute, consultez votre médecin ou votre pédicure.
Une infection mineure des pieds peut être à l'origine de problèmes importants chez les diabétiques. Vous devez consulter un médecin ou un pédicure-podologue des qu'une infection survient.
N'oubliez pas de dire que vous êtes diabétique au pédicure-podologue et au médecin.
Ne fumez pas.
HYPOGLYCÉMIE NOCTURNE — RESUCRAGE
Collation = = 2 biscottes ou 2 petits beurre ou 1 madeleine + 1 fromage blanc sans sucre
Resucrage = 2 sucres ou 1 compote sucrée ou 1 fromage blanc sucré.
DIABETE A L'INSULINE : Dextro systématique à 22 h et 3 h
Si glycémie < 1,30 g 1 collation
Si glycémie < 0,60 g, ou signes d'hypoglycémie + 1 CONTRÔLE 1 H 30 APRÈS Si glycémie entre 0,60 et 1 g RIEN - CONTRÔLE À 4 H 30 Si glycémie < 0,60 g 2 sucres - ATTENDRE DEXTRO DE 8 H
Si glycémie > 0,60 g DIABETE SOUS TRAITEMENT ORAL SEUL : Dextro de 22 h
Si glycémie entre 0,80 et 1,50 g Si glycémie entre 0,60 et 0,80 g CONTRÔLE 1 H 30 APRÈS Si glycémie < 0,60 g ou signes d'hypoglycémie 2 sucres + 1 collation - CONTRÔLE 0 H ET 3 H
2 sucres + 1 collation
Si glycémie < 0,60 g CONTRÔLE À 0 H ET 3 H Dr Jean LARY - 55 AVENUE DES THERMES - 32150 BARBOTAN - TÉL 05 62 69 52 52 - 06 07 17 80 48

Source: http://thermes-barbotan.fr/wa_files/Diab_C3_A8te_20type_202_20_20principes_20de_20ttt.pdf

Jcn did 9/11: see the evidence

Help Promote Posted by zioncrimefactory Labels: 9/11, Israel, Jewish Criminal Network, Mossad Posted On Sunday, September 13, 2009 at 8:04 PM Now that eight years have passed since the events of 9/11 unfurled its devastating brow upon the world, it should be clear to any competent, intelligent, and sane person that the disastrous attacks were not carried out by 19 rag-tag,cave-dwelling, box cutter wielding, super-market caliber Muslim terrorists, but was in fact a false flag operation or

brinfin.be

GROUPE SRIB 2013 RAPPORT ANNUEL AMBITIOUS BRUSSELS Numeca International Radionomy & MusicMatic RAPPORT ANNUEL 13 20 05Le mot du Président 06 STRUCTURE Le Conseil d'administration La lettre du Conseil La direction et les collaborateurs du groupe finance.brussels : un groupe dédicacé aux entreprises et à la Région de Bruxelles-Capitale Les chiffres-clés du groupe